Irak

Mossoul : Les Irakiens avancent toujours

15576550

Des ciels noirs d’encre empêchant les raids de la coalition sur leurs positions, les djihadistes mettent le feu aux puits de pétrole, aux tas de pneus, et à une usine de soufre. L'assaut contre Mossoul se déroulerait quand même dans le calendrier prévu. 

S'ils avaient voulu déserter le terrain, les rebelles l'auraient déjà fait. On a plutôt relevé le transfert de quelques centaines de djihadistes, de la Syrie vers l'Irak. Les combats dans Mossoul ne commenceront sans doute pas avant un mois, Des contrecoups terroristes sont redoutés en Europe. Daech a coupé toutes les communications de la ville, internet compris. Le ciel est enfumé sur des kilomètres. 

Depuis Qayyarah et Khazir, des dizaines de milliers de combattants irakiens avancent en véhicules blindés, à travers les plaines arides. Avec le soutien aérien américain et l’appui de l’artillerie française, les forces irakiennes progressent maison par maison. Il semblerait que les terroristes utilisent la population civile comme bouclier humain pour se protéger des frappes aériennes et de l’artillerie. 

Des combattants kurdes ont repris plusieurs villages tenus par l'État islamique autour de la ville. Au Nord-Est de Mossoul. Les Kurdes irakiens ont repris la ville de Bachika.

À 200 km au Sud-Est de Mossoul, l'État islamique a répondu en attaquant Kirkouk, ville kurdeDes hommes armés portant des vestes explosives ont attaqué des barrages de contrôle et des unités de patrouille, pour atteindre le quartier général de la police et une centrale électrique.

La reconquête de Mossoul sera longue et pénible.

 

Sources :

L'Obs : Bataille de Mossoul : Daech rend le ciel toxique, 24/10/16

Le Figaro : Mossoul : la coalition se heurte à la résistance de Daech, 24/10/16

Radio-Canada : Les Kurdes irakiens disent avoir pris Bachika près de Mossoul, 23/10/16

France 24 : Mossoul : les forces irakiennes et les Kurdes poursuivent leur progression, 21/10/16

E.Night Watch : Ce qu’il ne fallait pas louper en 3 minutes : Mossoul, 19/10/16

El Moudjahid (Alger) : Bataille de Mossoul : Les forces irakiennes progressent, 19/10/16

 

Mossoul : Les Irakiens avancent lentement

15567238

Irakiens contre EI

15567232Daech coupent toutes les communications de la ville, internet compris. Le ciel est enfumé sur des kilomètres. Les terroristes ont mis le feu aux puits de pétrole pour empêcher les bombardements de la coalition. Les avions américains ont quand même atteint 52 cibles. 

Irak une offensive lancee pour reprendre mossoul a l etat islamique 2afaa7 0 1xDepuis Qayyarah et Khazir, des dizaines de milliers de combattants irakiens avancent en véhicules blindés, à travers les plaines arides. Avec le soutien aérien américain et l’appui de l’artillerie française, les forces irakiennes progressent depuis 4 jours, maison par maison. Il semblerait que les terroristes utilisent la population civile comme bouclier humain pour se protéger des frappes aériennes et de l’artillerie. 

15567226

Kurdes conte EI

Des combattants kurdes ont lancé l'assaut sur plusieurs villages tenus par l'État islamique autour de la ville. Le principal objectif étant la ville de Bachiqa, au Nord-Est de Mossoul. 

À 200 km au Sud-Est de Mossoul, l'État islamique a répondu en attaquant Kirkouk, ville kurdeDes hommes armés portant des vestes explosives ont attaqué des barrages de contrôle et des unités de patrouille, pour atteindre le quartier général de la police et une centrale électrique.

La reconquête de Mossoul sera longue et pénible.

15567222

Sources :

France 24 : Mossoul : les forces irakiennes et les Kurdes poursuivent leur progression, 21/10/16

L'Obs, photos, 20/10/16

E.Night Watch : Ce qu’il ne fallait pas louper en 3 minutes : Mossoul, 19/10/16

El Moudjahid (Alger) : Bataille de Mossoul : Les forces irakiennes progressent, 19/10/16

France 2 : Mossoul : la préparation des soldats de l'État islamique, 18/10/16

 

Mossoul

 

3 à 5.000 terroristes lourdement armés, pas du tout en état de panique, s'organisent et sont en train de fortifier leur ligne de défense. Ils ont coupé internet, organisent des barrages pour contrôler les téléphones portables, les appels et les photos. Sur de rares photos sorties de Mossoul au cours des derniers jours, on aperçoit l'asphalte percé en de nombreux endroits pour relier les différents pièges explosifs, ou encore des barricades de béton qui ont été dressés en barrage. Y règne une ambiance de suspicion générale qui aurait déjà coûté la vie à 20 personnes. 

À 70 km au sud, le ciel est enfumé sur des kilomètres. Les terroristes ont mis le feu aux puits de pétrole pour empêcher les bombardements de la coalition. Les avions américains ont quand même atteint 52 cibles. Des avions turcs ont aussi pris part aux opérations. 

Depuis Qayyarah et Khazir, des dizaines de milliers de combattants irakiens avancent en véhicules blindés, à travers des plaines arides. Ils sont appuyés par les forces aériennes américaines, et ont déjà libéré plusieurs villages. 

