Syrie

Syrie : Échanges de tirs

Une semaine après le bombardement israélien près de Damas, l'armée israélienne a de nouveau lancé à partir du Golan syrien occupé, quelques missiles sur l'axe Quneitra-Damas. Une colonne de fumée démontre que certains missiles ont atteint leur cible. Cependant, les pertes seraient limitées. 

L'armée turque qui ne discute pas de ses retraits, continue de se retirer des zones que l'armée syrienne a reconquise au début de l'année. Le premier retrait avait eu lieu à Morek début octobre. Depuis, elle s'est retirée de quatre autres endroits dans les gouvernorats de Hama, Idlib et maintenant d'Alep. Selon l'accord du 17 septembre 2018, l'armée turque avait droit à 12 postes d'observation dans le nord-ouest de la Syrie; en fait, elle en a construit plus de 50.

Cependant près de Raqqa, de violentes fusillades et barrages d'artillerie ont résonnés entre d'un côté l'armée turque et ses alliés, de l'autre les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) à majorité kurde. Le tout incluant des drones turcs. Ces affrontements deviennent de plus en plus fréquents, depuis que les mercenaires syriens pro-turc sont revenus du Karabakh, où ils ont aidé l'armée azerbaïdjanaise. Il y a deux semaines, la division Hamza soutenue par la Turquie, s'est emparée de centaines d'hectares de terres agricoles tout près de Ras Al-Ain. 

Deux voitures piégées ont explosé dans deux villes différentes, causant plusieurs morts et de graves dommages matériels aux belligérants pro-turc. Aucun groupe n'a revendiqué l'attentat, mais il se pourrait que l'auteur soit l'État islamique où possiblement les services secrets syriens ou peut-être même russes. 

Sources : Al Masdar News : L'armée turque et ses militants alliés lancent de lourdes attaques dans le nord de la Syrie, 24/11/20

Thumbs b c 28978b11785c3300ee0fb985a00c61ec

Guerre du Haut-Karabakh : trois gagnants et un perdant

Les unités de maintien de la paix russes affirment que le cessez-le-feu est respecté tout le long de la ligne de front. Des unités russes sont entrées dans la capitale du Haut-Karabakh. En plus des 2 000 soldats et des 90 blindés, 380 véhicules motorisés, des hélicoptères, des drones de reconnaissance, ainsi que de l'équipement électronique spécialisé sont utilisés, de même que des chars de combat. Ces derniers ne sont déployés que du côté arménien de la frontière

https://youtu.be/EJDWgFtcwQI

Les forces arméniennes quittent les territoires repassant sous contrôle de l'Azerbaïdjan, soit sept districts et une petite partie du Haut-Karabakh. La république autoproclamée, amoindrie et affaiblie, survivra sous la protection des soldats russes. L'armée russe protègera tout particulièrement le corridor de Latchin, seule voie d'approvisionnement reliant le Haut-Karabakh à l'Arménie. 

L'Azerbaïdjan apparaît comme le grand vainqueur. Il a déjà mis en place des unités de police sur les territoires qu'il a conquis. Pour certains, l'Azerbaïdjan a bénéficié de l'aval tacite de Vladimir Poutine. Pour le président russe, laisser cette guerre suivre son cours était un moyen de se débarrasser du premier ministre arménien M. Pachinian. du Parti Libéral pro-européen. Il a été élu en 2018 par une écrasante majorité. 

En plus de l'Azerbaïdjan et du président russe, l'autre gagnant semble être Recep Tayyip Erdogan. La Turquie, grand soutien de l'Azerbaïdjan, en sort renforcé et contrôlera avec la Russie l'application du cessez-le-feu en Azerbaïdjan. La guerre a profité à tous les partis, à l'exception de l'Arménie. La Russie reprend le contrôle de l'Arménie et remet le pied au Haut-Karabakh. La Turquie renforce ses liens avec l'Azerbaïdjan. Et l'Azerbaïdjan récupère des territoires occupés depuis trente ans par l'Arménie.

En plus, la défaite déchire les Arméniens. Le président du pays issu du Parti Républicain (pro-russe) affirme : "Lorsque nous étions censés nous rendre à Yehnikner avec nos unités d'élite et nos forces spéciales, nos unités ont refusé de s'y rendre." Une crise politique se développe. Faute de quorum, l'opposition pro-russe n'a pas été en mesure de destituer le Premier ministre pro-européen, qui d'ailleurs se cache toujours. Les forces de sécurité pro-européennes arrêtent les manifestants et les dirigeants de l'opposition pro-russe exigeant la démission du gouvernement.

Plusieurs monastères de l’église apostolique arménienne dont le monastère millénaire de Dadivank sont en péril, vu que les forces azéries vont en reprendre le contrôle. Selon les termes de l'accord, Erevan (capitale de l'Arménie) ne conserve que 20% du plateau du Haut-Karabakh et doit restituer tous les autres districts qu’elle occupe encore. De plus, Bakou (capitale de l'Azerbaïdjan) conserve les territoires acquis durant l'offensive. Des diplomates français et américains sont attendus à Moscou pour discuter de la situation.  

https://youtu.be/00-ftdZDuqA

Sources : 

France 24 : Haut-Karabakh : "Vladimir Poutine reprend le contrôle de l'Arménie", 11/11/20

Al Masdar news : L'armée russe entre dans la capitale du Karabakh et commence officiellement sa mission, 12/11/20

South Front : Les troupes russes ont pris le contrôle du corridor de Latchin et de d'autres zones clés du Haut-Karabakh, 12/11/20    

Mos armenia azerbaijan russia peacekeepers 1110 11 1605009240 145 619283

La Syrie reconstruit et les bombardements reprennent...

15c3c2ad 3b49 4c40 a8e5 97acb1b9623b

Avec l'aide de l'Iran, la Syrie reconstruit en ce moment plusieurs chemins de fer détruits par la guerre, entr’autre entre Hama et Alep. L’Iran et la Syrie envisagent de faire passer le volume de leurs transactions de 500 millions de dollars à un milliard en 2021. Un chemin de fer sera construit entre Shalamcheh en Iran, le port de Bossora en Irak et la ville portuaire de Lattaquié en Syrie

Pendant ce temps dans le gouvernorat d’Idlib, l’armée turque se retire d’un deuxième poste militaire assiégé par l’armée syrienne. Ce qui n’empêche pas les forces soutenues par la Turquie et l’armée syrienne de s’envoyer obus et missiles par la tête, pendant qu'Israël ne bombarde plus. 

La brigade ‘Sultan Murad’ et la 20e division de l'Armée Syrienne Libre, toutes deux soutenues par la Turquie, s’affrontent dans la ville de Ras Al-Ain.

