Etat islamique

L'EI s'ancre

 

PalmyreL'EI conquiert deux villes. La cité antique de Palmyre en Syrie est finalement tombée, une seconde victoire en quelques jours, après la conquête de Ramadi en Irak. Washington admet qu'il s'agit de revers.

Deux avancées prouvant que les capacités militaires de l’État islamique ne semblent pas affectées par les frappes aériennes. Daech met en doute l'efficacité de la stratégie américaine. En effet, selon le New York Times, les bombardements ont un impact très limité sur les finances de Daech. L'organisation gagne plus d'un million de dollars par jour, par diverses taxes, pillages, rançons, pétrole et dons de riches Sunnites. L'EI est peu dépensier et investit essentiellement dans la rémunération de son armée. 

Ramadi 3Concrètement sur le terrain, l’EI s’ancre. Il possède maintenant deux routes terrestres à la frontière irako-Syrienne. Contrôle la presque totalité de la province sunnite d'Al-Anbar, couvrant un tiers de l'Irak et ce, aux frontières jordanienne, saoudienne et syrienne. 

Pour reprendre Ramadi, l'Irak envoie 3.000 miliciens chiites. Ce sont eux qui ont repris Tikrit. Pendant ce temps, Daech renforce ses positions autour de la ville. Rappelons que Ramadi est la capitale de la province d'al-Ambar, région désertique de 140.000 km2, à cent kilomètres à l'ouest de Bagdad.

En Syrie, les positions de l’État islamique sont toujours aussi solides, de la frontière irakienne jusqu'à Raqqa, mais aussi en région d'Alep. Sans compter les champs gaziers d'Arak et d'Al-Hel, en ajoutant quelques percées dans le Sud. À noter que la prise de Palmyre lui ouvre la voie vers Homs et Damas et qu'il contrôle maintenant la moitié du pays. 

Tous ces récents événements contraignent Washington à repenser sa stratégie. Les Américains se demandent ce qui a bien pu dérailler et comment pourrait-il modifier le rapport de force sur le terrain.

Le 2 juin, les membres de la coalition se retrouveront à Paris pour débattre sur le sujet. L’intervention au sol sera au cœur de la discussion. On sait que M. Obama s’y oppose fortement. Aussi, les intérêts régionaux devraient être difficiles à concilier. En effet, l'aide de l'Iran est indispensable, ce qui ne plaît pas du tout à son principal adversaire l'Arabie Saoudite. 

Par contre, plus tôt cette année, l'EI perdait Kobané en Syrie et Tikrit en Irak et était également évincé de la ville d'Alep mais toujours présent dans la campagne autour de cette dernière municipalité.

Relance de l'État islamique

Syrie palmyre panoramaDans la région de Homs, l’EI se trouve maintenant à seulement un kilomètre du joyau archéologique de Palmyre, la ville antique célèbre pour ses colonnades torsadées et ses tours funéraires vieilles de 2.000 ans. L’État islamique a pris possession d’une série de postes à l'armée syrienne, à l'extérieur de la ville.

L'armée gouvernementale dépêche des renforts et son aviation bombarde les djihadistes. Dans les villages à la lisière de Palmyre, l'EI a exécuté 26 civils, dont 10 par décapitation pour collaboration avec le régime.

En Irak, Daech a pris le contrôle de la majeure partie de Ramadi, capitale provinciale de la province d’A-lAnbar.

Ramadi 2La chute de Ramadi, à 100 km de Bagdad, représente un revers majeur pour le gouvernement irakien qui avait promis que la reconquête d'Al-Anbar serait son prochain objectif. Le ministère de l'Intérieur a annoncé le début d'une contre-offensive et l'envoi de renforts.

L'offensive djihadiste sur Ramadi a été lancée jeudi, le même jour que la diffusion, pour la première fois depuis six mois, d'un enregistrement audio du chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi.

Cet enregistrement a été diffusé alors que des informations de presse indiquaient récemment que Baghdadi avait été grièvement blessé dans un raid aérien mené par les États-Unis. C’est la deuxième fois depuis le début de l’implication américaine dans cette guerre que l’armée américaine annonce avoir blessé le chef de l’EI.

L'EI qui est-il?

Al-Qaïda survit parce qu'elle n'est pas ancrée à un territoire. En revanche, pour l'EI le territoire est primordial.

L’EI utilise avec talent les moyens de communication et de propagande modernes. Par contre, il est en plein cœur de la tradition médiévale et la transpose à l'époque actuelle.

Ce qui frappe, chez les chefs de l’EI c'est non seulement l’interprétation littérale, mais également le sérieux avec lequel ils lisent les textes sacrés. L'EI s'inspire de sources islamiques pour sa tactique de guerre et planifie ses agressions selon l'exemple du prophète Mahomet !

Pour l'EI, les 200 millions de chiites sont infidèles ils doivent être tués. Parmi les sunnites il voit également plein d'infidèles : ceux qui fument, participent à des élections, boivent de l'alcool, ne prient pas, etc…

Al-Qaïda ne s'occupe pas de la fin des temps, tout comme la majorité des musulmans, mais l'EI y croit et prêche qu'elle est proche. D'après ses propres comptes, Al-Baghdadi est le huitième (véritable) calife, et il a été prédit qu'après douze califes, Jésus viendra sauver les musulmans assiégés et inaugurera l'Apocalypse.

L'EI s'inscrit dans une tradition musulmane d'apocalypse qui dit que les musulmans livreront une bataille décisive à Dabiq en Syrie contre l'impuissance des autres, les "croisés".

Tout cela ne signifie pas que les leaders de l'EI n'ont pas de desseins politiques. Cependant, c'est que les leaders connaissent leurs écrits religieux et souvent mieux que leurs opposants. Ils savent formuler leurs pensées d'une façon souvent convaincante et attirante pour leur public cible.

Sources : The Atlantic, L’Express.

Le monde occidental et le monde musulman

 

Al-Qaïda visait Charlie Hebdo. L'Occident affirme que c'était sa liberté d'expression qui était visée. L'hebdomadaire paraît à 5 millions d'exemplaires comparés à 70.000 dans le passé. Une partie du monde musulman se sent insulté et descend dans la rue, à son tour. 

Depuis plusieurs années, la religion musulmane est en pleine expansion. Sa jeune génération est très nombreuse (le même phénomène que les baby-boomers de l'Occident). Les pétrodollars affluent. Certains pays arabes deviennent très riches et les extrémistes s'activent. 

Plus souvent qu'autrement le citoyen musulman n'a pas trop trop de choix. Soit qu'il subit  une dictature laïque ou une monarchie. Lorsque la démocratie se pointe, il choisit généralement l'Islam modéré (l'équivalant de la démocratie chrétienne). 