La bataille de Mossoul promet d’être particulièrement âpre. Elle fait craindre un exode massif de la population. 1,5 million de gens y vivent et pourraient se retrouver piégés par les combats, ou être utilisés comme boucliers humains par les terroristes et même être bombardés par la coalition. 

Sources :

France 2 : Mossoul : la préparation des soldats de l'État islamique, 18/1016

El Moudjahid (Alger) : Bataille de Mossoul : Les forces irakiennes progressent, 19/10/16

Le Canada se retrouve au front malgré lui

 

Images 12

À Erbil, dans le nord de l’Irak, alors que L’EI lançait sa plus grande offensive depuis cinq mois contre les forces kurdes; les forces spéciales canadiennes entraînant les combattants kurdes, se sont retrouvés au centre de tirs importants et y ont répondu par les armes. On ne signale aucun mort chez les 69 instructeurs canadiens. Par contre des militaires kurdes ont perdu la vie.

Deux CF-18 canadiens sont intervenus. Des avions américains, britanniques et français ont également effectué des frappes, alors que l’offensive contre les Kurdes s’est étirée sur plus de 17 heures. Les combats ont commencé vers 16 h, mercredi, et ont duré jusqu'à jeudi matin.

L'EI a utilisé des voitures piégées, des mortiers et des roquettes pour lancer chaque attaque. Les forces kurdes les ont repoussés en cinq lieux.

L’ampleur de l’offensive semble avoir pris par surprise les Kurdes et la Coalition. Les attaquants se sont infiltrés brièvement à travers les positions défensives des FSK. Nos forces ont alors conseillé les FSK et les ont aidées à lancer une contre-attaque et à rétablir leurs lignes défensives.

Sources :

Ici Radio-Canada : Des avions canadiens en soutien aux forces kurdes dans le nord de l'Irak, 17/12/15

Le Devoir : Des avions canadiens tentent de contrer une offensive du groupe EI, 17/12/15

Métro : Participation active au sol du Canada en Irak, 17/12/15

Canoe.ca : Des soldats canadiens ont aidé les Kurdes à repousser l'EI, 17/12/15

Ramadi bientôt libérée !

 

Ob 2c15c5 iraq map ramadiDernière mise à jour 6h. 45. Après des mois d'âpres combats, "Ramadi", chef-lieu de la province d'Al-Anbar, contrôlée depuis mai par l'EI, est en voie d'être reconquise par le pouvoir irakien. 

 

Les forces de la sécurité irakienne sont parvenues à reprendre un quartier clé de Ramadi, Tamimainsi que plusieurs ponts conduisant au centre-ville. Une telle victoire devrait faciliter la chute d'autres territoires de la vallée de l'Euphrate, tenus par Daech, depuis l'instauration de son califat irako-syrien à l'été 2014.

Les forces gouvernementales appuyées par des frappes de la coalition internationale, tentent de reprendre la ville. Elles ont repoussé une violente contre-attaque de l'EI, 15 véhicules piégés conduits par des kamikazes ont été détruits, grâce à des missiles antichar Kornet de fabrication russe, plusieurs soldats irakiens sont morts.

Images 11En mai, l'EI avait basé son offensive victorieuse à Ramadi sur l'utilisation de véhicules contenant pour certains près de 10 tonnes d'explosifs et conduits par des kamikazes. Ils  jouent le rôle de bombardements massifs avant l'assaut.

Épaulées par des forces locales et un bataillon de policiers venus de la base voisine d'Habbaniyah, les 8e et 16e divisions de l'armée irakienne s'emploient à tenir le terrain conquis et à n'en pas céder un pouce, avant de ré-attaquer.

Dans le cadre du développement de la coopération anti-terrorisme Moscou-Bagdad, un grand nombre de véhicules blindés avec armure impénétrable, de fabrication russe, sont arrivés dans le port irakien de Bassorah. 

Depuis des mois, les forces irakiennes coupent les lignes d'approvisionnement de l'EI autour de Ramadi en prenant les zones suburbaines une après l'autre.

L'armée irakienne et les forces populaires du pays ont l'intention de commencer la dernière phase de leur opération de grande envergure pour libérer Ramadi.

Sources:

L'Orient le Jour : Irak: une série de 15 attaques suicide de l'EI repoussée à Ramadi, 15/12/2015

Le Figaro : Face à l'État islamique, l'armée irakienne avance dans Ramadi, 10/12/15

Tuttosport.com : 12 kamikaze a Ramadi, 65 soldati morti, 15/12/15

Fars News Agency : Les forces irakiennes sont prêtes à lancer la phase finale de l'opération de libération de Ramadi, 16/12/15

La Turquie sur la première ligne sunnite

 

13940917000678 photoi

Des chars, de l'artillerie et des soldats turcs sont entrés le 4 décembre, dans la province iraquienne de Ninive, déployant un camp militaire turc à Bashiqa, tout prêt d'une région contrôlée par l’État islamique, au nord de Mossoul, une zone actuellement sous influence des forces kurdes, mais revendiquée par Bagdad.

Bien que le gouvernement turc ait des problèmes significatifs avec sa propre population kurde et les Kurdes en Syrie, il a toutefois développé une bonne relation avec les Kurdes d’Irak.

Le ministère de la Défense iraquienne reproche à la Turquie de ne pas avoir conclu un accord avec les autorités à l'avance et qualifie sa présence militaire d'action hostile.