Hay'at Tahrir Al-Sham (HTS), anciennement Al Qaeda, intensifie ses bombardements contre l’armée syrienne et contre les forces soutenues par la Turquie. L'armée de l'air russe et les forces armées syriennes les bombardent en retour. 

L'État islamique vise l'armée syrienne près de Raqqa et Deir Ezzor, de même que les forces turques et pro-Turc, dans le nord-est du pays. L’aviation militaire russe réplique.

Sources 

Al Masdar News : L'armée syrienne et les forces soutenues par la Turquie échangent de puissantes attaques à Idlib, 06/11/20

Al Masdar News : La Turquie se retire du 2e poste militaire assiégé dans le nord-ouest de la Syrie, 06/11/20

Al Masdar News :  Turkish-backed forces fight each other over abandoned homes in northeast Syria, 06/11/20

Al Masdar News : Les djihadistes envisagent de saboter l'accord russo-turc en Syrie, 06/11/20

South Front : Des terroristes de l’État islamique ont attaqué les troupes syriennes à Raqqa et Deir Ezzor, 0/11/20

Press TV : Ankara chassé de Hama, convois militaire et économique rétablis, 06/11/20

Press TV : Le train anti-Israël Chalamcheh-Bassora-Lattaquié, 04/11/20

Syrie : Ça se corse à nouveau...

Syrie affrontements ouest 1Dans le gouvernorat d'Idlib, avant le mois de mars, l'armée syrienne avec l'aide de l'aviation militaire russe, du Hezbollah et de milices financées par l’Iran, avait repris le contrôle total de l'autoroute M-5 et ce après d'âpres combats, non seulement contre Hayat Tahrir Al Sham (anciennement Al Qaeda) et ses alliés, mais aussi contre l’Armée Nationale Syrienne (conglomérat de groupes rebelles soutenu par la Turquie) et contre aussi, il faut bien le dire, l’armée turque elle-même. Cette dernière avait utilisé pour la première fois au combat, ses fameux drones Bayraktar TB2, qui lui ont permis d’arrêter la guerre avant que l’armée syrienne ne reprenne l’autoroute M-4, en plus de la M-5.  

Au mois de mars, avant que la guerre ne devienne trop dangereuse entre la Russie et la Turquie, un cessez-le-feu est intervenu sous l’auspice de Moscou et d’Ankara. Erdogan accepte difficilement, mais accepte quand même le fait que les Syriens récupèrent la M-5. Le gouvernement syrien accepte lui aussi le cessez-le-feu, à condition que la M-5 demeure sous son contrôle et que les rebelles se retirent pacifiquement de la M-4.

En fait, les rebelles ne se sont jamais retirés de la M-4 et le front n’a pas véritablement bougé depuis le cessez-le-feu. Certes, les protagonistes se sont livrés occasionnellement à des duels d’artillerie et de roquettes, tout en s’installant davantage chacun dans sa zone.

Cependant tout dernièrement, on note une recrudescence de mouvements, qui pourrait éventuellement faire bouger la ligne de front. Un raid aérien russe a ciblé le camp d'entraînement du groupe « Faylaq al-Sham », groupe soutenu par la Turquie, faisant parti de l'Armée Nationale Syrienne, tuant des dizaines de combattants.  Le président  turc a réprimandé Moscou et le lendemain en guise de représailles, l'Armée Nationale Syrienne, a lancé un barrage de roquettes sur les positions de l’armée syrienne.

Pendant ce temps près de la ville d’Alep, HTS a pris le contrôle du quartier général de la 4e brigade de l'Armée Nationale Syrienne et a encerclé une autre base de l’ANS, au sud d’Idlib.

Les troupes turques se retirent en ce moment des territoires que l’armée syrienne a conquis avant mars et ce au milieu d’un nombre croissant de frappes aériennes sur les forces des groupes soutenus par la Turquie. L'activité du pétrole sous contrôle turc dans le nord d'Alep traverse également des temps difficiles, explosions de citernes et de lieux de stockage. Il semble que quelqu'un envoie des messages à la Turquie et ses mandataires et il semble qu’ils les comprennent.

On assiste présentement à un crescendo. L'artillerie syrienne bombarde de plus en plus les positions rebelles soutenues par la Turquie et ces dernières y répondent.

Tout ce que peut faire l’armée turque dans le gouvernorat d’Idlib, est de ralentir la déroute des djihadistes pro-Turc et l'afflux de réfugiés syriens sur son territoire ; tandis que l’armée syrienne ne s’arrêtera, que lorsqu’elle aura récupéré la totalité de son territoire.

Sources:

The Eurasian Times: “From Libya, Syria To Nagorno-Karabakh: Are ‘Best Of Allies’ & ‘Worst Of Foes’ Turkey & Russia Headed Towards War?, de Andrew Leonard, 01/11/20

Al Masdar news : « Les forces soutenues par la Turquie perdent une base importante après des affrontements avec un allié djihadiste dans l'ouest d'Alep » 02/11/20

Al Masdar news : Des djihadistes encerclent une autre base appartenant aux forces soutenues par la Turquie en Syrie, 03/11/20

South Front : L’armée syrienne capture un poste d’observation turc à Morek au milieu d’une nouvelle vague d’explosions dans le nord contrôlé par la Turquie, 03/11/20 

Syrie : la situation se corse

Ch 2Dans l'ouest du pays depuis quelques semaines, l'Armée syrienne vise quotidiennement les tranchées du Parti islamique du Turkestan, le long du front du sud d'Idlib et poursuit ses bombardements contre Jabal Al-Zawiya, tout en prenant pour cible le groupe Hurras Al-Deen dans la plaine d'Al-Ghaab. Il semble que ce soit les préparatifs à une offensive pour reprendre ces territoires.

L'Armée syrienne et l'Armée russe se rassemblent à l'ouest de Raqqa, dans l'est de la Syrie. Les forces soutenues par la Turquie y ciblent depuis plusieurs semaines les troupes syriennes et les Forces Démocratiques Syriennes (Kurdes).

Le front anti-US à Deir ez-Zor s'embrase. Les villages du gouvernorat manifestent contre l'Armée américaine et les Kurdes. Les Américains ont lancé une opération héliportée au village d'Ach Chahil et ont procédé à la fouille maison par maison et à l'arrestation de citoyens. L'Armée syrienne s'en est prise pour sa part à plusieurs bases de l'EI et a frappé l'un des principaux réseaux de trafic de terroristes depuis l'Irak vers la Syrie. Des hommes inconnus ont fait exploser l’oléoduc reliant al-Tanak à al-Malah dans la banlieue de Deir ez-Zor. Ce qui est loin d'être sans rapport avec la récente visite du commandant iranien de la Force Qods à Abou Kamal.  