Le citoyen occidental quand à lui, oscille entre la gauche  modérée et la droite modérée. Le phénomène nouveau qu’amène cette crise : est l'union de la droite, du centre et de la gauche pour défendre les valeurs communes à tous. Ainsi, l'État islamique et Al-Qaïda obligent l'Occident à définir ses propres valeurs fondamentales.

Pendant ce temps Boko Haram attaque le Nigéria et le Cameroun. Le Tchad déploie son armée pour défendre les deux pays. 

2014, l'année de l'État islamique

4 janvier prise de Falloujah par l’EIIL en quelques jours.

Février : Un émirat islamique est créé à Derna en Libye et vit encore aujourd’hui.

9 juin, prise de Mossoul. Tout bascule. L’offensive nous prend tous par surprise, en commençant par l’armée irakienne, confrontée à l’effondrement. Les autorités autonomes kurdes s’emparent également de vastes territoires, y compris de la ville de Kirkouk.

29 juin, proclamation du califat : à cheval sur l'Irak et la Syrie. Des groupes djihadistes du monde entier prêtent allégeance à L’EI. Il dispose du trésor de guerre de Mossoul, des revenus de la vente du pétrole et des armes lourdes abandonnées par l’armée irakienne. Malgré les appels à l’aide lancés par le gouvernement irakien, les États-Unis envoient quelques dizaines de conseillers militaires.

Juin : Al Nosra et l’EI commencent une offensive dans le Nord du Liban. Celle-ci est toujours en cours mais n’aboutit pas réellement. 

8 août. Premières frappes américaines. Tout bascule à nouveau. L’EI parvient à enfoncer le front tenu par les Peshmergas irakiens. Les djihadistes sont à trente kilomètres d’Erbil et s’emparent de Qaraqosh, première ville chrétienne d’Irak. Le drame des Yézidis de Sinjar, obligés de se réfugier par dizaines de milliers sur les hauteurs surplombant leur ville pour échapper au pire, finit par vaincre les réticences américaines. Les premiers bombardements américains visent les positions de l’EI en Irak.

19 août. Exécution de James Foley. Face aux bombardements américains, l’État islamique réplique. Une vidéo montre l'égorgement de James Foley, journaliste américain. Ce sera le premier d'une série de quatre exécutions.

6 septembre. Formation d’une coalition contre l’État islamique. Au total, plus de quarante pays y participeront à des degrés divers.

15 septembre. Début de la bataille de Kobane. L’État islamique ambitionne de conquérir une enclave kurde qui lui permettrait de contrôler une longue bande de territoire le long de la frontière turque. Une percée fulgurante lui permet de s’emparer des dizaines de villages entourant la ville. Des dizaines de milliers de civils Kurdes se réfugient en Turquie.

23 septembre. Premières frappes de la coalition en Syrie. Face à l’avancée des djihadistes à Kobané et face aux pressions de la communauté internationale, les États-Unis et certains de leurs alliés arabes débutent les frappes aériennes sur le territoire syrien.

Commence alors un bras de fer diplomatique avec la Turquie pour qu’elle s’engage directement dans la bataille. Ankara s’y oppose, réclamant la création d’une zone tampon du côté syrien de la frontière, et des frappes aériennes contre Bachar el-Assad. Ce que rejettent les États-Unis.

31 octobre. Kobané reçoit des renforts de la part des Peshmergas. Face aux pressions de la communauté internationale et face au risque de déstabilisation du Kurdistan turc, la Turquie autorise le passage de combattants du Kurdistan irakien. En novembre, le rapport de force s’inverse et l’EI est refoulé.

Novembre-décembre. On assiste aux premiers succès militaires. L’État islamique tente en vain de s’emparer de la totalité de la ville de Ramadi, et perd le contrôle de la ville de Baïdji. Les Kurdes résistent et contrôlent la moitié de la ville de Kobané. Dans le nord, le 19 décembre, les Peshmergas parviennent à desserrer l’étau formé autour des monts Sinjar. Le #2 de l’EI est tué, grande perte pour eux. Un premier F-16 est descendu par l’État islamique. En Algérie, l'armée  abat le chef de l’État islamique, à l’origine de la décapitation de l’otage français Hervé Gourdel.

Sources : 45e Nord.ca, Le 360, Afriquinfos, La Croix, dreuz.info, Le Figaro, France TV info, Le Journal de Montréal, Métro, Le Monde, Le Nouvel Obs, Observatoire syrien des droits de l'Homme, Paris Match, ICI Radio Canada, RFI, RTS info.

 

État islamique en perte de vitesse

Isis org chart

Pour l'écrivain Philippe Labro, l'homme de l'année est plutôt à chercher du côté du pire. Il s'agit d'Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l’État islamique. Il a bouleversé l'ordre mondial, a déclenché une intervention de plus de 60 pays contre lui, a monté une armée de 30 000 hommes terrorisant près de 8 millions d'habitants.

Tunisie : Élection présidentielle, 2e tour : Essebsi 56% Marzouki 44%. Le cheval de bataille de M. Essebsi était "tout sauf les islamistes". Ses partisans accusent M. Marzouki d'être implicitement soutenu par le parti islamiste Ennahdha qui ne présente pas de candidat

Syrie : Le gouvernement enregistre une forte hausse des demandes de passeports. Al Nosra met la main sur plus de 35 chars et 20 transporteurs de troupes lors de la prise de deux bases militaires dans la province d’Idleb.

Alep - Course contre la montre de l’Armée Arabe Syrienne pour consolider l'encerclement de la zone rebelle, alors qu'un projet de gel des combats à Alep est à l'étude. Handarat est la dernière zone à reprendre dans le nord de la ville pour resserrer l’étau. Les affrontements se sont poursuivis dans la zone rurale d'al-Mallah. Les troupes syriennes ont réussi à avancer et à assiéger les zones détenues par les rebelles et de les isoler de la campagne qui est adjacente à la frontière turque, où transite l'approvisionnement des rebelles.

Kobané - Les combattants kurdes progressent dans six quartiers. 

L'Armée Arabe Syrienne a abattu un drone israélien dans la province de Qouneitra, près du plateau du Golan.

Russie : Ces 18 derniers mois, Moscou a envoyé en Syrie, 30 avions chargés de 25 tonnes d'aide humanitaire, chacune.

Irak - Dans le nord du pays, les djihadistes sont broyés par la plus grande offensive contre l’État islamique. 8.000 combattants kurdes ont libéré le Mont Sinjar. La victoire est amplifiée par l'annonce de la mort de plusieurs dirigeants importants et intermédiaires de l’EI, notamment Muslim al-Tourkmani, le gouverneur du nord de l'Irak et le #2 de l'EI.

