Libye

Libye : Gouvernement de coalition


A libye

 

La Libye est plongée dans le chaos et livrée à des groupes armés depuis la chute de Khadafi en 2011. La mise en place d’un gouvernement d’union est soutenue par les Occidentaux qui souhaitent voir s’installer une autorité à même de lutter contre l'EI. Ce dernier n’a cessé de renforcer sa présence. Il compte environ 3000 combattants.

Un premier pas vers la solution politique

Mardi, un gouvernement d’union nationale a enfin été formé. Il réconcilie les deux parlements rivaux, celui de Tripoli (soutenu en sous-main par une alliance qataro-turque défendant les intérêts des Frères musulmans) et celui de Tobrouk (reconnu par la communauté internationale, comprendre : Union Européenne). L’objectif est de mettre fin au chaos. 

Images 3 232 ministres représentant les différentes régions du pays composent ce nouveau gouvernement dirigé par l’homme d’affaires tripolitain Fayez el-Sarraj qui devient Premier Ministre. Il était membre du gouvernement de Tripoli. Ce dernier se trouve actuellement à l’extérieur du pays. Il y aura un vice-premier ministre de Tobrouk et un de Tripoli.

Les trois régions

Les portefeuilles ont été répartis selon les trois régions libyennes : neuf pour l’ouest (Tripolitaine), huit pour l’est (Cyrénaïque) et sept pour le sud (Fezzan).

Le portefeuille de l’Intérieur à al-Khoja (Ouest), la Justice à Genedi (Sud), les Affaires étrangères à Abousrewil (Ouest), la Défense a été confié à al-Barghathi (Est). Le controversé général Haftar, commandant des forces de Tobrouk n’y figure pas. Le nouveau ministre de la défense est son rival.

Daech a lancé des attaques visant le croissant pétrolier. Les terroristes incendient les réservoirs de pétrole à Ras Lanouf, le principal centre libyen de raffinage de pétrole.

"Aujourd'hui le port d'Es Sider et de Ras Lanouf, demain celui de Brega, et ensuite les ports de Tobrouk, Es Serir, Djallo et al Koufra", prévient l'État islamique.

Czpewvvxeae9xo6

Sources :

Sputnik : Des terroristes attaquent l'un des plus grands terminaux pétroliers de Libye, 21/01/16

Le Monde : La Libye sur la voie de la réconciliation ?, Aymeric Janier, 21/01/16

Le Devoir : La Libye se donne un gouvernement d’union, Rim Taher, 20/01/16

L'Opinion : Le Maroc salue l’annonce de la formation d’un gouvernement d’union nationale en Libye, 21/01/16

Politique : Libye : Petite politique, Philippe Rousseau, 11/01/16

Libye : Petite politique

 

Ingouvernable de par ses deux gouvernements, la Libye continue de s'enfoncer. Profitant de cette situation, l'État Islamique s'y installe. Le tout se fait aux portes de l'Europe. De sorte que le chef de la diplomatie de l'Union Européenne promet de l’argent et un soutien militaire à la Libye, aussitôt que le gouvernement d'union nationale sera mis en place.

Le pays est toujours divisé entre deux gouvernements, celui de Tobrouk reconnu par la communauté internationale et celui de Tripoli soutenu en sous-main par une alliance qataro-turque défendant les intérêts des Frères musulmans.

Bien que depuis le 17 décembre, un gouvernement d’union nationale ait été théoriquement formé sous l’égide de l’ONU, le premier ministre libyen ne parvient pas à constituer son cabinet en raison de luttes internes dans le camp du gouvernement de Tobrouk (celui soutenu par la communauté internationale).

Comprendre entre autre : le général responsable de l’armée légale, n’accepte pas le poste que le gouvernement lui propose : la direction de la lutte contre l’EI en Cyrénaïque. Il voudrait plutôt le poste de ministre de la défense. De sorte que la Petroleum Facilities Guard (PFG), l’importante milice protégeant les installations pétrochimiques en Cyrénaïque s'oppose seule, aux offensives multiples de l’État Islamique. Les troupes du fameux général dorment dans leurs casernes ou y comptent les mouches ! 