Le représentant permanent de la Russie auprès des Nations Unies confirme le retrait de la Russie du mécanisme des Nations Unies, pour l'échange d'informations sur les sites humanitaires en Syrie. Le délégué russe affirme qu'il y a des cas d'utilisation de sites dits humanitaires par des terroristes.

Sources : Al-Masdar News; Pars Today. 

Syrie : Assad utilise ses nouveaux Mig-29

Syria intelligence 20200531 nord est syrie

Carte : Syria Intelligence. 

Un convoi de 50 camions en provenance d'Irak, transportant des Hummers et des matériaux de construction pour les bases américaines, est arrivé dans le gouvernorat de Deir Ezzor. Ces derniers mois, des centaines de camions ont transité d'Irak vers la Syrie, pour l'entretien et l'agrandissement des bases américaines dans ce pays. 

Un autre avion anti-sous-marin Poséidon P-8A de la marine américaine a été repéré effectuant un vol de reconnaissance près de la base aérienne russe de Hmeimim, près de la côte syrienne. Il est à noter que les avions anti-sous-marins américains effectuent des vols périodiques dans cette région. L'aviation militaire russe les interceptent régulièrement. Ce qui voudrait dire que les Russes ont aussi des sou-marins près des côtes syriennes, sou-marins, certainement équipés de missiles "Kalibr".

L'Armée israélienne effectue pour sa part des exercices militaires à la frontière syrienne. Un F-35 furtif israélien de fabrication américaine, a bombardé la semaine dernière le centre de recherche scientifique iranien de Masyaf dans le nord de la Syrie. C'est un centre de recherche, mais aussi une base de missiles. Il convient de noter que l'armée de l'air israélienne a ciblé ce centre à deux autres reprises au cours de l'année. Ce qui voudrait dire que leurs bombardements ne sont pas toujours efficaces. Selon l'armée syrienne, l'installation a été endommagée, malgré les défenses aériennes interceptant certains des missiles israéliens. Les missiles auraient été tirés depuis le territoire libanais.

Malgré le déploiement de missiles anti-aériens portables turcs "Atilgan", dans le gouvernorat d'Idlib; l'armée de l'air syrienne, qui vient tout juste de recevoir de la part des Russes un nouveau lot d'avions MiG-29 modernisé, a frappé les bases d'Hay'at Tahrir Al-Sham (HTS) et du Parti Islamique du Turkestan (PIT) dans l'ouest d'AlepLes frappes aériennes se sont par la suite propagées dans les gouvernorats d'Idlib et de Hama, à Jabal Al-Zawiya et dans la plaine d'Al-Ghaab, sans aucune réplique antiaérienne. L'Armée syrienne a également acquis un nouveau lot de chars et de véhicules blindés auprès de la Russie. Une nouvelle offensive terrestre de cette armée est éminente dans la plaine d'Al Ghaab, dans quelques jours, quelques semaines ou tout au plus, un ou deux mois. Les bombardements préalables sont déjà commencés.  

Le système anti-aérien turc est censé imposer une zone d'exclusion aérienne sur les zones sous contrôle de militants pro-Turc. Ce système est capable d'abattre un avion de guerre russe. Pourtant, pour la première fois en trois mois, l'armée de l'air russe a repris ses frappes dans certaines zones d'Idlib, sans contrainte. 

De nombreux experts sont convaincus que la Turquie a l'intention d'augmenter son influence dans le nord-ouest de la Syrie, ce qui entraînera forcément des opérations militaires. Ankara y envoie des armes parce que les dirigeants turcs envisagent la possibilité de reprendre les combats contre les forces gouvernementales syriennes. L'utilisation des missiles anti-aérien ne peut être exclue. Ils représentent une nouvelle pression sur la Russie.

La poursuite du nettoyage d'Idlib des groupes armés comme HTS et le PIT ne satisfera pas la Turquie. Elle veut que cette région soit controlée par ses alliés, l'Armée Nationale de Libération, composée de plusieurs mouvements pro-Frères Musulmans, mais hétéroclites. Mouvements qui appliquent la Charia comme loi gouvernementale et qui sont souvent très près du banditisme. Si la Syrie élimine ces combattants, la question sera soulevée du retrait de la Turquie des provinces du nord-ouest de la Syrie. Ainsi, l'escalade dans cette région par les Turcs est vraiment possible. 

Sources : Al masdar News; Chaïne hébraique 7; Interfax; Institut de Réflexion stratégique;  Nizavisimaya Gazeta; RT Arabic; Sana; Sohu News; Syria Intelligence.

Syria intelligence 20200510 gouvernorats hama idlib lattaquie aas vs rebelles

Carte : Syria Intelligence

Syrie: Le clan Al-Akhrass prend le dessus sur le clan Makhlouf

1 l 1

Asma Al-Assad, femme du président, photo prise par Louai Beshara / AFP 

La guerre syrienne touche à sa fin et la reconstruction du pays commence. Asma Al-Assad l’épouse du président, choisit ce moment pour devenir une personnalité influente. ​Derrière elle sa famille, le clan Al-Akhrass, une famille sunnite puissante, qui étend son empire économique au détriment du clan Rami Makhlouf, chiite. Rami Makhlouf, cousin de Bachar Al-Assad, symbolise l’affairisme et la corruption. Il a bâti un empire dans la téléphonie mobile (Syriatel), l’immobilier, les magasins de duty-free, l’énergie, les transports, etc... Aujourd’hui il est dans le collimateur du palais présidentiel. Les services fiscaux syriens lui réclament 185 millions de dollars de taxes impayées par sa société Syriatel. L’État a besoin d’argent pour la reconstruction du pays et en s’en prenant à Rami Makhlouf, le pouvoir montre que personne n’est intouchable.

Avant la guerre, Asma Al-Assad était active via ses associations caritatives et ses réseaux. Depuis la mort de la mère de Bachar en 2016, Asma s’impose de plus en plus, surtout depuis la guérison de son cancer, l'année dernièreAsma et sa famille Al-Akhrass incarnent la bourgeoisie sunnite qui n’a pas abandonné le gouvernement et souhaitent faire repartir les affaires tout en engrangeant les contrats.

Les Alaouites conservent le contrôle sur l’appareil militaire, mais lâche du lousse à l’égard de la majorité sunnite. La suppression de la puissance de Rami Makhlouf au profit d’hommes d’affaires sunnites liés à Asma Al-Assad, est un moyen pour Bachar d'unifier le pays derrière lui. L'homme d’affaires est unanimement détesté par la population. Malgré tout, la chute de la maison Makhlouf démontrerait quand même que les Assad auraient commencé à perdre du pouvoir.