Abu muslim al turkmaniAncien général de l’armée de Saddam Hussein, ancien des services secrets et de la Garde Républicaine. Cet homme est une grande perte pour l’EI. Grand stratège militaire, il était probablement à l’origine du fait que des pans entiers de l’armée irakienne soient passés du côté de l’EI. Il est à l’origine également de multiples stratégies. Exemple : Pendant que les djihadiste quittaient Falloujha : Il faisait croire aux journalistes que la chicane était prise entre eux et les tribus sunnites. En fait, ils rejoignaient  la frontière irako-syrienne pour ensuite déferler sur tout le nord du pays. Il était l’exemple typique démontrant que les Arabes sont d’excellents guerriers.

Les forces kurdes se trouvent maintenant à une quinzaine de kilomètres de Tal Afar, ville prise par l'EI en juin.

Falloujah est sous la coupe de l'EI, qui y gère tous les aspects de la vie quotidienne : L'organisation a mis en place une administration, une justice. Les rues sont nettoyées tous les jours. L’EI fournit aux commerçants la farine et le riz pour les vendre à des prix coupés et a mis en place un système de générateurs électriques assurant le courant. Ce modèle serait appliqué dans toutes les zones tombées sous son contrôle.

Bulgarie : Arrestation de 3 hommes en route pour la Syrie.

Banque mondiale : Un document quantifie à 35 milliards de dollars, les pertes économiques dues au conflit sur six pays du Levant, soit la Turquie, la Syrie, le Liban, la Jordanie, l'Iraq et l'Égypte. À noter que 35 milliard de dollars, c’est le budget annuel de la Syrie.


Sources : 20 Minutes, La Banque Mondiale, Courrier International, Le Devoir, France24, i24News, ici Radio-Canada, L’Orient-Le-Jour, Le Point, La Voix de la Russie, www.news.cné

Parler avec l'État islamique

État islamique - M. O'Malley, professeur de l'Université de Boston, suggère t’entamer un dialogue avec l'État islamique. « Il n'est pas possible de l'éliminer. Il réapparaîtrait sous une autre forme. Je ne pense pas que l'Occident, comprenne l'EI et le degré d'attrait qu'il exerce sur certains jeunes dans le monde », a-t-il dit.

Commençons par identifier certains  riches Saoudiens ou Qataris qui le financent, pour établir un premier contact. Puis nouons des relations aux échelons inférieurs du groupe avant de monter progressivement dans l'organigramme.

M. O'Malley intégrerait des Sud-Africains et des Irlandais du Nord dans le processus de paix : « il n'y a pas mieux placé qu'une société divisée pour en aider une autre », dit-il.

Trois hauts dirigeants de l’État islamique  ont été tués par les frappes aériennes.

En Turquie, 80 millions de litres de pétrole de contrebande ont été saisis et plusieurs oléoducs installés par l’EI ont été détruits, déclare le ministre turc des Affaires étrangères en marge de sa visite à Téhéran.

L'Iran accuse l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie de soutenir les rebelles et d'avoir favorisé l'État islamique et al-Nosra. Il demande à Ankara de ne pas laisser transiter les djihadistes étrangers sur son territoire pour se rendre en Syrie et en Irak.

 La Rusie fournit 25 tonnes d'aides humanitaire à la Syrie.

Le Hezbollah a capturé un résident du sud Liban soupçonné d’être un agent de renseignement pour le Mossad. Un important dirigeant des Brigades Abdallah Azzam aurait également été arrêté par l'armée libanaise.

Irak - Les peshmergas ont brisé le siège du Mont Sinjar. L'offensive terrestre kurde a débuté après d'intenses bombardements des avions de la coalition sur les positions de l'EI.

Le Maroc vient de fournir des F-16 pour lutter contre l’EI.

De violents combats entre forces des deux gouvernements libyens en concurrence, ont entraîné la fermeture des deux principaux terminaux pétroliers de la Libye.

En Australie, une prise d’otages s'est soldée par la mort de trois personnes dont celle du forcené

L’Allemagne enverra une centaine d’instructeurs militaires en Irak.


Sources : al-Nashra,  Challenges, i24news, La Croix, France24, Jeune Afrique, Le Figaro; The Mirror, Le Monde, L’Orient-le-Jour, La Presse, Ria Novosti,  Le Soir, La Voix de la Russie, Wall Street Journal;

L'État islamique, l'État islamique

Eeil 578x260

État islamique - Sur la bannière noire du drapeau de l’État islamique,  on peut lire, calligraphiée, la profession de foi des musulmans : « Il n’y a de dieu que Dieu et Mahomet est son prophète. » La chahâda, premier pilier de l’Islam, est aussi imprimée sur le drapeau de l’Arabie Saoudite sur fond vert et sur l'étendard d’al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaeda. Le noir sur l’étendard de l’EI rappelle la couleur portée par Mahomet dans ses expéditions guerrières.

Chine - Ce pays propose de frapper l'État islamique avec ses moyens aériens ... mais pas sous le commandement américain. Cette proposition rompt avec l’habitude chinoise de  ne pas interférer dans les affaires internes d’autres pays. L’Empire du Milieu est le plus gros investisseur pétrolier d’Irak. La Corporation pétrolifère nationale chinoise a déjà été contrainte d’abandonner ses champs pétroliers en Syrie. Son appétit en ressources énergétiques lui impose une politique extérieure plus agressive. Elle en a les moyens : la Chine dispose du second budget militaire au monde

Liban – Al Nosra : « Si les femmes otages ne sont pas libérées, un autre otage militaire sera liquidé. » Allusion faite à l’ex-femme du chef de l’EI, entr’autre. Aussitôt dit, aussitôt fait : Un des soldats prisonniers est exécuté. Quelques minutes plus tard, l’organisation attaque plusieurs postes de l'armée. Celle-ci rétorque par bombardements massifs. Ces deux armées se chatouillent ainsi depuis l’été.

Pendant ce temps, l'EI et al-Nosra empêchent les chrétiens de Ras Baalbeck de se rendre sur leurs terres. D’où la construction de 12 miradors par les Britanniques pour contrer les djihadistes.

Syrie – Le président el-Assad recevait le vice-ministre russe des Affaires étrangères, relançant pour ainsi dire  le processus de paix. La Russie cherche toujours à réunir le régime et les différents groupes d’opposition dans le but de négocier la « fin de la guerre », rien de moins. « À Istanbul, j’ai rencontré des Syriens de l’opposition», a dit le responsable russe. 

Deraa - Les forces gouvernementales y ont bombardé Al Nosra. Deux correspondants et un cameraman syriens ont été tués. Un missile de l’armée les a ciblés et explosés.

