Syrie

Syrie : Rencontre secrète

 

La Russie est désormais incontournable pour la conclusion d'un accord de paix.

Russes et Américains

S’ils ont des points de désaccord, Russes et Américains ont en commun la même volonté d’en finir avec la crise syrienne. Washington aimerait clore ce chapitre avant l’élection présidentielle. Poutine, qui redoute un enlisement dévastateur pour sa popularité, ne veut pas voir les négociations s’éterniser.

Deux listes

Toutes les discussions se cristallisent aujourd’hui autour de l’établissement de deux listes acceptées par tous. Une première qui recense les groupes terroristes à sortir du jeu par la force. Une seconde qui fournit les noms des organisations et des personnes incluses dans le processus politique.

Hezbollah

L’entrée de l’Iran à la table des négociations a  le mérite de mettre les acteurs régionaux face à face. L’un des points de blocage concerne le Hezbollah, que l’Arabie saoudite souhaite voir inscrit sur la liste des groupes terroristes à éliminer. Demande rejetée par les Syriens et l'Iran.

Rencontre secrète

Des diplomates russes ont participé à une rencontre secrète qui réunissait des représentants de l’opposition armée et du gouvernement syrien, l’émissaire de l’ONU et des diplomates italiens et allemands y étaient aussi présents. Sans doute y avait-il d’autres participants.

Iran et Arabie saoudite

Les négociations avancent. Il y a de nombreuses réunions auxquelles sont désormais associés l’Iran et l’Arabie saoudite.

Aujourd'hui il ne peut plus y avoir de solution politique en Syrie sans Moscou et sans Téhéran. Car eux ont une stratégie cohérente, ce que les Occidentaux n'ont pas.

Assad

L'Arabie saoudite insiste fortement pour que l'Iran et la Russie se prononcent en faveur du départ de Bachar al-Assad de la scène politique, le principal point d'achoppement. 


Sources :

24 Heures : Négociations secrètes pour sortir la Syrie du chaos, 13/11/15

Canal Togo : Syrie : sérieux différends avant la conférence de Vienne,13/11/15

Les Échos.fr : Sortir de la tragédie syrienne, 09/11/15

Les Russes dirigent la guerre et les négociations

 

Début d'une présélection d'opposants pour la transition

Qui parmi les opposants syriens discutera de la transition politique avec le régime? 

 

Divergences sur les groupes terroristes

Une commission composée de neuf pays planchent sur les listes définissant les organisations terroristes. La Russie et l'Iran s'opposent aux États-Unis, à leurs alliés européens et arabes, sur les groupes devant être qualifiés de terroristes et ceux pouvant être considérés comme l'opposition.

 

Un choix difficile

Chaque pays pourra présenter sa liste de noms, mais il faudra la réduire à 25 personnes, qui seront réparties dans deux commissions, une sur la réforme politique et l'autre sur la sécurité. Dans ces deux commissions sous l'égide de l'ONU, débutera de véritables négociations avec le régime.

La Russie présente une liste de 38 noms comprenant la coalition de l'opposition, l'opposition de l'intérieur et les Frères MusulmansL'Arabie saoudite présente sa liste de 20 noms et l’Égypte en soumet 10. 

 

Proposition russe

Moscou propose également un document en huit points, intitulé "Approche pour le règlement de la crise syrienne", (rejeté d’emblée comme base de discussions par les pays hostiles au maintien de Bachar au pouvoir).

Ce document propose la création d'un comité constitutionnel, présidé par un candidat accepté par le régime et l’opposition. Ce comité aura pour mission de rédiger une nouvelle Constitution en 18 mois.

Il y aura ensuite référendum sur cette nouvelle constitution et suivra l’élection présidentielle. Les élections législatives prévues en 2016 seront repoussées pour qu’elles aient lieu après la réforme constitutionnelle. 

Le nouveau président aura la charge de l'armée et du service de renseignements. Bachar al-Assad pourra se présenter à la présidence, le principal point du litige. L’Arabie saoudite et ses alliés s'y opposent. 

De son côté, Téhéran considère Assad comme étant le président légitimement élu et estime qu’il revient au peuple syrien de choisir le président lors des prochaines élections. 

 

Le tempo russe

En plus de faire bouger les lignes du front, en matraquant sans répit les groupes rebelles, M. Poutine donne également le tempo à propos des négociations internationales.

L’intervention massive de l'aviation russe étonne les Occidentaux. Elle change le rapport de force non seulement sur le terrain mais aussi dans les négociations. Malgré quelques revers de l’armée syrienne, les rebelles islamistes perdent du terrain. Leur pression sur Damas et Alep faiblit. L'accès à la région alaouite, le fief du régime, est en cours de dégagement.

En effet, un mois et demi après le début de l’intervention russe, l'armée syrienne remporte ses premières victoires significatives, à l’est et au sud d’Alep, soit l’aéroport de Koueires et al-Hader.

 

La Coalition

Une partie des moyens fournis par les États du Golfe ont été enlevés de Syrie et envoyés au Yémen, où l’Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis et le Qatar mènent une guerre aux rebelles houthistes soutenus par l’Iran.