Mais le clan Assad, depuis le père jusqu'au fils, n'a jamais hésité à sacrifier des branches du clan pour survivre. C'est maintenant au tour de Rami Makhlouf. Cela aurait été beaucoup plus difficile de la faire en pleine guerre, durant laquelle Bachar Al-Assad avait besoin de gens solides autour de lui.

Dans cette nouvelle phase, le raïs peut s’appuyer sur son épouse Asma, dont le principal vecteur d’influence réside dans son ONG, Syria Trust for Development. Un outil précieux dans un pays ravagé par la misère qui permet de distribuer subsides et aides diverses. Suite à la guerre, une partie importante de la population est-en dessous du seuil de pauvreté. Avec son ONG, Asma Al-Assad a un quasi monopole sur l’aide humanitaire dans le pays. 

L’influence d’Asma Al-Assad semble désormais dépasser la sphère humanitaire. Talal Al-Barazi, un de ses proches, vient d’être nommé ministre du commerce intérieur. Il était jusqu’alors gouverneur de Homs, fief de la famille Al-Akhrass. 

Déjà, se profile à l’horizon l’élection présidentielle de 2021...

Sources : AFP; Fabrice Balanche; France Culture; 

1 19

Président Assad et son cousin Rami Makhlouf edité par Enab Baladi

Syrie : Pour la 1ère fois depuis mars, la Russie bombarde

Manar 06044360015682807513

L'État islamique (EI) renaît de ses cendres, en frappant l'Armée syrienne dans les gouvernorats de Homs, Deir Ezzor et Al-Raqqa. Il a d'ailleurs percé temporairement les positions de l'Armée syrienne près du champ pétrolier d'Al-Thawrah, juste avant l'arrivée de renforts des Forces de Défense Nationale syrienne.

Les forces aériennes russe et syrienne ont alors effectué en représailles plusieurs frappes sur les positions de l'EI, dans les gouvernorats de Homs et d'Al-Raqqa. C'était la première fois depuis mars dernier, que l'armée de l'air russe effectuait une frappe aérienne. Alors qu’auparavant, elle le faisait quotidiennement.

D'autre part, l'Armée russe et l'Armée américaine déploient des armes lourdes et construisent des bases militaires dans le gouvernorat d'Al-Hasakah.

D'ailleurs, une dizaine de véhicules blindés russes escortés par deux hélicoptères sont arrivés près d'Al-Malikiyah, dans le triangle frontalier Turquie, Syrie, Irak. Il semble que l'armée russe y construise une nouvelle base située à proximité des forces armées américaines.

Un cargo russe lourdement chargé se dirige vers la ville portuaire de Tartous. Il livre une grande quantité de véhicules militaires aux forces armées du pays, pour remplacer les véhicules qui ont été détruits par l'Armée turque, lors de l'offensive à grande échelle au début du mois de mars, qui a permis à l'Armée syrienne de reprendre l'autoroute M-5 et ses environs.

Le remplacement du matériel militaire syrien annonce toujours une prochaine offensive, qui pourra s'effectuer autant dans quelques jours, que quelques semaines ou quelques mois.

Rusian ship 2 955x608

Bateau russe franchissant le Bosphore pour atteindre la Syrie, avec du matériel militaire entre autre. 

Sources : Al Masdar News; Observatoire syrien des droits de l'homme; Yoruk Isik.

Les Su-35 russes chassent les Poséidons américains

304d7c84 519a 4412 b99a de4a1d713e39

Les Su-35 russes chassent les Poséidons américains de la côte syrienne

L'armée russe ne tolère plus les vols américains près de la côte syrienne. Elle a intercepté trois avions américains en Méditerranée au cours des derniers 90 jours.

Compte tenu des tentatives répétées de tester le radar et les systèmes de défense aérienne de la base russe de Hmeimim, la Russie rappelle aux Américains qu’ils ne sont pas libres d’opérer en Méditerranée près de la côte syrienne.

L'US Navy avait effectué plusieurs vols près de l'espace aérien syrien au cours du mois de mai. Les avions Su-35 russes ont intercepté deux avions militaires américains P-8A Poseidon dans l'est de la Méditerranée. Les avions américains n'ont pas été vus dans cette région depuis ce temps.

L'aviation militaire russe bourdonne dans le gouvernorat d'Idlib au dessus de Jisr al-Shughour et près de la frontière turque. Elle survole les zones sous contrôle du Parti islamique du Turkestan, de Hay'at Tahrir Al-Sham (HTS) et de Hurras Al-Deen. 

Dans le gouvernorat d'Idlib, un soldat turc a été tué et cinq autres blessés par un engin explosif sur l'autoroute M-4; où l'Armée turque patrouille conjointement avec la police militaire russe. Aucun groupe n'a revendiqué l'attentat.

L'Armée syrienne cible toujours les mouvements rebelles djihadistes et les groupes soutenus par la Turquie.

Source: Al Masdar News.

Su35 20200527 2

Su35 2020527

Su35 2020527 3
 


 

Syrie : Assad, plus fort que jamais

640px bashar al assad 2018 05 17 02 1590140328918

L'Armée syrienne bombarde toujours les mouvements ennemis, le long de la ligne de front d'Idlib. Elle vient de lancer une frappe de drones sur les positions de la 1ère brigade de l'Armée Nationale Syrienne soutenue par la Turquie, alors qu'elle tentait de traverser la ville d'Al-Bara'a. La frappe a frappé entr'autre le véhicule du commandant de la brigade.

Lundi, l'autoroute M-4 a été officiellement ouverte pour un usage commercial, entre les villes d'Hasakah et d'Alep, bénéficiant de la sécurité des forces armées russe et turque. N'oublions pas que 80 km de l'autoroute sont encore sous contrôle de factions syriennes fidèles soit à la Turquie ou à Al Qaïda.

Hayat Tahrir al Sham (HTS) a mis le feu à de vastes superficies de champs de blé et d’orge dans la banlieue d'Hasakah, probablement en représailles à l'ouverture de l'autoroute.

Des accrochages importants ont lieu entre HTS et des groupes affiliés à la Turquie, probablement dû à une mésentente par rapport au cessez-le-feu, signé entre les Turcs et les Russes.