Pendant ce temps, l’État Islamique étend sa wilaya (province), à partir de la ville de Syrte sur 250 kilomètres de côtes. Il pousse également vers le Sud espérant récupérer les champs pétroliers de Mabrouk et de Jofra, qui pourraient lui apporter les ressources financières dont il a besoin. Il se heurte là aussi, uniquement aux Petroleum Facilities Guards, pourquoi ? Parce que les troupes du fameux général font la grève dans le but qu'il obtienne son ministère.

Entre le général et le chef des (PFG), c'est comme entre l'eau et le feu.


Sources:

Atlantico : Libye : Pourquoi la partie est loin d'être gagnée pour l'Etat islamique, entrevue avec Alain Rodier, 10/01/16

Fait-Religieux : La nécessité d'un gouvernement d'union — Libye, 10/01/16

L'EI augmente sa pression en Libye

 

Pic146561

Photo : www.today.az

L'EI tente depuis plusieurs semaines une percée vers l'est depuis Syrte pour atteindre la zone du Croissant pétrolier où sont situés les principaux terminaux pétroliers. Des combats ont lieu autour d’installations pétrolières dans la région stratégique du nord du pays. L'État islamique a mené deux attaques à proximité d'importantes installations pétrolières, dans les villes d'al-Sedra et de Ras Lanouf (Nord-Est). Sept réservoirs de brut y ont pris feu.

"Nous avons été attaqués par un convoi d'une dizaine de véhicules armés de l'EI", a déclaré un colonel des forces loyales au gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale. Il a affirmé que les assaillants avaient été repoussés. 

Photo: adevarul.ro

Un kamikaze a fait detoner les explosifs a bord d un 674250 516x343L'EI revendique l'explosion d'un camion piégé dans un camp d'entraînement policier, situé dans le nord-ouest de la Libye, selon les chaînes Al-Hadath News et Al-Arabiya, faisant plus de 70 morts et entre 100 et 200 blessées. La tragédie a eu lieu dans la ville de Zliten. « Toutes les victimes étaient jeunes et étaient sur le point de commencer leur vie », a affirmé le maire. Il s’agit de l’un des pires attentats depuis la révolte, qui a chassé du pouvoir en 2011 le dictateur Mouammar Kadhafi. 

L'EI a également annoncé sur son compte Twitter que ses hommes ont mené une attaque contre Al-Sedra et qu'un de ses membres s'était fait exploser dans une voiture piégée. L'organisation djihadiste a affirmé que l'assaut mené est intervenu après la prise de contrôle totale de Ben Jawad, une ville côtière située à 600 km à l'est de Tripoli et à 145 km à l'est de Syrte.

Certains états, notamment occidentaux, ne cachent plus leur impatience d’intervenir militairement contre l’EI dans ses fiefs libyens. L’urgence est d’autant plus aiguë que l’organisation djihadiste aurait décidé d’y envoyer nombre de ses combattants à l’heure où elle a besoin de nouveaux revenus pétroliers.


Sources :

Le Monde : La Libye frappée par un des pires attentats depuis plusieurs années, 07/01/16

Sputnik : Daech revendique l'explosion dans un camp d'entraînement en Libye, 07/01/16

Sputnik : Libye: assaut de Daech contre une importante zone pétrolière, 04/01/16

Le Monde : L’Etat islamique veut établir en Libye une base de repli, 17/12/15

 

Libye : Lutte pour le contrôle du pétrole entre l'EI et les deux gouvernements du pays

 

L'État islamique perdant des revenus pétroliers en Syrie, essaye de conquérir des raffineries pétrolières en Libye.

En effet, combats intenses autour des sites pétroliers du nord de la Libye. L’or noir est la principale source de financement de l’État islamique, d’où leur acharnement à tenter de prendre le contrôle des raffineries, en l’occurrence autour du port d’al-Sedra, le plus grand site de stockage de pétrole de la Libye et celui de Ras Lanouf, situés à l'est de Syrte, ville contrôlée par l'État islamique

Telechargement 1 2Au moins quatre réservoirs ont pris feu, a indiqué la Compagnie Nationale du Pétrole, soit plus de 420.000 barils de pétrole partis en fumée. Al Sidra et Ras Lanouf, les deux plus importants ports pétroliers de Libye, sont fermés depuis décembre 2014. 