La France décide donc de doubler son déploiement aérien contre l’État islamique. Le tempo occidental en Syrie et en Irak pourra ainsi s’accélérer, afin de ne pas laisser le monopole du succès uniquement à la Russie.

 

Sources :

Le Monde : syrie sérieux differends avant la conference de vienne, 12/11/15

Le Figaro : La Syrie s'empare du fief rebelle d'al-Hader. 12/11/15

Valeurs Actuelles : Syrie : comment Poutine impose son rythme, 12/11/15

Direct Matin : Syrie : début d'une présélection d'opposants pour participer à la transition, 12/11/15

Ban Ki-Moon déplore l'attitude occidentale

 

 Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon :

Images 4 1«L’avenir du président Assad doit être décidé par le peuple syrien. Maintenant, je ne veux pas interférer dans le processus de Vienne, mais je pense qu’il est totalement injuste et déraisonnable que le sort d’une personne paralyse toute cette négociation politique.

Ceci est inacceptable et injuste. Le gouvernement syrien insiste pour que Assad fasse partie de la transition. Beaucoup de pays occidentaux s’opposent à la position du gouvernement syrien. Pendant ce temps, nous avons perdu des années.

250 000 personnes ont été tuées. Il y a 13 millions de réfugiés ou déplacés intérieurs. Plus de 50% des hôpitaux, des écoles et des infrastructures ont été détruites en Syrie.

Vous ne devez pas perdre plus de temps. Cette crise va plus loin que la Syrie, au-delà de la région. Elle affecte l’Europe. Il s’agit d’une crise mondiale.»

Il ne sert à rien d'en dire plus.

L'EI et al Nosra : Toujours le vent dans les voiles

 

Avions 3

Dans le Sinaï, un avion civile russe est descendu par l'EI. L’opération porte un coup fatal à l’une des principales ressources de l’Égypte : le tourisme

 

L'armée russe bombarde la région de Palmyre

L’un des effets : Moscou élargie ses bombardements à Palmyre et Raqqa où se situe l'État islamique. Ce qui diminue la pression des raids ailleurs au pays.  

La stratégie de l'EI et d'al Nosra : Renforcer leur coopération dans le but d'ouvrir un maximum de fronts. Dans ces conditions l'armée syrienne a beaucoup plus de difficulté à récupérer le terrain perdu.

D'ailleurs, après un mois de bombardements russes, le régime n'enregistre toujours pas d'avancée spectaculaire. Même si à Alep, les positions de l'EI semblent s’effriter quelque peu. 

Dans la province de Lattaquié à Salma, Moscou touche un poste d'al-Nosra, qui servait à perturber les communications radio des forces gouvernementales. 

Au centre du pays, dans la province d'Hama, Ahrar al-Cham, s'empare d’Atchane, le régime perd ainsi sa dernière position conquise au mois dernier. 

Dans le Nord-Ouest, à Idleb, l’OIAC conclue que le gaz de chlore a été utilisé. Cette fois-ci, c’est Damas qui est pointé du doigt par l'Organisation Syrienne des Droits de l’Homme.

Selon le Bureau des forces révolutionnaires en Syrie, les rebelles ont détruit 123 chars de l’armée syrienne en octobre, avec les missiles antichars Tow.

 

Les USA lâchés par leurs alliés en Syrie

Les États-Unis envisagent d’intensifier leur campagne aérienne contre Daech. Par contre, l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis dépêchent la majeure partie de leurs forces aérospatiales sur le Yémen dans le but de réprimer les Houthis. Quant au Bahreïn, ses dernières frappes aériennes remontent à février dernier. L'implication du Qatar demeure minime.

L'engagement de l'Australie bat de l'aile. Le nouveau premier ministre du Canada s'engage à retirer l'aviation canadienne de Syrie. Aucun allié occidental n'envisage de s'installer sur la base aérienne d'Incirlik en Turquie, ce qui permettrait d'améliorer les frappes aériennes en Syrie et en Irak.

La part des frappes aériennes effectuées par les alliés des États-Unis ne dépasse pas 5% en Syrie et 30% en Irak.

 

Soucres :

Le Figaro : En Syrie, les rebelles multiplient les fronts, 01/11/15

La Presse : L'armée russe a bombardé la région de Palmyre, 02/11/15

45e Nord : Gaz moutarde dans la province d’Alep, des militants syriens pointent maintenant du doigt l’EI, 06/11/15 

Sputnik : Les USA lâchés par leurs alliés en Syrie, 08/11/15

Syrie : À un mois ou deux du plus grand choc guerrier

 

Sarin 0 0

Soldat syrien

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques confirme l'utilisation du gaz moutarde, le 21 août à Marea, une localité syrienne frontalière de la Turquie.

L'Organisation Syrienne des Droits de l'Homme affirme que c'est l'État islamique qui a utilisé des gaz toxiques durant son attaque contre Marea.

 

Depuis un mois, la tension ne cesse d'augmenter 

Les Russes installent leur aviation militaire à Lattaquié dans l'Ouest du pays et bombardent intensivement les rebelles. Ils utilisent des moyens électroniques aptes à rendre inopérant les moyens de communication de tout ennemi à l’intérieur de leur bulle de protection. Ils déploient des missiles SAM (Surface-to-Air Missiles) et des missiles balistiques sur le littoral syrien.