En réponse au renforcement des forces américaines dans la région d'Al Raqqa, une important convoi de plus de 30 véhicules blindés et camions de l'armée russe, ont été envoyés dans la même région. Le convoi a emprunté l'autoroute M-4 (Alep-Hasakah). Des véhicules blindés turcs ont utilisé également l'autoroute M-4 vers Al-Raqqa.

Le président russe a nommé l'ambassadeur russe en Syrie M. Yevimov : Représentant spécial du président russe pour développer des relations avec la République arabe syrienne. Yevimov occupe le poste d'ambassadeur de Russie en Syrie depuis octobre 2018.

Cette décision intervient quelques jours après que Yevimov eut déclaré, que tous les rapports selon lesquels Poutine aurait retiré sa confiance au président syrien Bachar Al-Assad, étaient complètement faux, ajoutant que les liens entre la Russie et la Syrie sont en ce moment à leurs plus forts.

Sources : Al Masdar News; Centre de réconciliation russe; RT Arabic; SANA, agence syrienne d'informations.

Syrie : Avril a été calme, mai est un peu plus turbulent

Damascus dama syrie 1

La grande Mosquée des Omeyyades à Damas

L'Armée syrienne ayant subie une attaque meurtrière la semaine dernière, continue son offensive sur le groupe "Hurras Al-Deen", auteur de l'attaque. Le tout se passe dans le nord de la plaine d'Al-Ghaab. L'armée syrienne utilise ses plates-formes de missiles. Elle est aussi impliquée dans des affrontements sur la ligne de front du sud d'Idlib, dans la région de Jabal Al-Zawiya.

Depuis le début du mois de mai, le nord-ouest syrien connaît une augmentation des combats, après que le mois d'avril ait été relativement calme à Idlib, Lattaquié, Hama et Alep.

Malgré tout, la Turquie et la Russie maintiennent que le cessez-le-feu dans le nord-ouest syrien est respecté par les deux parties.

Pour la première fois depuis avril, un Boeing P-8A Poseidon de l'Armée américaine, décollant de la base aérienne italienne Sigonella, a été repéré au large de la côte ouest de la Syrie, alors qu'il s'approchait de la plus grande base des forces armées russes en Syrie, la base aérienne de Hmeimim.

Le mois dernier, l'armée russe avait déployé ses jets Su-35 pour intercepter l'avion américain, qui s'approchait de la base. Il semble que cette fois-ci, l'armée de l'air russe n'a pas crut nécessaire de se déplacer vers l'avion américain.

Une semaine après que l'Armée israélienne aie mentionnée que l'armée iranienne et ses paramilitaires avaient commencé à se retirer de Syrie, l'adjoint spécial du président du Parlement iranien pour les affaires internationales, a révélé que les forces iraniennes n'avaient pas été retirées de Syrie.

Le délai pour payer les arriérés au gouvernement, que doit l'entreprise SyriaTel, propriété du cousin de Bachar Al Assad, a expiré. L'Autorité syrienne souligne qu'elle prendra toutes les mesures juridiques possibles pour récupérer l'argent que l'entreprise doit au gouvernement.

Les deux sociétés de téléphonie mobile du pays, Syriatel et MTN Syrie devaient payer à la fin du mois dernier, 233 milliards de livres syriennes pour rééquilibrer leur licence. La deuxième société a annoncé son engagement de payer, pendant que la première choisissait de poster des vidéos de son président, Rami Makhlouf, exigeant que le Président intervienne. Puis proposant que l'argent soit dépensé pour les pauvres, avant d'annoncer que les services de sécurité ont arrêté des cadres de son entreprise, demandant un délai de payement.

Le ministère syrien des Finances a procédé à une saisie préventive des biens meubles et immeubles appartenant à l'homme d'affaires Rami Makhlouf, ainsi que des biens de sa femme et de ses enfants.

Sources : Al-Alam TV; Al masdar news; PlaneRadar.

Syrie: Le clan Assad a le dessus sur le clan Makhlouf

1232 01

Makhlouf et Assad 

Pour la première fois, un conflit éclate sur la place publique entre l'homme le plus puissant de Syrie et son alter ego économique. Ce pourrait être l’une des prémices de la reconstruction de la Syrie d’après-guerre.

En effet, la tension monte entre Rami Makhlouf, l'homme le plus riche de Syrie et le président Bachar al-Assad. La pression s'accroît pour marginaliser Makhlouf, qui contrôle 60 % de l'économie, une fortune estimée à près de 10 milliards d’euros. Il est le pilier financier du gouvernement et cousin maternel du président. Son empire s'étend des télécommunications au commerce de détail, en passant par les hydrocarbures, l'électricité, les banques, les assurances, le transport aérien...

Makhlouf révèle ses désaccords sur Facebook. Il y affirme que le Trésor public lui réclame 178 millions $ impayés. Il y plaide un rééchelonnement de sa dette, arguant la survie d'une de ses entreprises principales Syriatel, premier opérateur de téléphonie mobile en Syrie et fleuron de l'économie nationale. Il y affirme que les services de sécurité ont arrêté plusieurs dirigeants de ses entreprises. On le voit implorer le Président de ne pas lui extorquer l’intégralité de sa fortune au nom de la lutte anticorruption.

Sa brouille avec le pouvoir éclate à l'été 2019, lorsque les autorités prennent le contrôle de son organisation caritative. Il semblerait que Makhlouf ait à un moment refusé de payer, après avoir longtemps financé l'effort de guerre. Il a financé les "Forces du Tigre", l'élite de l'armée syrienne. A même indemnisé les familles des soldats de l’armée tués au combat. Après son refus de payer, les "Forces du Tigre" deviennent la 25e division.

Grâce à ses sociétés écran, il était un des rares capables de détourner les sanctions américaine et européenne en faisant rentrer en Syrie des bateaux plein de marchandises.

Rami mahlof 1En décembre dernier, le gouvernement gèle les avoirs de plusieurs hommes d'affaires pour évasion fiscale et enrichissement illégal, Makhlouf y tient la première place.

Certains médias évoquent les rivalités familiales impliquant la première dame, qui chercherait à garantir l'avenir de son fils, en éloignant la famille Makhlouf. La femme de Bachar préside la commission de lutte contre le blanchiment d’argent.

Makhlouf a connu une ascension fulgurante quand Bachar al-Assad a pris la succession de son père Hafez en 2000. il est devenu lors de la libéralisation économique, l’homme le plus riche de Syrie et aurait été l’œil de Moscou dans le secteur économique.

D'ailleurs des articles sont parus dans les médias russes par la "Federal News Agency", dirigée par l’homme d’affaires russe Prigojine, proche du président Poutine, affirmant que Bachar al-Assad contrôlerait faiblement la situation sur le terrain et que les intérêts économiques russes en Syrie ne seraient pas assez pris en ligne de compte par le pouvoir syrien. Comprendre : le clan Makhlouf est maltraité. La Federal News Agency a par la suite retiré ces articles, affirmant que son site avait été piraté.