Les gardes des infrastructures ont bien du mal à résister aux assauts répétés des djihadistes. L’armée libyenne est démobilisée, à cause de l’anarchie institutionnelle du pays : deux gouvernements se disputent le pouvoir. 

L'ONU s'efforce de mettre en place un gouvernement d'union nationale où deux autorités rivales - l'une basée dans l'Est et reconnue par la communauté internationale, l'autre siégeant dans la capitale Tripoli - se disputent le pouvoir.

Ce qui est bon signe, les gardes des installations pétrolières du gouvernement de l'Est ont reçu un appui aérien de la base de Misrata contrôlée par Fajr Libya, une coalition de milices qui s'est emparée de Tripoli à l'été 2014 et y a installé un gouvernement concurrent.

Un accord politique a d'ailleurs été signé sous l'égide de l'ONU le 17 décembre au Maroc entre les deux parlements rivaux, prévoyant la formation d'un gouvernement d'entente nationale basé à Tripoli. Il doit être entériné avant le 17 janvier. 

La Libye dispose des réserves pétrolières les plus importantes d'Afrique, estimées à 48 milliards de barils. Sa production était estimée à 1,6 million b/j en 2011 mais a chuté du tiers depuis.

 

Carte : Institute for United Conflict Analysts.

Vert : Gouvernement de l'Est, reconnu par la communauté internationale. 

Jaune, bleu, brun et roseFajr Libya, gouvernement de Tripoli.

Noir et gris : État islamique.

2000px libya4

 

Sources :

Euronews : Daesh assiège les ports pétroliers libyens, 05/01/16

Le Point : Libye : combats meurtriers avec Daech sur les champs de pétrole, 06/01/16

 

 

La Libye divisée

Le corps du tireur Michael Zehaf-Bibeau, a été enterré en Libye. Il a tué un caporal qui montait la garde devant le Monument commémoratif de guerre à Ottawa, avant de se précipiter au parlement canadien, où il a été abattu par un sergent d’armes après un échange de coups de feu nourris avec les responsables de la sécurité. L’ambassade de la Libye au Canada a confirmé que le corps de l’homme avait été rapatrié. Un membre de la famille en Libye a indiqué qu’il avait été enterré à la mi-novembre.

Libye 4Le général controversé Khalifa Haftar, hostile aux islamistes, a été nommé à la tête des forces armées loyales au Parlement libyen reconnu par la communauté internationale. M. Haftar combat les groupes islamistes dans l'Est de la Libye. En le nommant chef de l'armée, les autorités installées à Tobrouk, d'abord opposées au général, se trouvent à reconnaitre le statut d'homme fort qu'il a acquis en quelques mois. Il se perçoit lui-même comme étant le sauveur du pays.

La Libye est dirigée par deux Parlements et deux gouvernements rivaux. Notons qu’Alger abritera une réunion des principaux acteurs politiques et militaires libyens afin de parvenir à une entente qui permettrait la formation d’un gouvernement d’union nationale.

Libye 3Pendant ce temps, la Compagnie nationale de pétrole libyenne a déclaré « l'état de force majeure » dans onze champs pétrolifères du centre du pays, après la multiplication des attaques par l’État islamique. Cela permet une exonération de la responsabilité de la compagnie en cas de non-respect des contrats de livraison du pétrole. La plupart des sites pétroliers sont à l’arrêt.

Sources : AFP, 20minutes.fr, El Watan, Le Devoir, Le Journal de Montréal, La Presse, Le Monde, The Ottawa Citizen, Zonebourse.com

Libye, pas d'intervention internationale

Libyan civil war

Libye en 2015

Après l’assassinat de 21 coptes égyptiens, des milliers d'entr’eux fuient le pays. L’Italie et l’Égypte appellent d’ailleurs à une résolution des Nations-Unies autorisant une intervention d’urgence. Par contre, le ministre libyen des Affaires étrangères demande à l'ONU la levée de l'embargo sur les armes imposé à son pays afin de lutter contre les djihadistes et écarte l'idée d'une intervention internationale.