Les Américains envoient une cinquantaine d'hommes au sol dans l'Est. La France annonce l'utilisation du porte-avions Charles de Gaule pour décembre, mois durant lequel les Américains annoncent une augmentation significative de leurs bombardements (aidés de leurs hommes au sol). 

Un haut gradé d'al Qaîda s'est rendu en Syrie pour harmoniser les forces d'al Nosra avec l'État islamique. L'EI utilise maintenant du gaz moutarde comme arme. Il réussit à ralentir et parfois même à faire reculer les forces syriennes, malgré de nombreux bombardements russes. Ils utilisent des missiles Tow contre les chars d'assaut. Il semble que les Russes se soient fait descendre un avion civile dans le Sinaï par l'EI.

Depuis plus d'un mois les Russes bombardent. Depuis plus d'un an les Américains et leurs alliés bombardent. Depuis plus de quatre ans, l'armée syrienne aidée du Hezbollah et de certaines forces d'élite d'Iran ne parviennent absolument pas à les bousculer. L'armée irakienne est également dans le même pétrin dans son propre pays avec le même ennemi.

A1

État islamique

Bien que l'EI et al Nosra soient socialement et religieusement retardés, le moins que l'on puisse dire, est qu'ils sont d'excellents guerriers avec d'excellentes stratégies. Ils savent se camoufler, utilisent des leurres, des tranchées impressionnantes, des tunnels imprévisibles, des caches introuvables. Avec un excellent système de renseignements, ils savent quand et où attaquer avec un armement adéquat et des miliciens compétents. 

De toute évidence, nous sommes à un mois ou deux du plus grand affrontement à l'intérieur de cette guerre. La ligne de front fléchira d'un côté ou de l'autre. 

La partie alaouite du pays est sauve, les Russes y étant. Si l'EI tient bon, les Russes peuvent probablement se contenter de ce que le gouvernement syrien appelle la partie utile du pays. Dans cette partie utile, en plus de la section contrôlée par Assad, il y a : Alep, Homs, Hama, Deraa, Palmyre où les Syriens sont en offensive. Ils ont de la difficulté. Ce n'est pas gagné d'avance mais ils peuvent y parvenir. On verra. 

Plus ce sera difficile, plus l'État islamique a des chances de conserver l'Est de la Syrie comme Deir Ezzor. S'il perd trop de terrains, il a les moyens de faire un baroum d'honneur : des attentats en territoire occidental. L'avion civile russe descendu, était probablement un avertissement envoyé à tous ses ennemis.

La brutalité de la guerre n'a pas dit son dernier mot. Le plus sanglant est à venir. Nous sommes quand même plus prêt de la fin que du début.

Presque la moitié de la population est réfugiée soit à l'intérieur ou à l'extérieur du pays. Le conflit ne peut pas durer plus d'un an. Ce serait trop onéreux pour tout l'monde.

Koban

Réfugiés

 

Sources :

Le Figaro : Syrie: l'EI aurait utilisé du gaz moutarde, 06/11/15

La Presse : L'EI accusé d'avoir utilisé du gaz moutarde, 05/11/15

et quelques uns de mes articles.

Le régime perd à Hama

 

​Sur le terrain, l’armée syrienne et ses alliés gagnent la course vers l’autoroute d’Alep mais se heurtent à une contre-offensive à Homs.

Ahrar al-Cham s'est emparé d'Atchane et d'autres localités voisines, récupérant tous les villages pris par le régime syrien il y a un mois, dans la province centrale d'Hama. Des combats se déroulent toujours près de Maan, au sud d'Atchane.

L'armée syrienne, appuyée par les bombardements russes, avait pris le contrôle d'Atchane le 10 octobre. Dans cette région, tous les gains réalisés par les forces du régime avec l'appui des bombardements russes ont été perdus. Les islamistes avaient déjà repris Tal Skake, dans la même région.

L'armée a aussi perdu au profit des djihadistes de Jund al-Aqsa, Morek, la seule localité qui était aux mains de l'armée sur l'autoroute-clé entre Alep et Hama. Morek a changé plusieurs fois de mains en quatre ans de guerre civile. Les forces gouvernementales l'avaient reconquise en octobre 2014. Sa perte survient au lendemain de la reprise par le régime, d’une route secondaire à travers le désert reliant Homs à Alep.

Il n'y en aura pas de facile. Ce n'est pas simple pour les Américains, il semble que ce soit aussi le cas pour les Russes et l'armée syrienne.


Sources :

Annahar TV : Syrie: le régime a perdu toutes Les localités prises à Hama, 06/11/15

Le Devoir : Damas subit un sérieux revers, 06/11/15

La Russie envoie des systèmes antiaériens en Syrie

 

Selon Moscou, les unités militaires opérant en Syrie doivent être protégées contre toute éventualité. Aussi l'armée russe vient d’annoncer le déploiement de systèmes de missiles SAM (Surface-to-Air Missiles) et de missiles balistiques en Syrie, à l’intérieur de sa bulle de protection étendue sur le littoral syrien.