Deir ez-Zor - L'État islamique consolide l’encerclement de l'aéroport militaire. Il vient d’y prendre un village adjacent de telle sorte que les soldats syriens n'ont plus qu'une seule route de ravitaillement terrestre. Naturellement, les djihadistes n’ont pu s’empêcher de décapiter deux têtes au passage.

Idlib – Dans cette province, al Nosra percute et saisit trois postes de contrôle du gouvernement.

Alep - Les forces du régime progressent encore et toujours à Handarat, menaçant d’avantage l’unique et seule route d’approvisionnement des rebelles encerclés.

Irak – Un record : Des millions de pèlerins chiites à Kerbala sous un imposant dispositif de sécurité, du jamais vu.

Libye - Fajr Libya a tenté mais sans succès de prendre la région pétrolière d’Al-Hilal (Croissant de lune en arabe). Les islamistes avançaient sur trois axes lorsque l’aviation militaire les a complètement bousculés, déboussolés et déroutés.

France - Les services antiterroristes ont démantelé une filière d’acheminement de candidats au djihad vers la Syrie, procédant à une dizaine d’interpellations.

Grande Bretagne - Dès janvier, des centaines de soldats britanniques entraîneront des militaires kurdes et irakiens.

Inde – Un agent de recrutement de  l’EI est arrêté. 

Sources : Reporters sans frontière; France : Aleteia, Libération, RFI; Grande Bretagne : The Telegraph; Liban : L’Orient-le-Jour;  Québec : 45e Nord.ca, La Presse; Syrie : Orient Tv, Sana;

État islamique, ce qui s'en vient...

État islamique - Les États-Unis doivent se préparer à des années de lutte et un retour au terrorisme sur leur sol, préviennent trois experts. Riedel, McLaughlin anciens de la CIA et Hoffman de l’université Georgetown affirment : « Chez l’Ei, les volontaires arrivent au rythme de 1.000 par mois, 12.000 par année, 30 à 50.000 au total. De notre côté, nous entraînerons 5.000 hommes en Syrie, faites le calcul. Certes, l’aviation américaine arrête leur progression mais c’est insuffisant. La prochaine étape, leur expansion vers le nord du Liban.»

Liban- Les affrontements sont fréquents entre l’armée libanaise et Al Nosra ou l’EI à Ersal, dans la vallée de la Békaa, une enclave sunnite dans un environnement chiite et chrétien, au nord du Liban. Ersal est aujourd’hui encerclée par l’armée et le Hezbollah. Les djihadistes retranchés dans les montagnes détiennent une trentaine de soldats. Ils en ont déjà assassiné cinq. 

Des hommes armés ont ouvert le feu et brûlé des tentes dans un camp de réfugiés syriens au nord du Liban.

Syrie - Le président  el-Assad  soutient les efforts de la Russie sur son projet de négociations entre régime et opposition.

Alep - Des mortiers artisanaux surnommés "canons de l'enfer", propulsant des bonbonnes de gaz remplies d'explosifs, tirés par les rebelles, ont tué 311 civils, dans les quartiers  favorables à el Assad, rapporte l'OSDH. L'agence de presse SANA évoque l'utilisation de telles armes à Deraa, dans le sud du pays. Les forces gouvernementales larguent de leur côté, par hélicoptère des barils d'explosifs sur les zones insurgées, environ 300 civils tués.

Jordanie - Un nombre croissant de citoyens de la ville de Maan affichent leur soutien à L’EI.

Iran – Les ministres iranien, irakien et syrien des Affaires étrangères se sont réunis à Téhéran. Il en est ressorti une solution régionale pour lutter contre l’EI et éviter l’intervention des forces étrangères.

Israël – La semaine dernière, l’aviation militaire a frappé un convoi d’armements et un dépôt d’armes en Syrie.

Suisse - Un djihadiste parti en Syrie pour combattre au côté de l’EI a été condamné à 600 heures de travail d'intérêt général avec sursis, assorties d'une psychothérapie.

Source : France : Égalité Réconciliation, Le Figaro, Le Temps, Orient XXI, RFI; Israël : The Times of Israël; Luxembourg : L’Essentiel; Québec : 45eNord.ca, Le Devoir; Suisse : Le Matin; Syrie : Sana;

La coalition internationale

États-Unis – M. Ashton Carter devient le nouveau secrétaire à la défense pendant que les conseillers de M. Obama, favorisent la ligne « Iraq first ».

Coalition - Chaque pays a ses priorités et chacun reste maître du rythme de sa participation à la lutte contre l’EI. Les alliés des États-Unis au sein de la coalition se sont engagés à envoyer 1. 500 militaires pour former les troupes irakiennes et kurdes.

Syrie-

Alep - EI et al-Nosra y sont absents. La ville est divisée depuis 2012 entre loyalistes à l'Ouest et rebelles à l'Est. L’armée cherche à couper la route d'approvisionnement des rebelles au Nord. Ces rebelles font parties du Conseil du commandement de la révolution (CCR), une coalition d'une vingtaine de groupes modérés, laïques ou islamistes.

Damas veut limiter le cessez-le-feu à la ville même alors que les rebelles veulent l'étendre jusqu'au passage de Bab al-Hawa, à la frontière turque, leur seule route de ravitaillement. La Russie et l’Iran soutiennent Damas. La France et la Turquie soutiennent les rebelles.

Kobané - Les combattant(es) kurdes stoppent l’ennemi. Alors que la nuit tombe les tirs de mortiers s’intensifient. La tactique de l’EI, consiste à pilonner sans relâche, jusqu’à trouver une faille. Un général kurde fustige le laxisme diplomatique international envers la Turquie.

État islamique – Selon le chercheur et consultant sur les questions islamistes, Romain Caillet: Peu de Sunnites sont sur la même longueur d’onde que l’État islamique. Mais beaucoup d’entre eux pensent que, malgré ses défauts, l’EI constitue le seul espoir d’être maîtres chez eux.

En 2007, les Américains avaient fait alliance avec les tribus sunnites contre les djihadistes, ces tribus espéraient une autonomie après le départ des Américains. Ce qu’ils n’ont pas obtenu. Les Chiites s’étant  emparés totalement du pouvoir.

Malheureusement, l’EI gère mieux les territoires conquis que les autres rebelles, qui laissent souvent le chaos s’installer. On constate également que les ralliements de rebelles venant de l’Armée Syrienne Libre vers Daesh continuent.

Une entente locale est intervenue dans le Nord de la Syrie entre l'État islamique et Al-Nosra pour lutter contre leurs ennemis communs.

Liban – C’est confirmé, une des femmes du leader de l’EI, Saja al-Dulaimi, est détenue. Certains affirment qu’elle acheminait des fonds vers l’Ei, au Liban. Elle est accompagnée de sa fille mineure.