Le premier ministre irakien se réserve le droit de porter plainte au Conseil de Sécurité de l'Onu, si les militaires turcs ne quittent pas les lieux dans les 48 heures. Moscou dénonce la présence de troupes turques en Irak sans l'approbation de Bagdad.

La Turquie en envoyant un renforcement militaire au camp de formation temporaire de Bashiqa, l’a transformé en base permanente. La Turquie semble surprise par le tumulte, et  allégue qu'elle avait envoyé ses troupes à la demande du ministre irakien de la défense pour former les soldats irakiens et les peshmergas kurdes à lutter contre l'EI.

Refusant de retirer ses soldats, la Turquie a toutefois suspendu l'envoi de nouvelles troupes et appeler à trouver une solution négociée. Ce dont les Irakiens doutent.

Depuis, des chasseurs turcs ont violé l'espace aérien irakien en bombardant des positions du PKK kurde dans la province de Dahuk, toujours en Irak. La Turquie considère le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), dont le siège social est dans le nord de l'Irak, comme étant un ennemi de longue date.

Cela peut être considéré comme la réponse de la Turquie au déploiement de 7.000 soldats russes sur les frontières turco-arméniennes. Cette initiative russe a été prise, dans le cadre des accords de défense commune, signés avec l'Arménie. Rappelons-nous : le génocide arménien effectué par les Turcs au début du 20e siècle.   

Le désir de la Turquie est de s’affirmer en tant que puissance sunnite à la défense des Sunnites. La confrontation de base est entre le bloc sunnite : Arabie saoudite, Qatar, Turquie, soutenu par les États-Unis contre le bloc chiite, Iran, Hezbollah, Irak soutenu par la Russie.

La Turquie démontre qu’elle peut agir unilatéralement, de manière spectaculaire et avec audace, dans la région. L’incursion ajoute encore une couche de complication à l'ensemble de l’affrontement Russie-Turquie.

Le gouvernement irakien recevra une oreille attentive à l'ONU. Les alliés de l'OTAN de la Turquie l'ont soutenu dans sa confrontation avec l'armée de l'air russe mais les Turcs amènent l'OTAN dans une situation où il ne veut pas être. Aussi, le Premier ministre irakien a demandé à l'OTAN de temporiser Ankara.

Le gouvernement chinois est également en colère du fait que les Turcs soutiennent un mouvement de libération dans l'ouest de la Chine.

La plus grande milice chiite, celle de Badr menace d'attaquer les forces turques sur le territoire irakien.

Le président du Kurdistan irakien a rencontré en Turquie les dirigeants turcs, en pleine crise. Le président turc Erdogan lui a exprimé la détermination de la Turquie pour combattre le terrorisme, entendant par-là, l’État islamique et les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan, PKK.

La Russie, brouillée avec la Turquie qui a abattu l'un de ses bombardiers à la frontière syrienne le mois dernier, a dénoncé mardi devant le Conseil de sécurité ce déploiement.

Ankara a appelé ses ressortissants se trouvant en Irak à quitter le territoire, sauf certaines provinces de la région kurde.

Cv1gwlfwoaapgx1

Sources :

Sahar : La Russie déploie 7.000 soldats, sur les frontières turques!, 08/12/15

Business Insider: Turkey is 'setting up cards' for a dangerous new game with Russia — and the winner could be ISIS, 10/12/15

RT : Turquie: Le déploiement de troupes en Irak n’est pas une agression, mais un acte de solidarité, 10/12/15

The Leading Edge : La Russie considère illégale, la présence de troupes turques en Irak, 08/12/15

Sputnik : La Turquie porte une frappe aérienne en Irak, 09/12/15

Fars New Agency : Pas de place pour la Turquie: l'ONU peut condamner Ankara pour l'envoi de chars en Irak, 10/12/15

Al Araby : L'Irak demande à l'OTAN d'intervenir au sujet des troupes turques en Irak, 09/12/15

Irak, Turquie, Russie

 

La Russie convoque une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, suite au déploiement par la Turquie, le 4 décembre dernier, d'une unité de blindés, dans le nord de l'Irak, aux environs de la ville de Mossoul, contrôlée par l'EI. Le tout, sous prétexte d'y entraîner les détachements kurdes combattant l'EI. 

Le premier ministre irakien a déclaré que l'Irak allait recourir au Conseil de sécurité de l'ONU, si la Turquie ne retirait pas ses forces armées dans les 48 heures. 

Ankara n'envisage pas de retirer ses troupes du territoire irakien, malgré l'ultimatum de Bagdad. Les officiels turcs n'ont pas réussi à persuader Bagdad que leur intention n'était pas de mener une opération terrestre, ni de déployer de contingents supplémentaires.  

Sources:

Le Maghreb : Soldats turcs en Irak : Le conseil de sécurité se réunit, 09/12/15

 

La Syrie et l'Irak transformés à jamais

 

Dernière modification : 9 heures

Les États-Unis étudient la possibilité de déployer un petit nombre de forces spéciales en Syrie et des hélicoptères d'attaque en Irak pour renforcer la lutte contre l'État islamique. Moscou répond : Des opérations US au sol seraient illégales avec des effets imprévisibles. ​

Les perturbations que connaît le Moyen-Orient ont transformé la région à jamais. L'Irak et la Syrie seront incapables de retrouver leurs frontières d'origine. Probablement que les deux pays seront divisés selon l'origine ethnique des citoyens. Possiblement un pays kurde, quoique la Turquie n'y est pas du tout intéressée, un pays sunnite et un pays chiite.