Depuis le début de la campagne militaire, les forces aériennes russes ont fait plus de 1 600 sorties et ont frappé plus de 2 000 positions de l'EI et d’al-Nosra.

 

russia 140

Toujours à l’intérieur de sa bulle de protection, les capacités russes en matière de guerre électronique sont pour le moment aptes à rendre inopérant l’ensemble des moyens de communication de l’OTAN.

Sources :

Sputnik : La Russie envoie des systèmes antiaériens en Syrie, 05/11/15
Infosdanyfr : Conflit au Moyen-Orient: Moscou déploie des missiles balistiques en Syrie, 05/11/15

 

Alep, l'armée syrienne en position de force

 

Première victoire stratégique de l’armée syrienne à Alep

Plus particulièrement en ce qui concerne la bataille d’Alep, les choses évoluent en faveur de l’armée syrienne. Après plusieurs difficultés, l’armée d'Assad vient de prendre le contrôle d’un point de passage considéré dès le début de cette bataille comme stratégique, al-Hadher au sud d'Alep.

Cette intersection des routes de la région va à la fois bloquer le déplacement des groupes terroristes, mais également faciliter le mouvement des troupes du gouvernement vers la libération totale de la ville et de la région. La ville est située non loin de la voie Alep/ Idlib, qui ouvre ensuite des perspectives vers Hamah et Damas.

 

Le Charles de Gaulle déployé pour lutter contre Daech

L'Elysée annonce le déploiement du porte-avions Charles-de-Gaulle pour participer aux opérations contre Daech. 

 

Damas prêt à dialoguer avec l'opposition

Le gouvernement syrien se dit prêt à participer aux pourparlers avec l'opposition syrienne qui doivent se tenir sous l'égide de l'Onu à Moscou.


Sources :

Réseau International : Syrie: première victoire stratégique de l’armée syrienne à Alep, 05/11/15

Ouest France : Syrie. Le Charles de Gaulle déployé pour lutter contre Daech, 05/11/15

Sputnik : Damas prêt à dialoguer avec l'opposition, 05/11/15

Les Forces démocratiques syriennes

Une coalition de groupes syriens reconquiert 255 km carrés à al-Haoul

Les Forces démocratiques syriennes et la Coalition arabe syrienne, à qui les Américains avaient parachuté des munitions le 12 octobre dernier, ont repoussé l'EI sur 255 kilomètres carrés à Al Haoul, dans la province d'Hassaké. D'autres parachutages de munitions suivront. Cette offensive était appuyée par des frappes aériennes américaines venues de Turquie. 

Cette avancée vient à point pour les États-Unis, contraints de faire évoluer leur action militaire, faute de résultats notables. Washington a notamment renoncé à recruter, former et équiper des rebelles pour lutter contre l'État islamique

Les États-Unis veulent dorénavant se concentrer sur la fourniture d'équipements et le soutien à des groupes déjà existants. Cependant l'ambiguïté demeure sur la nature réelle de ces groupes, soupçonnés d'être surtout des groupes kurdes.

Une enquête du New York Times fait planer le doute sur la composition réelle des Forces démocratiques syriennes. Presque toute la capacité de combat des FDS proviendrait des milices kurdes et non de groupes arabes. Quand à l'appellation Coalition arabe syrienne désignant les composantes arabes des FDS, elle serait purement une invention américaine.

Les FDS et l'Observatoire syrien des droits de l'homme confirment la mort durant l'offensive, d'un ressortissant canadien qui combattait l'EI. Selon le magazine Maclean's, qui avait publié un article sur lui l'été dernier, il avait déjà fait partie des Forces armées canadiennes et il s'agirait de John Robert Gallagher.

Une minute de silence !

Sources :

I24 News : Syrie: le Pentagone salue une avancée de ses alliés arabes contre l'EI, 05/11/15

Philippe Rousseau : Syrie : Nord : FDS attaque ; Sud : AAS attaque, 01/11/15

Ici Radio-Canada.ca : Un Canadien combattant l'El aurait été tué en Syrie, 04/11/15

 

al Qaïda demande à al Nosra et l'EI de s'unir

 

al-Qaïda envoie un émissaire à Idleb                                             

Selon le journal al-Quds al-Arabi, financé par le Qatar, l’arrivée dans la province d’Idleb d’un important dirigeant d’Al-Qaïda, connu sous le pseudonyme Seïf al-Adl, un  ancien militaire égyptien dont l’identité selon Wikipedia serait Zeidane, devrait rapprocher les deux milices wahhabites, al-Nosra et l'EI

Des partisans des mouvements djihadistes ont indiqué sur les réseaux sociaux qu’il serait chargé par le numéro un d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, de rectifier le parcours des milices. 

«Les Américains, les Russes, les Iraniens, les Alaouites et le Hezbollah coordonnent leur campagne contre nous. Ne sommes-nous pas en mesure d’arrêter de se battre les uns contre les autres et de se concentrer contre eux? » demande Al-Zawahri sur Twitter.
 