Des analyses génétiques ont confirmé que l'enfant arrêtée en sa présence est la fille d'Abou Bakr al-Baghdadi. Al-Dulaimi aurait été mariée à Al-Baghdadi pendant trois mois, il y a six ans. A été arrêtée au même moment, une épouse d'un commandant djihadiste syrien.

Le ministre de l'Intérieur avait envisagé un échange entre les femmes détenues, et les militaires retenus par l'EI dont Quatre ont été mis à mort, deux par décapitation.

Égypte - Les voyageurs égyptiens de 18 à 40 ans se rendant en Turquie et en Libye, doivent maintenant obtenir une autorisation du département des passeports.

La journaliste Mona Iraqi présentatrice télé de l'émission "El Mostakhbi" (Ce qui est caché) est à l'origine de l'intervention policière qui a capturé 40 présumés homosexuels. On la  voit filmant les visages de ses victimes. On se croirait en plein territoire nazi.

France -  Deux adolescents ont été arrêtés en Hongrie, ils s’en allaient rejoindre l’EI.

Sources : Belgique : La Libre Be;  France : Agence France Presse, France Info, i24news, Le Monde, L’Humanité, Ouest France;   Liban : L’Orient Le Jour;  Québec : 98’5, Huffington Post, La Presse;  Syrie : al-Watan;

L'État islamique : 3 mois plus tard

Depuis 3 mois, l'Ei cherche surtout à consolider ses positions dans le "Sunnistan", c'est à dire, les régions à majorité sunnite. La coalition a certes réussi à stoppé l'État islamique à Kobané en Syrie, et a aidé l'armée irakienne à reprendre la ville de Baïji avec sa raffinerie ainsi que le barrage d'Adhaim, au nord de Bagdad. Baïji et sa raffinerie sont stratégiques pour le gouvernement irakien. Cela lui permet de sécuriser son approvisionnement pétrolier et d'isoler la poche sunnite de Diyala . 

Plusieurs groupes djihadistes dans le monde ont récemment fait allégeance à l'EI. Daech a vraiment marqué des points avec le ralliement du groupe égyptien Ansar Beït el-Maqdiss (Les Partisans de Jérusalem), quelques 2000 combattants. Un autre ajout majeur : les djihadistes libyens de la région de Derna qui ont étendu leurs opérations militaires. 

Irak - "Pour l'EI, ses vrais bastions sont les secteurs de Mossoul, Tikrit, Falloujah et Diyala. Dans ces régions, "non seulement les bombardements de la coalition ne l'affaiblissent pas mais ils le renforcent, en particulier en raison des dégâts collatéraux causés par ces frappes et celles de l'armée irakienne", explique Arthur Quesnay, chercheur spécialiste de l'Irak. "Les autres groupes rebelles sunnites, pourtant rétifs aux velléités hégémoniques de Daech, sont amenés à se solidariser avec lui. Parallèlement, les Etats-Unis ont été incapables d'empêcher la transformation de l'armée nationale irakienne en une armée au service des intérêts chiites", constate le chercheur. Celle-ci a par ailleurs délégué une partie des opérations militaires à des milices chiites. Dans les zones de contact, le résultat est une sorte de nettoyage ethnique des villages à population mixte. Ce qui renforce la cohésion des sunnites autour de l'EI

Syrie - Hormis Kobané les positions de l'EI en Syrie, sont demeurées stables depuis trois mois, selon Thomas Pierret spécialiste de la Syrie. L’Armée syrienne libre et Al-Nosra, affilié à Al-Qaida, contrôlent Beit Jinn, régulièrement pilonnée par les raids de l'aviation syrienne. Les insurgés tiennent aussi le passage de Kuneitra, point d’entrée vers le Golan occupé par Israël. Un peu bizarre, cette alliance entre l'ASL et Al Nosra

Al-Nosra a lancé une vaste offensive pour prendre le contrôle de la ville de Sheik Miskin, située dans la province de Deraa. Cette ville est tenu par l'Armée Arabe Syrienne d'Assad et constitue un carrefour stratégique dans le sud de la Syrie.

Libye - Des armes et des munitions ont été livrées par l’Égypte, l’Algérie, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite au gouvernement libyen, reconnu par la communauté internationale. Celui-ci a effectué des raids aériens sur l’aéroport de Mitiga, dans le but de priver Fajr Libya de soutien étranger. Benghazi, est déjà libérée à 80 % des islamistes. 

Qatar - Selon l’agence Reuters, le Qatar, qui abrite depuis au moins un an une base d’entraînement pour des commandos évoluant sous le sigle de l’Armée syrienne libre, s’apprête à former des combattants islamistes. Reuters évoque l’opposition des Émirats arabes unis à ce projet, laissant entendre que les islamistes sélectionnés sont des membres des Frères musulmans susceptibles d’intervenir dans d’autres États que la Syrie.

Source : Le Figaro, Le Quotidien du Peuple, Radio La Voix de la Russie, Le Monde.

L'état islamique en Syrie et en Libye

ÉTAT ISLAMIQUE - Les vidéos, images et messages qui permettraient de localiser les unités de l'EI sont désormais proscrits par l'organisation : Selfies, combats saisis sur le vif, pick-up lancés sur les routes...

Les djihadistes pillent sans relâche les sites archéologiques de Syrie et d'Irak. Le but : renflouer leurs caisses. Les œuvres d'art sont vendues sur le marché noir.

Syrie - Selon Canoe.ca, divers sites internet, dont celui de la CBC, ainsi que ceux des journaux britanniques, The Independent et The Telegraph ont été piratés par l'Armée électronique syrienneChicago Tribune, CNBC et Forbes ont aussi été attaqués. Créée en 2011, l'Armée électronique syrienne est sympathique au régime d'al Assad. Ce groupe a déjà attaqué des sites comme CNN et l'AFP.

Damas et Moscou ont affiché leur appui aux efforts de l'émissaire de l'ONU pour geler les combats à Alep. Le ministre russe des Affaires étrangères a en revanche écarté l'idée d'une conférence internationale pour relancer les négociations entre protagonistes et estimé qu'une telle relance prendrait du temps. La Russie a envoyé en Syrie, 30 avions d’aide humanitaire. Moscou soutient les efforts du gouvernement syrien à défendre les chrétiens.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme, affirme que les autorités syriennes ont mené près de 2 000 raids aériens en Syrie depuis octobre. 

Selon l'ONG, 527 civils oent été tués et près de 2 000 blessés dans ces frappes visant douze des quatorze provinces syriennes. 

Libye - L'EI prend pied en Libye. L'enjeu de la visite du président égyptien à Paris est la Libye. Pour M. al-Sissi comme pour le président Hollande. Il s'agit d'éviter que le pays ne tombe aux mains des groupes djihadistes. Sissi estime qu'il faut réintervenir militairement. 