La Syrie est morcelée, le régime ne contrôle qu'environ le tiers du pays établi après la Seconde Guerre mondiale. Le nord est contrôlé par les Kurdes, et la région centrale par l'EI. Le  chef du renseignement français et le directeur de la CIA partagent un avis similaire.

L'Iran participera pour la première fois vendredi à des pourparlers sur la Syrie.

 

Sources :

Le Figaro : USA: envoi de forces spéciales en Syrie ?, 28/10/15

al Manar : Le Moyen-Orient transformé "à jamais" (chef du renseignement français), 28/10/15

 

Irak, ça cogne fort !

Après des semaines de combats difficiles, le mois d’avril est devenu synonyme de la reprise de Tikrit par les forces irakiennes, la plus grande victoire de l’état irakien depuis la perte de pans entiers du pays aux mains de l'État islamique, en juin dernier.

RamadiLes combats contre les djihadistes autour de Ramadi, à l'ouest de Bagdad, jettent plus de 100.000 personnes sur les routes. Ça cogne donc très fort, à cet endroit.

Pendant ce temps, le premier ministre canadien M. Harper effectue une visite surprise à Bagdad. 

L'armée irakienne face aux bombes artisanales

Depuis sa percée fulgurante en Irak il y a neuf mois, le groupe extrémiste sunnite EI impose sa loi et multiplie les atrocités dans les régions sous son contrôle. Pour éviter de perdre trop d’hommes lors de confrontations inégales, les troupes du califat fuient devant l’ennemi, sans opposer trop de résistance. Mais ils posent des bombes partout, dans les rues, les bâtiments, sous les ponts. C'est pour cette raison que les forces irakiennes ont été stoppées à Tikrit.

Daesh a piégé des maisons et creusé des tranchées dans la capitale de la province de Salaheddine, Tikrit, ville située à 160 km de Bagdad et conquise par l’État islamique en juin 2014. La bataille pour la reprendre sera difficile. La suspension de l'offensive gouvernementale, sa plus importante depuis la débandade de juin 2014, limite les pertes et protège les infrastructures.

La ligne de front n'a pas bougé depuis des jours. L'armée irakienne avait déjà tenté de reprendre par trois fois, en vain, la ville d'origine de l'ex-dictateur Saddam Hussein. D'ailleurs, son mausolée a été détruit par Daech.

Bagdad a lancé parallèlement une offensive pour reconquérir la ville de Gurma, située à quelques dizaines de kilomètres de Falloujah et de la capitale. La mission est périlleuse. Sur les routes, les chars des troupes régulières doivent se confronter à un ennemi invisible : les bombes artisanales. Les djihadistes les ont disséminées partout dans les villages et les routes alentour.

Quand ils tombent face à face avec une mine ou un engin explosif, les Irakiens ont peu de moyens pour s’en débarrasser. Une poignée de démineurs est chargée de cette opération, très délicate. Ces hommes ont détruit plus de 130 bombes en 48 heures. En cinq jours d’offensive , les forces pro-gouvernementales, appuyées par les raids de la coalition, disent avoir reconquis 50 % de Gurma.

Quand aux forces kurdes, elles ont attaqué les djihadistes à Kirkouk, ville pétrolière du nord de l'Irak. L'offensive des Peshmergas est appuyée par les frappes aériennes de la coalition. Les Kurdes ont progressé sur plusieurs fronts à l'ouest de la ville, prenant notamment les localités de Mala Abdallah et de Tel Ward. 

Les Kurdes ont pris le contrôle de Kirkouk en août dernier. La situation demeure toujours fragile, la ligne de front n'étant par endroits distante que de 20 km du centre-ville. Fin janvier, une offensive lancée par l'État islamique avait brièvement enfoncé les défenses kurdes.

 

Sources : Le Figaro, France 24, Journal de Montréal

Tikrit reprise...

Irak 6

Tikrit : Les trois secteurs lignés en rouge : Ce qui reste à l'État islamique.

Un soldat canadien a été tué et trois autres blessés lorsqu'ils ont été visés par erreur par des combattants kurdes.

Le chef du Hezbollah libanais a annoncé pour la première fois que son puissant mouvement chiite, déjà engagé dans la guerre civile de Syrie, combattait également en Irak contre l’État islamique.

Irak 3Lancée il y a 10 jours, l'offensive des forces gouvernementales irakiennes pour reprendre Tikrit des mains de l’État islamique, a pris un tournant décisif avec la percée de l’armée irakienne par le nord de la ville. Des soldats, des policiers et une force paramilitaire chiite, sont entrés dans Tikrit.

Les djihadistes occupent encore le vaste ensemble de bâtiments présidentiels construits par l'ancien dictateur Saddam Hussein, qu'ils utilisent comme quartier général. Ce complexe, ainsi que trois autres quartiers du centre de Tikrit, sont encore tenus par l'EI. L’avancée des troupes est freinée par la présence de francs-tireurs et de bombes posées par les djihadistes.

Irak 5 Force paramilitaire chiite

Sources : Le Devoir, Ici Radio-Canada, Le Figaro, Le Monde, The New York Times, La Presse, Yahoo! Actualité

Offensive d'envergure de l'armée irakienne sur Tikrit...

Ça y est, c’est parti… L'armée irakienne et la milice chiite « Hachid Chaabi » (Mobilisation populaire) avancent vers le nord. Mais à quelques reprises, elles se sont brisées les dents sur Tikrit.