Sources : 

al Manar :  Al-Qaïda dépêche son émissaire à Idleb, 04/11/15 

Philippe Rousseau : Al-Qaïda appelle à s’unir contre l’Occident et la Russie, 03/11/15
 

Le siège d'Alep par l'EI, brisé par l'armée syrienne

 

L'Observatoire syrien des droits de l'homme le confirme. L'armée syrienne a brisé le siège imposé depuis deux semaines par l'EI aux secteurs gouvernementaux d'Alep, soit les quartiers ouest de la ville. Les militaires ont repris le contrôle total de l'unique route (Alep-Khanasser-Ithriya-Salmiyé) reliant les quartiers gouvernementaux au centre du pays. Près d'un demi-million de citoyens étaient pris au piège. 

Pour sécuriser l'accès à la ville, l'armée syrienne avec les Iraniens et le Hezbollah lancent une vaste offensive au sud de la cité, avec le soutien des frappes aériennes russes.

La plupart des postes de contrôle de l'armée situés sur cet axe vital étaient tombés le mois dernier entre les mains des combattants de l'EI, qui s'étaient emparé d'importants stocks de munitions.

Outre la reprise de la route menant à Hama et Homs, l'Armée Arabe Syrienne cherche aussi à progresser en direction de la base aérienne de Kweires, assiégée par différents groupes rebelles.

 

Alep coupée en deux

La ville est coupée en deux depuis juillet 2012, les rebelles contrôlent plus de la moitié de cette deuxième ville du pays.

 

Sources:

24 heures : L'armée a brisé un siège, à Alep, 04/11/15

Le Figaro :  La route d'Alep contrôlée par l'armée, 04/11/15

BFM TV :  Réouverture de l'unique route vers les quartiers gouvernementaux d'Alep, 04/11/15

Après d'âpres combats, l'EI ne donne pas sa place...

 

Cs5dmq7usaafixr

D'après Daviv Dubois.

 

Les combats

Après de violents bombardements russes et après avoir sécurisé le district rural de Cheikh Ahmad à 3 kilomètres; l’armée syrienne et le Hezbollah marchent vers la base aérienne de Kuweires au Sud-Est d’Alep (le 30 octobre, j'avais eu l'information comme quoi l'armée syrienne avait prise cette base aérienne). Après Kuweires, pour éviter toute riposte de l'ennemi, l’Armée Arabe Syrienne nettoiera l’axe Alep-Raqqa, avant de donner l’assaut sur Alep. Par contre, l'EI est entré dans la zone industrielle de cheikh Najjar (N-E Alep) par l'est, les combats sont présentement en cours avec le régime. Le régime d'Assad s'est retiré du village kurde de Til Aren près d'Alep, les citoyens se défendent seuls face à l'EI.

L'offensive de l'EI s'étend maintenant d'Alep jusqu'au nord de la province de DeraaL'EI annonce avoir capturé plusieurs positions dans la zone de Lajat au nord de la province de DeraaJaysh al-Islam utiliserait des Alaouites encagés comme boucliers humains. Il ya aussi affrontements violents entre les forces du Régime et celles de l'EI dans la ville de DeirEzzor, à l'est du pays.

 

Mort d'un autre haut gradé iranien en Syrie

Le quatrième haut gradé depuis près d'un mois, Le colonel Souleimani des Gardiens de la révolution, l'unité d'élite de l'armée iranienne, a été tué lors de l'opération "Terrible vengeance" à Alep. Depuis samedi, les médias à Téhéran ont annoncé la mort de cinq Iraniens en Syrie, ce qui porte leur nombre à une vingtaine depuis le 9 octobre.

 

La Politique

Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères rejette l'idée d'une "période de transition" pour mettre fin à plus de quatre ans de guerre civile.

"Nous parlons d'un dialogue national en Syrie et d'un gouvernement élargi et d'un processus constitutionnel. Nous ne sommes pas du tout en train de parler de ce qui est appelé période de transition", affirme-t-il.

Pendant ce temps, la Russie souhaite une réunion entre représentants du gouvernement syrien et des groupes de l'opposition à Moscou, la semaine prochaine.


Sources :

MamAfrika.info : ALERTE INFO ! Frappes russes: l’armée arabe syrienne donne l’assa ut à Kuweires (Alep), 03/11/15

Bilad Al Fransa sur Twitter, 03/11/15

L'Orient le Jour : Syrie : Pas question d'une période de transition, affirme M. Mokdad, 03/11/15

L'Orient le Jour : Nouvelle mort d'un haut gradé iranien en Syrie, 03/11/15

 

al-Zawahri : s'unir contre USA et Russie

 

Depuis le début octobre, 120 000 personnes ont été déplacées par les combats dans les provinces d’Alep, d'Idleb (nord-ouest) et d'Hama (centre), ont indiqué les Nations Unies. Ce qui prouve hors de tout doute raisonnable que l'armée syrienne attaque pour reprendre les territoires perdus auprès d'al Nosra et d'autres groupes terroristes. D'ailleurs

Al-Qaïda appelle à s’unir contre l’Occident et la Russie

al-Zawahri leader d’Al-Qaïda appelle les musulmans à s’unir face à la menace émanant de l’Occident et de la Russie en Syrie et en Irak.