Les institutions (justice, police, administration) sont quasi inexistantes. La Libye a deux gouvernements rivaux. Tous deux impuissants et paralysés. Il y a d’abord le gouvernement que reconnait la communauté internationale. C’est un gouvernement de technocrates et soutenu par les milices de Zentan. Il s’est établi à Tobrouk après avoir été chassé de Tripoli.

A Tripoli, siège le gouvernement parallèle dominé par les islamistes. Pour Saïd Haddad, expert de la Libye, "L’état libyen est une fiction et n’existe plus en tant que tel.  Il y a certes  un pouvoir qui est reconnu par la communauté internationale mais qui est assez faible face aux milices islamistes qui contrôlent Tripoli, Bengazi et Misrata." Ansar al-Charia, affiliée à l'EI, contrôle une grande partie de Benghazi et la ville côtière de Derna. 

Grande Bretagne - Deux frères londoniens ont été condamnés à quatre ans et demi et trois ans de prison pour s'être rendus dans un camp d'entraînement terroriste. Un Français a déjà été condamné pour le même motif. 

L'État islamique

France - La France déploie six Mirage 2000-D en Jordanie, s'ajoutant aux neuf Rafale déjà basés aux Emirats arabes unis, pour lutter contre l'État islamique d'IrakUn 2e Français a été identifié parmi les bourreaux de l’EI. Un Belge avait également été reconnu.

État islamique - "Depuis sa percée fulgurante au printemps dernier, l'EI a tenté de faire peur avec le spectre de la chute de Bagdad. Il n'a jamais été question pour l'EI d'envahir les régions chiites. Il n'envisage pas non plus d'affronter les Kurdes d'Irak."estime Thomas Pierret, spécialiste de la Syrie.

Daech cherche surtout à consolider ses positions dans le Sunnistan, les régions à majorité sunnites. En avançant quelque peu sur les territoires chiites et kurdes, il s'assure que les combats aient lieu en territoire ennemi. Une fois que les Chiites et les Kurdes auront reconquis leurs territoires, il est loin d'être certain que ceux-ci voudront continuer en territoire sunnite. 

Le groupe sait, depuis sa création, avancer à la mesure de sa puissance et patienter avant d'avancer ses pions. Il a fait du slogan baqiya, (demeurer) sa ligne de conduite: On reste et on attend.

Cependant sa transformation d'un petit groupe rebelle de taille modeste en une armée presque conventionnelle, dotée de gros moyens logistiques, le rend plus vulnérable aux frappes aériennes de la coalition.

Syrie - 11 000 personnes ont bénéficié de l'amnistie générale décrétée par M. Assad et sont sorties de prison. Pour sa part, l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme avance le chiffre de 7 000 amnistiés. 

Iran - Le gouvernement iranien a démenti qu'un de ses ingénieurs nucléaires ait été assassiné en Syrie la semaine dernière, comme l'a affirmé l'OSDH, rapporte l'agence de presse iranienne Irna.

 

Kobané, les Kurdes attaquent. Le Conseil de Coopération du Golfe crée une armée.

Rocket launched by islamic state forces flies over kobani 5152429Rocket tiré par l'EI dans Kobané.

Selon l'Orient Le Jour, journal de Beyrouth, Kobané passe présentement de la défensive à l'attaque. En effet, après avoir coupé une route de ravitaillement à l'EI dans la banlieue sud, les YPG ont repris carrément le sud de la ville, puis maintenant six bâtiments dans le nord, précise l'OSDH, une organisation non-gouvernementale qui suit le conflit, grâce à un réseau d'informateurs sur le terrain. 

Un cérémonial est devenu quotidien depuis deux mois, dans deux villages turcs devant la frontière. Ils forment une longue chaîne humaine face à Kobané et entonnent des chants à la gloire du PKK et des YPG. Depuis un petit promontoire, retranchés dans leur fortin, des soldats turcs les observent sans broncher.

Selon un journaliste kurde syrien, qui se trouve du côté turc de la frontière, les avions de la coalition ont mené sept raids nocturnes très intenses. Les explosions ont été entendues à 20 km à la ronde, faisant trembler les voitures des journalistes présents à la frontière.  

1.200 personnes, ont été tuées en l'espace de deux mois à Kobané, rapporte l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme, dont 712 djihadistes de l'EI, 398 combattants kurdes, 27 civils kurdes et 16 rebelles de l'Armée syrienne libre.

Le gouvernement syrien lui, a commencé à mener des raids contre les villes contrôlées par l'EI dans le Nord-Est du pays.

Le Conseil de coopération du Golfe (CCG) regroupant six pays du golfe Persique dont l'Arabie saouditeOman, le KoweïtBahreïn, les Émirats arabes unis et le Qatar, crée une armée commune de 500 000 hommes et souhaite signer des accords d'assistance militaire en cas d'attaque, avec le Maroc, la Jordanie, l'Égypte et le Pakistan. Il est probable que l'on s'achemine tranquillement vers une nouvelle carte des acteurs régionaux, et un déclin de l'influence occidentale dans la région. 

Les enquêteurs de la cellule belge contre le terrorisme pensent avoir reconnu un Belge dans la dernière vidéo de décapitation de groupe publiée cette fin-de-semaine par l’État islamique révèle Het Laatste Nieuws. Les services secrets français pensent également avoir reconnu un Français.

 

L'État islamique s'agrandit et commet des crimes contre l'humanité

Il y a un an, cette carte brandit par l'État islamique, je la trouvais farfelue. Aujourd'hui, je me rend compte qu'ils sont sérieux.

Etat islamique 5Un message audio diffusé jeudi sur Internet, attribué à al-Baghdadi, chef de « l'État Islamique », dément les rumeurs de sa mort. La voix affirme que L'État islamique est maintenant implanté dans cinq autres pays de la région dont l’Arabie Saoudite, le Yémen, l’Égypte, la Libye, et l’Algérie. À cette heure, l’authenticité de la voix n’a pas été confirmée. (Mais, c'est sûrement celle de Baghdadi).

La Commission d'enquête sur les crimes en Syrie, mise en place par les Nations Unies, accuse L'État Islamique de commettre des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre à grande échelle, dans les territoires qu'il contrôle. La Commission établit une longue liste de crimes, documentés par 300 témoignages, en passant par des massacres de masse contre des groupes ethniques et religieux, par des décapitations et de l'esclavage sexuel...etc...