M. Aksenenok ancien ambassadeur russe en Syrie, a soutenu que le manque de flexibilité du gouvernement syrien et son désir de remporter une victoire militaire à tout prix, causait des problèmes énormes à la Syrie.

En fait, Makhlouf, ses frères et son fils sont à l'origine de ces attaques et de la divulgation du scandale monétaire de la société Takamol appartenant à un cousin de la femme d'Assad. Le ministre syrien du Commerce a dû enlever le contrat de cartes à puce à Takamol et le donner à une société d'état. Takamol soutirait un profit éhonté du système de cartes à puce. Par la suite Assad limoge le ministre. 

Puis la femme du président met la main sur les investissements de Rami Makhlouf dans la Bustan Charitable Society et impose la tutelle sur Syriatel appartenant à Makhlouf et ce pour un problème douanier, qui a contraint Makhlouf à payer pour être remis en liberté.

Le clan Makhlouf a riposté en divulguant sur des médias russes l’achat d’un tableau de 30 millions de dollars par le président syrien à la Première dame du pays.

Aujourd'hui, Makhlouf essayerait de faire sortir son argent de Syrie et même si plusieurs médias arabes affirment qu'il est réfugié aux Émirats arabes unis, le magnat syrien serait toujours dans l'un de ses domiciles en Syrie. En fait, 8 hommes d'affaires contrôlent la Syrie. Makhlouf est le plus important et le seul alaouite, les autres sont sunnites.

Le Président Assad n'a jamais pris la parole en public au sujet de son cousin.

Sources : AFP; France 24; Le Point; Fabrice Balanche; Middle East Eye; Observatoire syrien des droits de l'Homme; L'orient le Jour; Sputnik; The Syria Report.

David hockney 1102 2

Splash du peintre britanique David Hockney vendu 30 millions $, lors d'une vente aux enchères à Londres par un acheteur représentant le président Bachar al-Assad.

L'armée syrienne revient en force sur la plaine d'Al-Ghaab

Sahl el ghab 1

Sur la plaine d'Al-Ghaab dans le gouvernorat d'Idlib, après avoir perdu une trentaine de soldats, l'armée syrienne envoyant des renforts, a repris au cours des dernières 48 heures, les villes de Joureen et Al-Tanjara ainsi que d'autres villages, au Parti Islamique du Turkestan et au groupe Hurras Al-Deen, lié à Al-Qaïda et ce sans l'aide de l'aviation militaire russe.

Al ghab plains offensive 04 16 e1460972412262

Lourde perte pour l'armée syrienne sur la plaine d'Al-Ghaab

Er3vemax0aawsce

Dans le gouvernorat d'Idlib, l'armée syrienne dépêche en ce moment plusieurs renforts vers la plaine d'Al-Ghaab, où elle a subi une embuscade causant la mort d'une trentaine de ses soldats. L'attaque aurait été effectuée par "Rouse the Believers", organisme créé par le regroupement de ces 3 groupes, le Front Ansar al-DinAnsar al-Tawhid et Ansar al-Islam. Ils seraient liés à Al-Qaïda. Il s'agit de la perte la plus meurtrière pour l'armée syrienne depuis les deux derniers mois. De sorte qu'elle lance des barrages continuels d'artillerie et de missiles sur les positions djihadistes.

Pendant ce temps dans le gouvernorat d'Al-Hasakah, des combats ont éclaté entre 2 clans de l’Armée Nationale Syrienne soutenue par la Turquie, soit entre les forces du Sultan Murad et celles d'Al Hamza. Le différend serait apparu lors de la distribution du butin résultant du pillage de masse des villes et des villages environnants.

Jour après jour, les affrontements et les défections s'intensifient dans les rangs des factions soutenues par la Turquie, la plupart des différends provenant du contrôle du butin ou du refus d'aller combattre en Libye.

Al ghab plains offensive 04 16 e1460972412262

Relations houleuses entre Assad et son cousin

Rami mahlof 1

                                                            Rami Makhlouf et le Président Bachar Al Assad 

Trois articles parus dans les médias russes par la "Federal News Agency", dirigée par l’homme d’affaires russe Prigojine, proche du président Poutine, trois articles parus dis-je, qui affirment que Bachar el-Assad contrôlerait faiblement la situation sur le terrain et que les intérêts économiques russes en Syrie ne seraient pas assez pris en ligne de compte par le pouvoir syrien.

La Federal News Agency a retiré les articles, affirmant que son site avait été piraté. Mais d’autres articles semblables sont publiés sur d’autres sites web russes.

M. Aksenenok ancien ambassadeur russe en Syrie, soutient que le manque de flexibilité du gouvernement syrien et son désir de remporter une victoire militaire à tout prix, cause des problèmes énormes à la Syrie.

En fait, l'origine de ces informations est dû aux relations devenues houleuses entre le clan du président Assad et celui de son cousin maternel Rami Makhlouf, considéré comme la plus grande fortune du pays. Makhlouf contrôle 60% de l'économie et était le principal agent commercial de la famille Assad. Il soutenait également financièrement le régiment d'élite de l'Armée syrienne "Les Forces du Tigre", devenu tout récemment la 25e division. Il est propriétaire de Syriatel, Syrian Pearl Airlines, le quotidien Al Watan, de stations de radio et de télévision, des entreprises de travaux publics et d'enseignement.

Il a le monopole sur l'importation du tabac et est impliqué dans l'immobilier, les banques, boutiques hors taxes, grands magasins de luxe, sociétés d'assurance. Son frère Mohamad est actif dans le secteur pétrolier. Makhlouf entretient des relations étroites avec Bushra al-Assad, sœur aînée de Bashar. Les deux ont des entreprises incorporées à Dubaï et en Russie pour échapper aux sanctions américaines et européennes. Rami gère aussi un certain nombre de projets commerciaux au Liban avec Maher al-Assad, le frère cadet de Bachar. La tension est grandissante entre les deux. Sanctionné aux États-Unis, Rami Makhlouf a transféré ses avoirs américains à son frère Ihab.

Les Makhlouf craignent de devenir les boucs émissaires d'une campagne anti-corruption. C'est pourquoi ils sont à l'origine de la divulgation du scandale monétaire de la société Takamol appartenant à un cousin de la femme d'Assad. Le ministre syrien du Commerce a dû enlever le contrat de cartes à puce à Takamol et le donner à une société d'état. Takamol soutirait un profit éhonté du système de cartes à puce.