«Les Américains, les Russes, les Iraniens, les Alaouites et le Hezbollah coordonnent leur campagne contre nous. Ne sommes-nous pas en mesure d’arrêter de se battre les uns contre les autres et de se concentrer contre eux? » demande Al-Zawahri.

Difficile pour l'EI et al Nosra, ils ont les États-Unis et la Russie sur le dos.

 

Sources :

 Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’ONU, 26/10/15

RT : Al-Qaïda appelle les terroristes à s’unir contre l’Occident et la Russie en Syrie, 02/11/15


 

Syrie : Ce qui s'en vient...

 

Syrie...

Images 2 1

 

Arabie saoudite

Selon l'Arabie saoudite, la Russie et l'Iran doivent accepter de fixer une échéance et des modalités pour le départ du président syrien Bachar el-Assad et le retrait de toutes les forces étrangères.

Iran

L'Iran offre six mois d'échéance et des élections. Dans une élection, Bachar peut gagner mais il pourrait aussi bien perdre. Il y a un risque et je crois qu'il faudra le prendre un jour ce risque, à moins que Bachar soit assassiné, peu probable, il doit être trop bien protégé.

Russie

La Russie défend Bachar sur place, en occupant militairement le terrain par son aviation militaire à Lattaquié et sa marine à Tartous. De sorte que personne ne peut la déloger de là sans risquer un conflit  armé majeur avec elle. C'est sa situation de force.

 

Avant une solution politique : une solution militaire

L'Arabie finance l'EI et al Nosra. Il faut donc comprendre qu'elle continuera à le faire. De même que la Russie continuera à aider militairement l'armée syrienne à reprendre ce qu'on appelle la Syrie utile : Alep, Homs, Idleb, etc... L'armée a commencé cette avancée qui se continuera dans les prochains mois. 

Est-ce que les Américains fourniront assez de matériels militaires à al Nosra et autres pour résister d'avantage à l'armée syrienne? Je ne crois pas. Ce serait mal vu. Peut-être les missiles Tow, anti-chars d'assaut, juste assez pour rendre la chose plus difficile. Les rebelles modérés étant une minorité trop mince, les Américains ne peuvent se permettre de faire gagner al Nosra ou l'EI.

Quoiqu'en pensent les négociateurs de Vienne, avant d'en arriver à une solution politique, il faut en arriver à une solution militaire, soit vaincre dans un premier temps al Nosra, le maillon rebelle le plus faible et le plus agressif envers le gouvernement syrien. Je ne dis pas que ce sera facile mais ce sera faisable pour l'armée syrienne et la Russie. Les gains principaux devront être effectués dans l'année qui suit.

Une fois la majeure partie de la Syrie utile reprise, les Russes ouvriront d'autres négociations pour mettre en évidence ce que leurs adversaires ont dans le ventre face à l'EI qui contrôle l'autre partie du pays.

Les Américains y ont déjà une cinquantaine d'hommes pour aider les Forces Démocratiques Syriennes, (surtout des YPG kurdes très efficaces et des rebelles modérés), à combattre l'EI. Le but est probablement d'y construire un deuxième gouvernement syrien. Celui-là pro-américain.

 

Syrie : L'EI avance toujours...

 

Un partage de l’espace aérien syrien a été accepté : les États-Unis frappent Raqqa et Deir ez-Zor, au cœur de l’État islamique. Le but : empêcher Daech de s’étendre. Les Russes ciblent à 90% al-Nosra. Leur but : réduire la rébellion anti-Bachar pour sauver le régime. 

La Russie a permis aux troupes syriennes de se redéployer dans la banlieue de Damas et d'Alep. La situation d'al-Nosra paraît compromise sur le long terme. 

En revanche après 14 mois de frappes aériennes, les États-Unis ont été incapables de ralentir les succès de l’État islamique sauf à Kobané.

En effet, l'EI bloque l’autoroute Damas-Homs, et s’enfonce de 20 km au Sud-Est d’Alep. Il s'empare de la ville de Mahin, au sud-est de Homs, dans le centre du pays, et avance vers Sadad, village chrétien à 15 km de l'autoroute Damas-Alep. Des combats entre djihadistes et forces du régime s'y déroulent.  

Les troupes de Bachar el-Assad lancent une offensive pour tenter de reprendre tous les tronçons de l'autoroute  contrôlées par l'EI et Al-Nosra. 

Sources:

L'Orient le Jour : L'EI progresse à Homs et avance vers un village à majorité chrétienne, 01/11/15

Infosdanyfr : Olivier Hanne : Comprendre la guerre aériennes en Syrie, 01/11/15

Le Point : Syrie : le groupe État islamique avance dans le centre du pays, 01/11/15

 

Syrie : Nord : FDS attaque ; Sud : AAS attaque

 

Première offensive des FDS contre l'EI 

Des avions cargos de l'US Air Force ont largué des tonnes d'armes destinées aux Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une nouvelle coalition regroupant les Unités de protection du peuple kurde (YPG) et Burkan al-Furat.