Irak 1Direction Tikrit : L’aviation irakienne en tête, elles lancent maintenant une offensive d'envergure sur trois axes, avec 30.000 hommes, pour reprendre cette ville à l’État islamique. Cette-fois-ci devrait être la bonne. En fait, il s'agit d'un tremplin pour Mossoul. Un général de la Force Qods (unité d'élite de l'armée iranienne) les aide à coordonner les opérations. Ils cherchent à encercler les forces de l’État islamique qui les freine quelque peu avec des bombes artisanales et des tireurs d’élite.

En revanche, la coalition menée par les États-Unis pour effectuer des raids aériens contre l'EI en Irak et en Syrie n'est pas encore intervenue à Tikrit, a déclaré le Pentagone, sans doute en raison de cette forte présence iranienne.

Tikrit se situe au point de jonction entre Samara et Diyala, deux provinces stratégiques. Cette ville donne également accès aux puits de pétrole de Kirkuk et facilitera la libération de la raffinerie de Beji et de la ville de Mossoul.

Tikrit est aussi le berceau de l'ancien président Saddam Hussein, capturé en 2003 et exécuté en 2006.

Sources : AFP, Canoe.ca actualités, Ici Radio-Canada, Libération, Iran french news,

Combats en Syrie et en Irak

ConvoiD’importants convois blindés (T72) de l’armée syrienne font actuellement route vers la ville de Qunaïtra au Golan, près de la frontière avec Israël.

Combats en Syrie

Au cours de leur plus vaste offensive dans le sud, le Hezbollah, l’armée arabe syrienne et des forces armées iraniennes se sont emparés de postes stratégiques à la lisière de la ligne tenue par Israël. La ligne de front se situe sur la frontière avec le plateau du Golan occupé par Israël. L’opération vise à casser les rebelles qui s’y sont installés. Ils ont repris en cinq jours une série de villages et de collines. Le 18 janvier dernier, un général iranien et six combattants du Hezbollah y ont été tués lors d’un raid israélien. Près de 5.000 soldats du Hezbollah sont déployés actuellement en Syrie.

Les Kurdes ont repris à l’EI 128 des 350 villages entourant Kobané.

Sources : al-Manar (TV du Hezbollah), Nouvelles d’Arménie Magazine, OSDH (Observatoire Syrien des Droits de l’Homme), Le Point, 45e Nord, Sana (Agence officielle syrienne), The Times of Israël.

 

Combats en Irak

Kurdes2Dans le nord, les forces spéciales canadiennes ont encore une fois échangé des tirs avec l’État islamique. La ville clé de Tall Abyad, tenue par l’EI, est dans la ligne de mire des forces kurdes (photo). Les kurdes, soutenus par la coalition internationale, ont repris du terrain à l’EI près de Mossoul. Les forces irakiennes prévoient lancer dans les semaines à venir une offensive terrestre contre l’EI, avec l’appui de la coalition. Mossoul est considérée comme une ville cruciale pour cette éventuelle contre-offensive. 

L’État islamique a pris le contrôle de 80% de la ville d'al-Bagdadi, dans l'ouest, menaçant un camp d'entraînement de l'armée irakienne géré par les marines américains. 320 Marines y entraînent la 7e division irakienne. La plupart des villes voisines étaient tombées aux mains de l'EI, l'été dernier.

Sources : 45e Nord, Le Figaro, Métro.

La guerre de Syrie et d'Irak

Syrie - Le programme occidental d'entraînement des rebelles syriens modérés devrait démarrer au plus tôt en février, a déclaré M. Bahra, chef de la Coalition nationale syrienne basée en Turquie. La stratégie de M. Obama porte sur plusieurs années. Sa politique est de former des combattants pro-démocratique pour repousser Daech. Bahra, dont les troupes ne jouent plus qu'un rôle résiduel sur le terrain, estime que les États-Unis oublient de combattre Assad.

Alep - L'émissaire de l'ONU en Syrie a mené des discussions avec différents groupes rebelles sur la mise en oeuvre d'un gel des combats dans cette ville, entre forces du régime et insurgés.

Deir Ezzor – Après avoir attaqué une base d’aviation militaire du gouvernement, l’EI est contraint à la retraite, a déclaré l’Observatoire Syrien des Droits de l'Homme. Les combattants de l’État islamique se sont également retirés d’une montagne dominant Deir Ezzor après avoir subi d’intenses bombardements. L'EI contrôle à peu près tout l'Est de la Syrie sauf quelques points comme cet aérodrome.

Deraa -  Al-Hassan surnommé le «Tigre», colonel et impitoyable artisan des reconquêtes du pays par l’Armée Arabe Syrienne, a inversé le cours de la bataille d’Alep, a repris le champ gazier d’Al-Chaer et également Morek. Il vient d'être envoyé à Deraa, là où les troupes loyalistes sont en difficulté. Al-Hassan, le plus populaire des Alaouites, serait un successeur potentiel d'Assad. 

Damas - Israël a attaqué la Syrie en visant deux régions gouvernementales près de Damas : le secteur de Dimas et celui de l'aéroport international de Damas.

Irak - Une entente tacite entre Américains et Iraniens.

Les États-Unis agissent dans le Nord et l'Ouest irakien, en territoire sunnite. L'Iran dans le Sud et l'Est là où se trouve la population chiite. Il est possible qu'au sortir de cette guerre, les frontières soient redessinées. La partie chiite formant un pays satellite de l'Iran. Les parties sunnites d'Irak et de Syrie s'unissant. 