En réponse la femme du président venant du milieu financier, a mis la main sur les investissements de Rami Makhlouf dans la Bustan Charitable Society et a imposé la tutelle sur les sociétés de communication mobile Syriatel et MTN appartenant à Makhlouf et ce pour un problème douanier, qui a contraint Rami Makhlouf à payer pour être remis en liberté.

Le clan Makhlouf a riposté en divulguant sur des médias russes l’achat d’un tableau de 30 millions de dollars par le président syrien à la Première dame du pays. La peinture est de l'artiste britannique David Hockney et s'appelle "Splash". Il a été vendu lors d'une vente aux enchères à Londres le mois dernier, à un acheteur représentant le président Bachar al-Assad.

Le rôle économique de Maher el-Assad (frère cadet du président) militaire de carrière, est entrain d'exploser et empiète sur le terrain de Makhlouf. Il est à la tête de la quatrième division blindée et de la Garde républicaine, deux divisions héroïques de l'Armée syrienne.

Les Russes dans tout ça, rivalisent avec leur partenaire iranien qui cherche aussi à récupérer sa mise.   

Sources : Al-Masdar news; BBC News; Financial Times; Federal News Agency; Gosnovosti; L'Orient le Jour; Le Parisien; Pro Justice; The New Arab; The Syria Report; Syria Direct; The Syrian Observer; The Times.  

David hockney 1102 2

Splash du peintre britanique David Hockney                            

Syrie, Erdogan monte le ton

Gettyimages 1207621177

Au cours des dernières semaines, l'Armée syrienne est devenue plus agressive. C'est au quotidien qu'elle bombarde à l'artillerie lourde Hay'at Tahrir Al-Sham (HTS) et le Parti Islamique du Turkestan (PIT), surtout sur la plaine d'al Ghaab.

Erdogan : «Si le régime syrien continue de violer le cessez-le-feu à Idlib, nous lui ferons payer un lourd tribut.» L'armée turque a établi son 59e poste d'observation dans le Grand Idlib, au sud de l'autoroute M-4. Ces postes sont en fait des positions militaires fortifiées. De l'artillerie lourde et des lance-roquettes y sont déployés dans nombre d'entre elles.

Le ministre iranien des Affaires étrangères a rencontré à Damas le président syrien Bachar al-Assad. Lors de cette rencontre, M. Assad a dénoncé les empiétements continus de la Turquie sur la souveraineté et le territoire syrien dans le nord du pays.

Nord-est

Des personnes non identifiées ont attaqué un véhicule de l'Armée américaine dans le gouvernorat d'Hasaka, causant la destruction du véhicule et la blessure d'un certain nombre de soldats américains. 2e attaque, ce mois-ci. La dernière fois, il y avait eu un mort parmi les soldats américains.

Sources : Al-Masdar News; Observatoire des droits de l'homme; Le Point; Sana, agence d'information syrienne.

94197199 3111125232264621 8145477189932941312 o 2

Le ministre iranien des Affaires étrangères et le président syrien Bachar al-Assad

Syrie : La guerre est repartie sur les plaines d'Al Ghaab

La Chine fournit 2 000 tests pour le covid-19, pendant que la Syrie produit son propre respirateur pour lutter contre le virus.

Untitled38 1
Nord-Ouest

Des combats préliminaires débutent sur la plaine d'Al-Ghaab.

Pour le deuxième jour consécutif, des drones inconnus, considérés comme russes ou syriens, font des ravages dans les rangs d'Hay'at Tahrir Al-Sham (HTS) et de ses alliés. Des duels de barrages d'artillerie sont signalés, de même à Saraqeb.

HTS et le Parti Islamique du Turkestan (PIT) renforcent leur position. Ankara augmente le nombre de ses commandos et y déploie du renfort.

Des drones turcs espionnent l'Armée syrienne. Une colonne de chars se déplacent vers la base de Jurin, tremplin pour les opérations militaires syriennes. En passant par la plaine d'al-Ghaab, les forces syriennes peuvent atteindre l'autoroute M-4.

L'Armée syrienne surveille les mouvements d'HTS sur l'axe de la plaine d'Al-Ghaab et y mène à l'occasion des opérations, dont l'une s'est avérée fatale pour "kojak le tireur d'élite TOW", un membre de HTS considéré comme le meilleur opérateur de missiles antichars. Il est décédé.

Tout indique qu'une grande opération militaire se prépare.

Nord-Est

Dans le gouvernorat d'Al-Hasakah, l'explosion d'une voiture piégée a tué et blessé un grand nombre de pro-Turcs. Les forces turques ont alors ouvert le feu sur des maisons voisines et arrêté plusieurs habitants.

Au cours des derniers mois, les zones occupées par la Turquie connaissent une série d'explosions. Ankara accuse les Kurdes d'en être les auteurs.

Dans le gouvernorat d'Hasakah, l'armée turque a lancé un barrage d'artillerie sur l'armée syrienne et aussi dans le gouvernorat de Raqqa contre les Kurdes.

Les Forces Démocratiques Syriennes dirigées par les Kurdes ont arrêté un haut dirigeant de l'État islamique, responsable du financement et de l'équipement des cellules dormantes.

L'Armée syrienne et les forces russes établissent une base d'hélicoptères près de Raqqa.

Sud-Ouest

Un drone israélien a effectué une frappe, tuant un haut-gradé du Hezbollah libanais. Il semble que les forces de défense aérienne syriennes et les radars russes n'aient pas détecté le drone.

Pourtant, le système anti-aérien russe Pantsir, que possède l'Armée syrienne, fait des miracles en Libye contre les drones turcs. Il est possible qu'Israël mène des opérations de guerre électronique contre le système de défense aérienne syrien.

D'ailleurs, l'avion de reconnaissance américain intercepté par un avion militaire russe, tentait de pirater le système de défense aérienne russe S-400, sur la base aérienne de Hmeimim.

Sources : Agence de presse syrienne SANA; Al-Masdar News; Avia.pro; Bulgarian Military.com; Observatoire syrien des droits de l'homme; Soha.vn (Vietnam); Sputnik Arabic; Step News (pro-Kurdes). 

Sahl el ghab

Syrie : 16 avril 2020

Thumbs b c a66d052eca0cf558077f25cea2d0bbdd

Les Nations Unies ont envoyé 63 camions d'aide humanitaire à Idleb, en passant par la Turquie. 

L'armée syrienne déjoue une attaque de l'État islamique (EI) à l'est de Homs, sécurisant ses gisements pétroliers et de gaz. Elle lance aussi avec l'Irak une opération anti-EI sur la zone frontalière.