FCes forces ont mené leur première offensive contre l'État islamique dans la province d'Hassaké, dans le nord de la Syrie. La Maison Blanche vient tout juste d'envoyer dans ce même nord Syrien, une cinquantaine de membres des forces spéciales pour les conseiller.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les combats font rage près d'Al Haoul, un village proche de la frontière irakienne. Des frappes aériennes de la Coalition les précèdent.

Première offensive contre l'ASL, dans le Sud

Su 25Pendant ce temps dans le Sud, les SU-25 russes bombardent la défense des rebelles dans six villes. Sous le parapluie des avions russes, la 15e Brigade de la 5e Division blindée de l’Armée Arabe Syrienne continue son assaut vers la ville de Sheikh Miskeen ciblant les défenses de première ligne du Front Sud des Brigades de l’Armée Syrienne Libre. 

 

Sources :

France 24 : Première offensive contre l'EI des Forces démocratiques de Syrie, nouvelle alliance rebelle, 31/10/15 

Infos Danyfr : Les SU-25 de la Force aérienne russe bombarde le Sud de la Syrie, 31/10/15

Blog Philippe Rousseau : L'offensive syrienne progresse..., 15/10/15

Vienne : Accord politique, désaccord sur Assad

 

Co

Les ministres des Affaires étrangères de dix-sept pays impliqués dans le dossier, se sont réunis à Vienne. La participation de l'Iran en était une première. Les États-Unis et l'Arabie s'étant opposés à sa participation en 2012 et 2014. Pourtant, la Russie insiste depuis 2011, sur la participation de ce pays aux négociations. 

C'est une percée diplomatique entre l'Iran et l'Arabie saoudite. En effet, les différentes parties sont parvenus à un accord politique, soit une nouvelle Constitution et des élections. La principale pierre d'achoppement demeure le sort du président.

Téhéran conseille à Washington d'accepter l'incontournable réalité, à savoir que « c'est au peuple syrien que revient le droit de choisir son avenir et ses leaders ». L'Iran aurait proposé une transition de six mois, suivie d'élections qui décideront du sort de Bachar. Les États-Unis affirment n'avoir pas changé leur vision politique de la situation. Comprendre : Bachar doit partir.

La publication d'un communiqué commun définissant les principes de la solution politique et tentant de négocier une trêve globale, semble être un bon signe. 

Il va s'en dire que les participants sont d'accord pour sauvegarder les institutions de l'état syrien et pour former un gouvernement représentatif. Mais les divergences persistent toujours sur le rôle d'Assad lors de la période transitoire.

Donc désaccord sur deux points : Le sort du président actuel et la composition de la liste des groupes classés terroristes en Syrie.

C'est probablement le champ de bataille qui tranchera, car celui qui le dominera, imposera son explication des termes de l'accord.

Fait à noter, aucune communication et futures communications prévues avec les insurgés : l'EI, al Nosra ou autres.

Le président américain autorise le déploiement de 50 soldats d'élite qui aideront à coordonner les troupes locales sur le terrain et les efforts de la coalition pour contrecarrer l'EI. L'idée est de voir ce qu'il est possible de faire en plus.

Washington a confirmé le déploiement d'avions d'attaque au sol A-10 et des chasseurs F-15 sur une base aérienne de la Turquie, membre de la coalition et ennemie de Damas.

 

Sources:

RFI : Paul Khalifeh, Réunion de Vienne sur la Syrie: les réactions de la presse arabe, 31/10/15

Blog Politique : Philippe Rousseau, La solution à la guerre syrienne en discussion..., 29/10/15

TVA nouvelles : Syrie : Washington va déployer des soldats au sol, 30/10/15

L'armée syrienne avance

 

Ch

L'armée syrienne occupe maintenant plusieurs points dominants sur les hauteurs du nord du pays, à la frontière de la Turquie.

Les bombardiers russes ont mené des frappes sur Al-Jabha a-Shamiya, dans plusieurs villages au nord d’Alep. La 87ème Brigade mécanisée syrienne a avancé de 8 km au nord-est de la ville, réussissant à libérer la prison d'Ahdath et une usine de ciment. 

Ces nouvelles positions permettent à l’armée syrienne de briser l’encerclement des villages chiites au nord-ouest d’Alep, tout en coupant l’EI d'une importante voie d’approvisionnement en provenance de la Turquie. L’avancée de l’armée syrienne sur l’autoroute Alep-Raqqa poursuit son chemin.

À l’Est d’Alep, la 82ème brigade d’infanterie syrienne a reconquis les villages environnants et l’aéroport militaire de Kweires, qui était occupé par l’EI. L'armée syrienne a libéré 50 localités dans le sud-est de la province.

L'armée avance toujours dans la province d'Idleb. 50 villages y ont été libérés. L'offensive se poursuit également au nord de la province de Hama avec un peu plus de difficulté.

Al

 

Parallèlement, elle continue l'offensive près de la ville de Kuneitra sur le Plateau du Golan, dans le sud-ouest du pays, à la frontière d'Israël.

Il y a un mois, cette même armée perdait du terrain. Même la ville de Lattaquié avait reçu quelques obus. Ville, qui n'avait jamais été touchée directement par la guerre. L'ennemi s'y rapprochait dangereusement.

La différence : Les bombardements russes...