Ramadi - L'EI n'a pas réussi à prendre le complexe gouvernemental dans le centre-ville.

Allemagne - Une mosquée soupçonnée de soutenir l'État islamique a été fermée et un djihadiste a été condamné. La France, la Belgique et la Grande Bretagne ont déjà condamné 5 djihadistes. La Norvège vient d'en arrêter un. Si ce mouvement s'accentue, il est fort à parier qu'il devienne dissuasif. 

Source - Belgique: 7sur7France : Le Figaro, Libération, Le Monde, Paris Match ; Liban : L'Orient Le Jour; Québec : 45e Nord, Le Devoir;

L'État islamique

France - La France déploie six Mirage 2000-D en Jordanie, s'ajoutant aux neuf Rafale déjà basés aux Emirats arabes unis, pour lutter contre l'État islamique d'IrakUn 2e Français a été identifié parmi les bourreaux de l’EI. Un Belge avait également été reconnu.

État islamique - "Depuis sa percée fulgurante au printemps dernier, l'EI a tenté de faire peur avec le spectre de la chute de Bagdad. Il n'a jamais été question pour l'EI d'envahir les régions chiites. Il n'envisage pas non plus d'affronter les Kurdes d'Irak."estime Thomas Pierret, spécialiste de la Syrie.

Daech cherche surtout à consolider ses positions dans le Sunnistan, les régions à majorité sunnites. En avançant quelque peu sur les territoires chiites et kurdes, il s'assure que les combats aient lieu en territoire ennemi. Une fois que les Chiites et les Kurdes auront reconquis leurs territoires, il est loin d'être certain que ceux-ci voudront continuer en territoire sunnite. 

Le groupe sait, depuis sa création, avancer à la mesure de sa puissance et patienter avant d'avancer ses pions. Il a fait du slogan baqiya, (demeurer) sa ligne de conduite: On reste et on attend.

Cependant sa transformation d'un petit groupe rebelle de taille modeste en une armée presque conventionnelle, dotée de gros moyens logistiques, le rend plus vulnérable aux frappes aériennes de la coalition.

Syrie - 11 000 personnes ont bénéficié de l'amnistie générale décrétée par M. Assad et sont sorties de prison. Pour sa part, l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme avance le chiffre de 7 000 amnistiés. 

Iran - Le gouvernement iranien a démenti qu'un de ses ingénieurs nucléaires ait été assassiné en Syrie la semaine dernière, comme l'a affirmé l'OSDH, rapporte l'agence de presse iranienne Irna.

 

Les forces anti État islamique semblent avoir le vent dans les voiles

Irak

Les Américains ont décidé de mettre principalement l'emphase sur l'Irak, là où ils ont la meilleure possibilité d'obtenir des gains. 23 raids aériens ont été effectués depuis lundi. Des conseillers  militaires américains ont pour la première fois été déployés dans la province d'Al-Anbar, signe tangible de la “nouvelle phase” annoncée par les Etats-Unis dans leur lutte contre l'État islamique. Leur déploiement est maintenant à hauteur de 3 000 conseillers. 

Selon le site internet du chef du gouvernement irakien, 26 officiers de l'armée irakienne ont été limogés et 10 autres mis à la retraite pendant que 18 nouveaux commandants ont été nommés. La télévision officielle irakienne annonce la reprise de Beiji, à 250 kilomètres au nord de Bagdad. La porte est donc ouverte pour reprendre également la ville voisine de Tikrit.  

La rumeur, qui entoure le sort du chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, depuis les raids de la coalition qui ont visé la semaine dernière "un convoi de dix véhicules qui transportaient peut-être des chefs de guerre" selon le Pentagone, s'épuise.

Syrie

Kobané : « Les YPG ont mené une attaque durant la nuit (leur spécialité), sur la route Halanj-Kobané au sud-est de la ville et coupé ainsi cette voie d’approvisionnement de l’EI », a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme. L'YPG avait déjà repris le sud de la ville.

Alep : Les rebelles que l'on dit modérés, islamistes comme séculaires, y sont désormais coincés entre le régime de Bachar Al-Assad qui avance d'un côté, et l'État islamique de l'autre. Une seule route leur est encore accessible pour se ravitailler ou se ressourcer en Turquie.

Liban

PowerNous assistons à une  surenchère sur les livraisons d’armes à fournir à l’armée libanaise par l’Iran et l’Arabie Saoudite. L'accord signé en début de semaine entre le mouvement Amal et le Hezbollah, sous l'égide de la Syrie et de l'Iran, aide à la stabilité du pays. 

Des Power rangers du Hezbollah sont apparus dans le paysage libanais. Il s'agirait d'une nouvelle entité d'élite de ce mouvement.

Jordanie

Des responsables de sécurité jordaniens évaluent à 1.300 le nombre de salafistes ayant rejoint les mouvements djihadistes depuis les bombardements américains en Irak et en Syrie. Le courant djihadiste jordanien est généralement estimé à 4.000 membres.

Égypte

Une bombe a explosé à une centaine de mètres d'un palais présidentiel du Caire, une autre dans un wagon de train et une troisième dans un wagon de métro. Les attaques, d'abord cantonnées au nord du Sinaï, ont rapidement gagné la capitale égyptienne. Des assaillants à bord de plusieurs embarcations ont attaqué un navire de la marine militaire égyptienne en Méditerranée. Le navire a pris feu et quatre des embarcations utilisées par les agresseurs ont été détruites. 