Selon l'Associated Press, l'État islamique et Al-Nosra auraient signé un accord d'alliance afin de permettre des attaques communes contre Assad et l'Armée syrienne libre, au Nord de la Syrie. Al-Nosra vient tout juste de rompre le traité de non-agression face à l'ASL

L'État islamique est apparu dans le conflit syrien en 2012. Il vient de lancer sa propre monnaie et d'exécuté un de ses hauts dirigeants condamné pour détournement de fond, le décapitant et le crucifiant, annonce l'OSDH. 

État islamique : aujourd'hui

Syrie - Selon la chaîne de télévision panarabe al-Mayadeen, à el-Qalamoun, au nord de Damas, l'armée syrienne a pris d'assaut les positions d'al-Nosra.

Libye - La ville de Derna est la première enclave de l'État islamique hors d’Irak et de Syrie. Ils y ont une mosquée, un tribunal islamique, une police... La ville est connue pour avoir été un foyer insurrectionnel d’islamistes hostiles au pouvoir de Mouammar Kadhafi. 

Maroc - Arrestation de  6 militaires marocains pour appartenance à l'État islamique. 

Égypte - Deux policiers et trois soldats ont été tués par balle jeudi dans deux attaques différentes, dans le nord du Sinaï.

Les forces anti État islamique semblent avoir le vent dans les voiles

Irak

Les Américains ont décidé de mettre principalement l'emphase sur l'Irak, là où ils ont la meilleure possibilité d'obtenir des gains. 23 raids aériens ont été effectués depuis lundi. Des conseillers  militaires américains ont pour la première fois été déployés dans la province d'Al-Anbar, signe tangible de la “nouvelle phase” annoncée par les Etats-Unis dans leur lutte contre l'État islamique. Leur déploiement est maintenant à hauteur de 3 000 conseillers. 

Selon le site internet du chef du gouvernement irakien, 26 officiers de l'armée irakienne ont été limogés et 10 autres mis à la retraite pendant que 18 nouveaux commandants ont été nommés. La télévision officielle irakienne annonce la reprise de Beiji, à 250 kilomètres au nord de Bagdad. La porte est donc ouverte pour reprendre également la ville voisine de Tikrit.  

La rumeur, qui entoure le sort du chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, depuis les raids de la coalition qui ont visé la semaine dernière "un convoi de dix véhicules qui transportaient peut-être des chefs de guerre" selon le Pentagone, s'épuise.

Syrie

Kobané : « Les YPG ont mené une attaque durant la nuit (leur spécialité), sur la route Halanj-Kobané au sud-est de la ville et coupé ainsi cette voie d’approvisionnement de l’EI », a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme. L'YPG avait déjà repris le sud de la ville.

Alep : Les rebelles que l'on dit modérés, islamistes comme séculaires, y sont désormais coincés entre le régime de Bachar Al-Assad qui avance d'un côté, et l'État islamique de l'autre. Une seule route leur est encore accessible pour se ravitailler ou se ressourcer en Turquie.

Liban

PowerNous assistons à une  surenchère sur les livraisons d’armes à fournir à l’armée libanaise par l’Iran et l’Arabie Saoudite. L'accord signé en début de semaine entre le mouvement Amal et le Hezbollah, sous l'égide de la Syrie et de l'Iran, aide à la stabilité du pays. 

Des Power rangers du Hezbollah sont apparus dans le paysage libanais. Il s'agirait d'une nouvelle entité d'élite de ce mouvement.

Jordanie

Des responsables de sécurité jordaniens évaluent à 1.300 le nombre de salafistes ayant rejoint les mouvements djihadistes depuis les bombardements américains en Irak et en Syrie. Le courant djihadiste jordanien est généralement estimé à 4.000 membres.

Égypte

Une bombe a explosé à une centaine de mètres d'un palais présidentiel du Caire, une autre dans un wagon de train et une troisième dans un wagon de métro. Les attaques, d'abord cantonnées au nord du Sinaï, ont rapidement gagné la capitale égyptienne. Des assaillants à bord de plusieurs embarcations ont attaqué un navire de la marine militaire égyptienne en Méditerranée. Le navire a pris feu et quatre des embarcations utilisées par les agresseurs ont été détruites. 

Europe

Allemagne : Huit personnes de nationalité allemande, sont soupçonnées d'avoir participé à une série de cambriolages et d'avoir utilisé leurs butins pour financer l'envoi de nouveaux combattants volontaires vers la Syrie.

Suisse : Une cellule de recrutement pour l'État islamique a été démantelée.

 

 

 

Après trois ans de guerre civile, qui contrôle le territoire syrien

Le chef du renseignement militaire israélien, estime à 80% les combattants de l’opposition syrienne d'obédience islamiste. Al-Nosra et l’État islamique combattent pour une théocratie.

Jusqu’au mois d'août, al-Nosra et les rebelles pro-démocratiques combattaient côte à côte l'EI et le régime. Mais la donne a changé fin septembre, lorsque Al-Nosra s'est retrouvé visé par les bombardements américains. Alors, il a tourné ses armes contre ses anciens alliés. 

Selon l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme, Al-Nosra branche officielle d'al-Qaidas'est emparé de trois villages dans la province d’Idleb, dans le Nord-Ouest de la Syrie. Ces trois localités étaient jusqu’à présent sous le contrôle du mouvement Hazem et du Front Révolutionnaire Syrien, armés en partie par les États-Unis. Ces deux composantes de l'opposition démocratique à Bachar el-Assad ont été expulsées de leur fief, une défaite symbole. Après cette déroute, le FRS et Hazem voient leur force de frappe se réduire et n’apparaître qu'au sud du pays à Deraa. 

Le Times of Israel nous apprend que sur le plateau du Golan, par jeu de dominos, l’Armée Syrienne Libre (pro-démocratique) force Al-Nosra à quitter la zone frontalière d'Israël et la pousse vers le régime d’Assad plus à l’Est dans la banlieue ouest de DamasAl-Nosra a abandonné les villages qu'il contrôlait dans la province de Quneitra. À l’heure actuelle, l’ensemble de cette province est sous le contrôle de l’ASL, à l’exception de la capitale provinciale et d'une ville druze, qui sont restées fidèles au régime d’Assad. Ce dernier triple ses bombardements sur l'ASL

Selon Laurent Fabius, la coalition engagée dans la lutte contre l'État islamique en Syrie doit désormais tourner ses efforts vers la ville d'Alep, dans le Nord-Ouest du pays. Cette ville est tenue en grande partie par les rebelles pro-démocratiquesLe ministre français des Affaires étrangères estime que ce bastion de l'opposition syrienne est presque totalement encerclé par les forces d'Assad.

Dans le Nord-Ouest du pays, nous assistons présentement à la déconfiture des forces démocratiques au profit des forces dictatoriales d'Assad qui viendront surement à bout des forces théocratiques d'Al-Nosra. 