Plusieurs membres du Conseil de sécurité dont la Russie, sont réticents à la levée de l'embargo, évoquant le risque de voir des armes tomber entre de mauvaises mains. Washington, Paris et Londres affirment leur préférence pour une solution politique. Le représentant de l'ONU en Libye dit espérer également un accord politique, espoir partagé par la Tunisie et l'Algérie.

Libye 1Une soixantaine de véhicules appartenant à l'EI ont paradé à Syrte, ville natale du dictateur Mouammar Kadhafi qui y a été capturé puis tué par les rebelles en octobre 2011 après huit mois de révolte. L’État islamique y contrôle l’université en plus de maitriser la ville de Derna.

L’Égypte ayant bombardé l’EI, le Qatar a critiqué son action militaire. Le gouvernement égyptien a répliqué en accusant Doha de soutenir le terrorisme. En signe de protestation, le Qatar a aussitôt rappelé son ambassadeur du Caire.

La Libye est morcelée et sous la coupe de milices rivales. Deux gouvernements s'y disputent le pouvoir, l'un proche de Fajr Libya, et l'autre, reconnu par la communauté internationale. L’EI se glisse entre les deux.

Sources : Canoe.ca actualités, La Presse tunisienne, RTBF.BE (Radio, télévision belge francophone, La Voix du Nord, Weakepedia.

 

 

La Libye en guerre civile

Après le massacre de 21 coptes égyptiens par l'État islamique, Le Caire a bombardé les djihadistes à Derna, en Cyrénaïque.

Derna : La ville la plus conservatrice du pays. Durant la première guerre civile libyenne (2011), elle est déjà aux mains des insurgés. En 2014, elle passe sous le contrôle du Majilis Choura Chabab al-Islam (MCCI) "le conseil consultatif de la jeunesse islamique", fondé en avril 2014, prêtant allégeance à l'État islamique en octobre.

En 2014, le MCCI contrôle progressivement toute la ville. Derna devient alors le premier territoire contrôlé par l'État islamique hors d'Irak et de Syrie. Il aurait à sa disposition environ 3.000 combattants.

En février 2015, le rythme s’accélère : L’État islamique annonce coup sur coup la prise de la localité de Nofilia et le contrôle de plusieurs bâtiments stratégiques à Syrte. Le Sud libyen, dont les frontières sont ouvertes, leur sert de porte d’entrée et de sortie ainsi que de source de financement.

L’EI est maintenant présent dans plusieurs villes libyennes sans nécessairement les contrôler, sauf Derna. L’organisation doit ses implantations aux ralliements de groupuscules locaux. Elle a aussi attiré des membres d’Ansar al-Charia, proche d’Al-Qaeda. Rivaux, les deux groupes peuvent aussi s’allier, comme à Benghazi, principale ville de Cyrénaïque (est), où ils combattent ensemble les troupes de Khalifa Haftar, un ancien général du régime kadhafiste qui tente de chasser les islamistes de l’est libyen.

Sources : JOL press, Libération, Wikipédia. 

État islamique : aujourd'hui

Syrie - Selon la chaîne de télévision panarabe al-Mayadeen, à el-Qalamoun, au nord de Damas, l'armée syrienne a pris d'assaut les positions d'al-Nosra.

Libye - La ville de Derna est la première enclave de l'État islamique hors d’Irak et de Syrie. Ils y ont une mosquée, un tribunal islamique, une police... La ville est connue pour avoir été un foyer insurrectionnel d’islamistes hostiles au pouvoir de Mouammar Kadhafi. 

Maroc - Arrestation de  6 militaires marocains pour appartenance à l'État islamique. 

Égypte - Deux policiers et trois soldats ont été tués par balle jeudi dans deux attaques différentes, dans le nord du Sinaï.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site