Europe

Allemagne : Huit personnes de nationalité allemande, sont soupçonnées d'avoir participé à une série de cambriolages et d'avoir utilisé leurs butins pour financer l'envoi de nouveaux combattants volontaires vers la Syrie.

Suisse : Une cellule de recrutement pour l'État islamique a été démantelée.

 

 

 

L'État islamique résiste toujours en Syrie et en Irak

02 211

La Turquie, qui entretient de bonnes relations avec le Kurdistan irakien, a autorisé le passage de 200 Peshmergas sur son territoire. Ils devraient arrivés la semaine prochaine à Kobané. Ankara n’a pas cédé à la pression des Kurdes de Turquie qui souhaitent, eux aussi, combattre aux côtés de leurs frères de Kobané. 

Selon M. Moslem, co-président du Parti de l'Union Démocratique (PYD), principale formation politique kurde syrienne, les discussions se poursuivent entre M. el Akidi, chef de l'Armée Syrienne Libre, et le bras armé du PYD. "Politiquement, nous n'avons rien contre l'ASL (...) mais à mon avis, si elle veut nous aider, elle doit ouvrir un second front à Tel Abiad ou Djarablous", deux villages proches de Kobané, afin de desserrer l'étau autour de la ville" a-t-il précisé. Le chef de l'ASL lui, affirme que 1 300 soldats "se rendraient à Aïn al-Arab (Kobané en arabe) dans les prochaines 36 heures", en passant par la Turquie. 

L'EI tente de nouveau de progresser vers le poste-frontière de Mursitpinar, seul lien de Kobané avec la Turquie et l'extérieur. Les djihadistes visent également les combattants kurdes ayant repris la colline stratégique de Tel Shaïr, bombardée la veille par la coalition où flotte désormais le drapeau vert, jaune et rouge des YPG.

Pendant ce temps, après des mois de combats, l'Armée Arabe Syrienne de M. Assad reprend Morek dans l'ouest de la Syrie, sur la route entre Hama et Alep, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). L'armée de l'air syrienne  intensifie ses raids à travers le pays, du sud-ouest vers la Méditerranée en passant par Damas. Elle a détruit à l’atterrissage 2 des 3 avions militaires de l'EI.

En Irak, la France intensifie ses frappes. Il s'agit de son septième raid. La frappe a permis de détruire des bâtiments dans lesquels les djihadiste «produisaient leurs pièges, leurs bombes, leurs armes pour attaquer les forces irakiennes», a déclaré le chef d'état-major des armées françaises. 

En dépit de l'appui aérien international, l'EI a enregistré des avancées en Irak ces derniers jours. Dans le nord, ils assiègent à nouveau le Mont Sinjar, où s'étaient réfugiés depuis le début août des milliers de civils de la minorité yazidie fuyant devant l'avancée du groupe extrémiste. 

L'armée irakienne pas prête

Plus au sud, Daech s'est emparé d'une nouvelle zone de la province d'Al-Anbar, à l'ouest de Bagdad. L'armée irakienne ne sera pas en mesure de lancer une grande offensive pour reprendre le territoire cédé à l'EI avant plusieurs mois, a indiqué un responsable de l'armée américaine sous couvert de l'anonymat. Plusieurs experts ont déjà souligné que les frappes de la coalition seraient plus efficaces si l'armée irakienne donnait le tempo sur le terrain en passant à l'offensive et en forçant l'EI à réagir comme c'est le cas à Kobané. 

Au total, en Syrie et en Irak, où la coalition opère depuis le 8 août, plus de 600 raids aériens ont été menés et plus de 1 700 bombes larguées, selon le commandement militaire américain chargé de la région (Centcom).

À Ankara, La plupart des consulats des pays de la coalition ont reçu des colis suspects avec une mystérieuse poudre jaune à l'intérieur.

Alliance informelle entre les États-Unis et l'Iran contre Daech

L'agence russe, Ria Novosti, fait état d'une alliance informelle entre l'Iran et les Etats-Unis, dans le but de lutter contre Daesh. Citant l'ancien directeur du département pour l'Irak, au Conseil de la sécurité nationale des Etats-Unis : «Nous sommes dans une situation exceptionnelle, sur la base de laquelle, à court terme, nos intérêts seront, presque, similaires à ceux de l'Iran, en Irak. Donc, nous sommes, d'une manière non officielle, dans une alliance avec l'Iran», a déclaré Douglas Ollivant. 

Les forces de l’Organisation irakienne Badr sont, actuellement, en lutte contre Daesh, dans le Nord et le Nord-Est, dont Salaheddine, Diyali et la ceinture de Bagdad.  

Suite au retour de la sécurité et du calme à Ramadi, le gouvernement irakien y a levé l'état de siège.

Les mesures d'EI pour échapper aux frappes de la coalition

D'Après info-Palestine, l'EI possède dans ses rangs plusieurs commandants militaires qui sont des vétérans de la guerre Irak-Iran et des premières et secondes guerres du Golfe.

En s’appuyant sur des chefs militaires de grande expérience, l'EI a augmenté son efficacité en matière de guerre au sol. Peu après juin 2014, Daech est passé à des tactiques militaires plus élaborées basées sur la division du champ de bataille en plusieurs fronts, chacun couvert par 300 à 350 combattants. 