Sources :

Sputnik : L'armée syrienne a libéré 50 localités dans la province d'Alep, 27/10/15

Sputnik : L'armée syrienne attaque Daech dans les montagnes d'Alep, 29/10/15

 

La solution à la guerre syrienne en discussion...

Dernière mise à jour : 7 heures 30.

À cause de l'opposition des États-Unis et de l'Arabie Saoudite, l'Iran n'a pas participé à la conférence de Genève-1 de 2012, ni aux pourparlers de Genève-2 de 2014. Pourtant, la Russie insiste depuis le début du conflit (2011), sur la participation de ce pays. 

Principal allié du régime syrien au Proche-Orient, l'Iran participera pour la première fois vendredi, à Vienne, aux pourparlers internationaux sur le conflit syrien.​ C'est un franc succès pour la diplomatie russe. ​Les États-Unis faisant preuve d'une approche réaliste de la situation. Les bombardements russes y sont certainement pour quelque chose et le fait que les rebelles modérés soient trop peu nombreux.

Ces pourparlers élargis seront précédés jeudi soir, par une réunion entre le chef de la diplomatie russe et ses homologues américain, saoudien et turc. Une première rencontre des quatre s'était déroulée vendredi dernier pour évoquer la perspective d'un règlement.

L'Iran chiite et l'Arabie saoudite sunnite -- les deux grandes puissances rivales de la région -- s'opposent ouvertement. Téhéran apporte un soutien financier et militaire à Damas alors que l'Arabie saoudite soutient financièrement les groupes rebelles, EI compris. 

Les présidents américain et russe ont chacun téléphoné au roi d'Arabie saoudite pour évoquer la situation. Les pourparlers sur la Syrie vont tester le sérieux de l'Iran et de la Russie, estime le roi.

L'Iran rejoint les chefs de la diplomatie russe, américaine, saoudienne, turque, mais aussi libanaise, égyptienne, française. L'Irak, l'Iran, l'Egypte et l'Union Européenne prendront également part aux consultations.

Le sort du président syrien ne fait pas l'unanimité. "Malgré ce qu'ils disent, je crois que les Russes ne voient pas Assad dans un proche avenir pour la Syrie", a estimé le chef de la CIA. "La question est à quel moment et comment ils vont être capables de l'amener à sortir de la scène". En effet, les Russes ont souvent répété qu'ils ne défendaient pas Assad mais la Syrie. "C'est le peuple syrien qui décidera si Assad reste ou non." 

Concernant son rôle, les discussions offriront l'occasion de combler le fossé entre les pro-Assad et les anti-Assad. Pour un camp, on doit avoir la certitude qu'il quittera le pouvoir. Il a trop de sang sur les mains. Pour l'autre, c'est au peuple syrien de décider. Il y a donc moyen que le peuple décide d'élire un autre que Bachar tout en respectant les intérêts russes et ceux du clan Assad. Les Occidentaux, l'Arabie et la Turquie n'ont jamais dit que le clan Assad devait partir mais seulement Assad, lui-même.

Le chef de la diplomatie russe déclare se prononçer en faveur d'un règlement politique avec la participation du président Bachar el-Assad et de l'ensemble de l'opposition syrienne.

Sur le plan militaire, Washington affiche sa volonté d'intensifier les frappes en Syrie et en Irak. 

 

Sources :

Yahoo! Actualités : L'Iran participera pour la première fois vendredi à des pourparlers sur la Syrie, 28/10/15

BFMTV : Syrie: les pourparlers de Vienne vont tester le "sérieux" de l'Iran et de la Russie, 28/10/15

Sputnik : Syrie: la liste des participants à la réunion de Vienne dévoilée,29/10115

http://fr.sputniknews.com/international/20151029/1019164937/syrie-vienne-consultations-participants.html#ixzz3pxBOcbdY

Philippe Rousseau : Dialogue fermement installé entre pro et anti-Assad, 27/10/15
 

La Syrie et l'Irak transformés à jamais

 

Dernière modification : 9 heures

Les États-Unis étudient la possibilité de déployer un petit nombre de forces spéciales en Syrie et des hélicoptères d'attaque en Irak pour renforcer la lutte contre l'État islamique. Moscou répond : Des opérations US au sol seraient illégales avec des effets imprévisibles. ​

Les perturbations que connaît le Moyen-Orient ont transformé la région à jamais. L'Irak et la Syrie seront incapables de retrouver leurs frontières d'origine. Probablement que les deux pays seront divisés selon l'origine ethnique des citoyens. Possiblement un pays kurde, quoique la Turquie n'y est pas du tout intéressée, un pays sunnite et un pays chiite.

La Syrie est morcelée, le régime ne contrôle qu'environ le tiers du pays établi après la Seconde Guerre mondiale. Le nord est contrôlé par les Kurdes, et la région centrale par l'EI. Le  chef du renseignement français et le directeur de la CIA partagent un avis similaire.

L'Iran participera pour la première fois vendredi à des pourparlers sur la Syrie.

 

Sources :

Le Figaro : USA: envoi de forces spéciales en Syrie ?, 28/10/15

al Manar : Le Moyen-Orient transformé "à jamais" (chef du renseignement français), 28/10/15

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site