Sur le Plateau du Golan, ce sont les forces démocratiques qui ont expulsé les forces théocratiques. Deux poches importantes appuient les forces dictatoriales.

Dans l'Ouest région alaouite, ce sont les forces dictatoriales d'Assad qui l'emportent. Forces, ne l'oublions pas qui restent à la défense des Alaouites, Chiites, Druzes et Chrétiens orthodoxes.

Dans le Sud région sunnite, les forces démocratiques contrôlent les alentours de Deraa, là où avaient commencé les manifestations pacifiques pro-démocratiques qui s'étaient propagées à travers tout le pays. Manifs réprimées dans le sang et la mort par le régime dictatorial, d'où l'origine de la guerre civile. À cet endroit, la rébellion démocratique est fortement appuyée par un base d'entrainement financée par les Américains et installée de l'autre côté de la frontière, en Jordanie. Les forces gouvernementales bloquent ces forces démocratiques et les talonnent.

Dans l'Est et le centre, régions sunnites, le fief de l'État islamique.

Dans le Nord-Est, les forces théocratiques de l'EI envahissent le territoire kurde. Les Kurdes syriens appartiennent à la démocratie de gauche. Kobané est située dans cette région.

Menace d'implosion en Turquie. La Libye et l'Égypte pourraient suivre.

Forbes publie son classement annuel des personnalités les plus puissantes du monde. Notons, l’arrivée d’Abou Bakr al-Baghdadi, le Calife de Daech, en 54ème position. 

Obama double son contingent militaire en Irak

Le président des États-Unis a autorisé l'envoi de 1 500 conseillers militaires américains supplémentaires en Irak pour entraîner les forces irakiennes et kurdes.

Le djihad en Egypte 

L’État Islamique, appelle ses partisans à propager le djihad en Egypte, au cœur du Caire, en se servant du désert du Sinaï comme base arrière. Il a également appelé les Djihadistes à «cibler les Coptes», minorité chrétienne, "Les suivre et les tuer est l’une des principales façons de servir la cause", est explicitement écrit sur les sites Web de l'EI. En Libye, des guerriers avec le drapeau islamique de Daech ont été aperçus dans certaines villes.

La Turquie proche de l'implosion 

Selon L'Orient le Jour, journal de Beyrouth, la Turquie joue serré en Syrie. Volontiers ambiguë, très critiquée, la ligne turque s'oppose frontalement à celle des États-Unis et des Occidentaux. Ceux-ci ont fait de l'État islamique leur principal ennemi tandis qu'Ankara s’inquiète de l'activité kurde. Le président turc qualifie de «terroristes» le principal parti kurde de Syrie (PYD), de même que le PKK, Parti des travailleurs du Kurdistan de TurquieIl redoute une victoire Kurde à Kobané et ne veut pas de l'indépendance de la Rojava, la partie kurde de Syrie. 

Pressé par ses alliés d'intervenir, le régime islamo-conservateur turc, a du faire une concession, un geste symbolique, en autorisant le passage sur son territoire de 150 Peshmergas irakiens, pour renforcer la défense de Kobané. Ce convoi a été accueilli par des foules kurdes turques en liesse, provoquant l'embarras du gouvernement. Avec leur ligne pro-capitaliste et conservatrice, les Kurdes d'Irak ont quand même offert à la Turquie l'occasion de démontrer qu'elle était anti-PKK et non pas anti-kurde. 

La crise de Kobané menace de faire dérailler les pourparlers de paix entamés avec le PKK. Le mois dernier, la politique syrienne d'Ankara a provoqué de violentes manifestations pro-kurde en Turquie, plus de 30 morts. La plupart lors de heurts entre Kurdes et le mouvement islamiste Huda-Par. De sa prison, le chef du PKK M. Öcalan a prévenu que la chute de Kobané signifierait la fin du processus de paix. « C'est la Turquie qui a ouvert la porte à l'EI », a accusé, le chef militaire du PKK, M. Bayik.

L'Institut international d'études stratégiques  qualifie la crise de «coup majeur aux espoirs de résolution de la question kurde en Turquie». L'International Crisis Group met en garde "le conflit syrien pourrait rouvrir les vieilles failles ethniques de la Turquie". Il appelle le gouvernement et le PKK à «définir un objectif commun qui va au-delà d'une simple survie du processus de paix».

Le quotidien Hürriyet révèle que M. Öcalan et les services de renseignements turcs ont repris leur pourparler. De son côté, M. Bayik s'est dit prêt à solliciter un médiateur. «Ni nous, ni la Turquie, ne parviendrons à leurs fins par la guerre, il faut une solution politique.» a-t-il confié. 

Les Kurdes de Turquie éprouvent de plus en plus de ressentiment contre leur gouvernement. Pendant que les islamistes d'Huda-Par ressentent de plus en plus d'hostilité envers eux. Deux pays viennent d'imploser: la Syrie et l'Irak, la Turquie pourrait bien devenir le troisième.

Kobané

Les Peshmergas équipés de pièces d'artillerie et de véhicules blindés ont pu pilonner des positions de l'EI autour de la ville et reprendre plusieurs villages des alentours mais la situation n'a guère évolué sur la ligne de front. L'est de la ville est toujours aux mains des combattants de l'EI tandis que les Unités de protection du peuple (YPG) et leurs alliés tiennent l'ouest.

 

La communication de l'État islamique

 

La communication de l'EI

La propagande de l’EI affiche son drapeau, avec ses écritures blanches sur fond noir. Pour la plupart des Occidentaux, ces écritures ne sont pas compréhensibles, mais en tant que symbole, il est aisément reconnaissable et se diffuse facilement sur les médias sociaux.

Dans la stratégie du groupe, les messages diffusés dans les réseaux virtuels doivent être repris par les médias traditionnels pour avoir leur plein impact. De plus, le passage de ces messages dans les médias traditionnels crée des controverses : on débat à savoir si l’on doit les diffuser ou non dans les journaux ou à la télévision. On fait dès lors naître une nouvelle sur une nouvelle ! C’est l’effet multiplicateur que recherchent les stratèges djihadistes.

C’est une approche de masse. Le groupe applique un principe de base du marketing : Gardez votre marque bien en évidence. On nous montre des choses horribles commises par les infidèles comme des enfants gazés en Syrie par Bachar al-Assad ou des bombardements de villages par la coalition en Irak. 

C’est une véritable confrontation qui s’annonce sur Internet. Hier les Etat-Unis ont appelé les membres de la coalition internationale qui luttent contre l’État Islamique à lutter aussi sur le web. Le but : Vaincre le système de communication de l’Etat Islamique.

la coalition menée par les Etats-Unis peine à freiner l'avancée des djihadistes, notamment dans l'ouest de l'Irak.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site