L’organisation utilise la tactique d’attaquer à certains moments, puis de reculer à d’autres, pour préserver la vie de ses soldats. Elle attaque à nouveau le même endroit lorsque passer à l’offensive devient avantageux. 

Depuis que la coalition bombarde, le matériel lourd a été transféré vers les déserts de Baaj et de Rabia. Les combattants ont reçu l’ordre de ne plus se déplacer en convois, de ne plus se réunir dans les mosquées, les écoles ou les camps militaires. Les bataillons ont été divisés en brigades, chacune de 50 combattants, qui se déplacent par groupes de dix. Le commandement des batailles sur les fronts a été transféré à des commandants de second rang et le haut commandement s’est mis hors d’atteinte. 

Les fonds saisis dans les banques ont été répartis. Ils sont estimés à plus d’un milliard de dollars. L'État islamique a fait passer en contrebande des centaines de millions dans des comptes bancaires d'Europe, en Malaisie, et dans des pays du Golfe, pour les investir dans des projets profitables, tout cela pour financer l’organisation au cas où elle perdrait ses champs de pétrole et de gaz.

Les djihadistes ont cessé de se servir des téléphones portables, d’Internet et du GPS. Les membres d’ISIS, ont abandonné leurs quartiers généraux puis creusé des tranchées dans les cours des résidences abandonnées pour s’y cacher pendant les frappes aériennes.

La duplicité turque

"La terreur ne sera pas stoppée (...) tant que nous ne coopérerons pas en vue d'une opération terrestre", a déclaré M. Erdogan président de la Turquie. Mais qu'est-ce qui l'empêche d'agir? Elle ne veut pas y aller seul. 

Mais comment se fait-il que Daech exécute les otages occidentaux et que les otages turcs, eux, ont été libérés sans la moindre égratignure?

Selon le quotidien britannique The Times,  les 49 otages turcs auraient été échangés contre 180 prisonniers djihadistes, dont deux Britanniques. Nous pouvons probablement ajouter à cette entente que la Turquie accepte les 180 000 réfugiés Kurdes sur son territoire, pendant que l'État islamique exécute un nettoyage ethniqe dans la région de Kobané. Sans oublier que l'armée turque ferme le passage de sa frontière aux Kurdes turcs qui veulent aider les Kurdes de Kobané. 

L’État islamique a implanté ses troupes tout au long d'un large pan de la frontière turco-syrienne. Mais jusqu’à présent, la poche résistante de Kobané l'empêche de contrôler une bande de territoire continue de 100 kilomètres entre Jarabulus et Tell Abyad. 

Depuis le début de la guerre civile syrienne, de nombreux djihadistes ont pour la plupart transité impunément par la Turquie pour rejoindre les combattants de l'EI, en franchissant cette frontière poreuse. L’État islamique n’a jamais lancé de campagne contre la Turquie, comme c'est le cas en Irak, en Syrie et comme il le tente maintenant au Liban et bientôt si possible en Jordanie où des sympathisants l'attendent. 

Pour la Turquie, défendre Kobané, reviendrait à se battre aux côtés du PKK, dont une branche tient la ville. Or, le parti des travailleurs kurdes (PKK) reste l’ennemi juré de la Turquie. Le premier but du premier ministre turc demeure toujours le renversement d'el Assad plutôt que celui de l'EI.

Si la Turquie rejoint la coalition internationale, elle continue de jouer un double jeu. Le Parti des travailleurs kurdes, le PKK  accuse Ankara de duplicité depuis le début des opérations. Il menace de rompre le traité de paix qui le lie à elle, si celle-ci laisse tomber Kobané aux mains de l'EI. Rappelons que depuis 26 ans le conflit entre l'armée turque et les kurdes a fait 46 000 morts. La Turquie ne veut pas d'un état kurde. 

Faut-il rappeler que ce pays fait partie de l’OTAN et qu’il aspire à rejoindre l’Union européenne ? On verra dans les jours qui viennent où et comment Ankara interviendra si nécessaire en Syrie et en Irak contre les groupes terroristes. N'oublions pas que si l'État islamique attaque la Turquie, l'OTAN rentre en guerre contre lui, les troupes au sol et tout, la clause D'artagnan ! Un pour tous et tous pour un ! Comme ce fut le cas pour l'Afghanistan. 

La guerre risque de reprendre de plus bel entre les Kurdes et la Turquie. L'Occident risque de requérir la fermeture de la frontière turque face à l'État islamique pour empêcher son ravitaillement en hommes et en matériels. Techniquement, la Turquie a sûrement les moyens d'accomplir les deux missions à la fois. Elle a une armée efficace, bien équipée et dont les soldats et l'opinion publique n'ont pas peur de la mort contrairement aux Occidentaux. Ce qui peut toujours changer en cours de route. Elle demandera sûrement en échange une éventuelle participation à l'Union européenne.

Sauf que cette fois-ci, l'opinion publique occidentale risque fortement d'être en faveur des Kurdes et que l'État islamique ne laissera pas la Turquie fermer sa frontière sans réaction. Ce sera la guerre. Entre temps, à Kobané, les drapeaux noirs se multiplient. La ville tombe.

Depuis deux ans, Assad (dictateur sanguinaire) a raison sur ces deux points : Il se bat contre des terroristes et des étrangers. Deuxièmement, la guerre civile syrienne est une poudrière pour toute la région.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site