L'EI refait surface à Tell Abyad dans le nord de Raqqa, sous la protection du Front al-Shamiya, faction de l'Armée Nationale Syrienne soutenue par la Turquie. Le renseignement turc s'y est réuni avec des chefs de l'EI. Des manifestants ont essayé de bloquer la réunion, mais l'Armée turque est intervenue.

L'armée turque et la police militaire russe ont mené une 4e patrouille conjointe sur l'autoroute M-4, mais sont toujours bloquées par les partisans de Hayat Tahrir al-Sham (HTS) et du Parti Islamique du Turkestan (PIT).

Un commandant notoire de HTS a été tué au nord de la ville d'Idleb, soit par les services secrets syriens ou un commando des forces spéciales russes. Après l'assassinat, un dure échange d'artillerie lourde a eu lieu entre HTS et l'Armée syrienne à Al-Bara. HTS et le PIT ont aussi bombardé l'Armée syrienne dans les provinces de Lattaquié et de Hama. HTS, qui est dans une période de recrutement, forme 3 nouvelles brigades. 

En Méditerranée, un jet Su-35 russe a intercepté un avion espion américain P-8A volant vers la côte syrienne, dans le but d'opérer une reconnaissance.

Des militants formés à la base américaine d'Al-Tanf ont réussi à fuir. Ils ont été poursuivis par leur collègues pro-Américain. À la suite d'un affrontement, 27 ont réussi à s'échapper. Ils se trouvent actuellement à Palmyre sous la protection de l'Armée syrienne.

L'Armée syrienne et les habitants d'Abou Qusayb ont contraint un convoi de l'Armée américaine à faire demi-tour et à regagner sa base.

Sources : Al-Masdar News; Al-Quds al-Arabi; Avia.pro; Centre russe de réconciliation pour la Syrie; Département américain de la Défense; Observatoire syrien des droits de l'homme; South Front; Ssoha (Hanoï); Turkish Press.

Evqpwqnwkaaigrd

Syrie, 14 avril 2020

Syrie

Une reconstruction à grande échelle d'après-guerre est en cours dans toutes les zones de la Syrie reprises aux djihadistes. Les maisons, les entreprises et les infrastructures sont en cours de réparation ou de reconstruction. 957 établissements d'enseignement et 238 services de santé ont été restaurés, six ponts automobiles et 1300 kilomètres de routes réparés, 1200 kilomètres de lignes à haute tension posées et 199 installations d'approvisionnement en eau, 315 boulangeries, 776 sous-stations électriques et 14 500 entreprises industrielles mises en service.

À l'heure actuelle, dans 345 communautés dans dix provinces, des travaux sont en cours pour restaurer et réparer 2 700 maisons, 225 écoles, 176 garderies préscolaires, 241 installations médicales, 203 boulangeries, 203 postes électriques, 281 pompes à eau et 90 lieux de culte.

Idleb

Vu le refus de Hayat Tahrir al Sham (HTS) et du Parti Islamique du Kurdistan (PIT) de se retirer du sud de l'autoroute M-4; pour une deuxième fois en 24 heures, l'Armée syrienne leur a lancé un barrage d'artillerie. HTS a répondu par un bombardement sur Miznaz. Au lieu de se retirer, les terroristes reçoivent du renfort et empêchent les forces russes et turques d'effectuer leurs patrouilles le long de l'autoroute M-4. Selon l'accord de cessez-le-feu conclu, ils sont censés se retirer à 6 km au nord de la M-4. 

Les avions russes effectuent toujours des patrouilles de reconnaissance et le canal de communication spécial entre l'Armée russe et l'Armée turque continue toujours de fonctionner. L'Armée syrienne a fait venir des renforts et attend le "OK" de l'Armée russe pour poursuivre son offensive.

L'armée de l'air israélienne quant à elle, effectue plusieurs vols de reconnaissance au-dessus de l'espace aérien libanais, s'approchant à plusieurs reprises de la frontière syrienne, incitant la défense aérienne syrienne à relever son niveau d'alerte.

Après l'assassinat du juge local de la charia de HTS et après l'arrestation d'un commandant de Faylaq Al-Sham faisant parti de l'Armée Syrienne Libre (ASL) soutenue par la Turquie et suite à la manifestation d'HTS le long de la M-4 empêchant l'Armée turque de terminer sa patrouille et suite au fait que certains membres d'HTS ont tiré des coups de feu sur l'Armée turque, les tensions augmentent à l'intérieur du groupe pro-Turcs. 

Euphrate

Le seul pont sur l'Euphrate près du Deir ez-Zor a été construit par l'Armée russe et permet aux agriculteurs de livrer leurs produits aux communautés de chaque côté du fleuve. Il y avait douze ponts sur l'Euphrate à cet endroit. Les bombardements américains les ont tous détruits. Les maisons détruites ont été restaurées. Les agriculteurs locaux ont recommencé à travailler leurs champs. 

Sources : Al-Masdar News; Centre du ministère russe de la Défense; SouthFront; Sputnik Arabic;

 

Syrie, ce qui s'en vient

El1th lwoaa76s4

Carte
Porkin Goorkan3

Nord syrien, de gauche à droite :

Idlib, en gris en haut à gauche, Hayat Tahir al Sham (HTS, ancien al Qaïda) contrôle le terrain. L'armée turque y possède des postes d'observation militaire. L'armée syrienne encercle totalement HTS et gruge petit à petit son territoire, pendant que l'aviation militaire russe bombarde HTS.

En jaune : Bases militaires de l'armée russe.

De nouveau en gris : Le Front de Libération National (FLN, pro-turc), aidé par l'armée turque.

Puis, en rose : Depuis le retrait de l'armée américaine, l'armée russe et l'armée syrienne contrôlent ces territoires en accord avec les Forces Démocratiques Syriennes à majorité kurdes (FDS), dans le but d’empêcher l'armée turque et son allié le FLN de poursuivre leur avancée.

La 3e zone grise : Territoire syrien conquis par l'armée turque et son allié le FLN.

En mauve : L'armée américaine et son allié kurde, les FDS.

Dans l'année à venir, le gouvernorat d'Idlib sera totalement repris par l'armée syrienne avec ou sans accord entre la Turquie et la Russie.

Toujours dans l'année à venir, l'armée américaine se retirera totalement de la Syrie. Les Kurdes obtiendront une autonomie relative au niveau des villes et non pas au niveau provincial.

Pour ce qui est des territoires conquis par l'armée turque, probablement qu'après les avoir peuplés par des réfugiés syriens non kurdes, la Turquie les retournera à la Syrie.