États-Unis

Conversation téléphonique positive entre Trump et Poutine

Image 20170128phf9141 C3rg zowqaebvtz

 

 

 

 

 

 

 

Les chefs d'état russe et américain s'étaient entretenus une première fois par téléphone en novembre dernier, peu après la victoire électorale de M. Trump. Ils avaient convenus alors de la nécessité de normaliser les relations entre Moscou et Washington.

Samedi dernier, les présidents Poutine et Trump se sont cette fois-ci entretenus pour la première fois au téléphone, depuis l'investiture de ce dernier. Ils se sont mis d'accord sur des consultations dans le but de fixer une date et un lieu pour leur première rencontre. D'égal à égal, ils organiseront des rencontres régulières entre eux

Dorénavant, les présidents développeront des liens économiques et commerciaux entre les deux pays, liens mutuellement avantageux et coopéreront ensemble sur la scène internationale. 

Selon le Kremlin, ils ont évoqué la situation au Proche-Orient, le conflit israélo-palestinien, la situation en Syrie, en Corée et en Ukraine, le programme nucléaire iranien, de même que la non-prolifération des armes nucléaires.

Les deux présidents se sont mis d'accord pour prioriser la coordination de leurs efforts dans le but de détruire l'État islamique et les autres mouvements terroristes en Syrie. Trump a donné un mois à ses généraux pour qu'ils lui soumettent un plan de destruction de l'État islamique.

Suite à la relation conflictuelle entre l'Occident et la Russie par rapport à l'Ukraine et la Syrie, nous entrons maintenant dans une nouvelle ère de coopération entre les États-Unis et la Russie. 

Sources :

Swissinfo : Poutine et Trump veulent "développer" des relations "d'égal à égal", 28/01/17

Sputnik : Entretien Poutine-Trump: ce que se sont dit les deux chefs d’État, 28/01/17

Donald Trump, président des États-Unis

 

3136165 6668772068 donalJamais dans l’histoire américaine, un nouveau président n’aura suscité autant de divergence et d'amertume. Donald Trump a écrit seul son discours inaugural, une intervention courte et percutante, la fête pour les uns, le cauchemar pour les autres. Dès le premier jour de son mandat, il publiera des décrets. Ce qui devrait satisfaire ses partisans et échauffer ses opposants. Ses conseillers ont examiné plus de 200 décrets potentiels mais le nombre qui sera signé dès les premiers jours demeure incertain.

Un décret sur la construction du mur à la frontière mexicaine, ainsi que des mesures limitant l'entrée des demandeurs d'asile d'Amérique latine ; l'abrogation après l'expiration de leur permis de séjour, du décret présidentiel d'Obama, permettant à 700.000 personnes arrivés enfants aux États-Unis d'obtenir une autorisation de séjour de deux ans pour travailler ou aller à l'université ; l'expulsion des délinquants clandestins ; des restrictions pour les personnes arrivant sur le sol américain depuis certains pays, en attendant la mise en place d'un système de contrôle ciblant les extrémistes islamistes. Malgré les propos de M. Trump pendant la campagne sur une interdiction d'entrée des musulmans, le décret devrait conditionner ces restrictions à la nationalité des personnes plutôt qu'à leur religion.

Le vice-président Mike Pence a annoncé la fin de la guerre contre le charbon, dès le premier jour. Cette promesse pourrait se concrétiser par l'annulation du moratoire sur les concessions de charbon et par l'ouverture de terrains fédéraux aux compagnies minières, afin d'augmenter la production de pétrole, de charbon et de gaz naturel ; interrompre et examiner le travail sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre de tous les ministères. C'est le retour des énergies fossiles à un moment où la Chine fait d'immenses efforts pour diminuer sa production de charbon. Ordonner à son secrétaire au Trésor de condamner la Chine comme étant un pays manipulant sa monnaie, ce qui pourrait déclencher la colère de Pékin.

Le retrait du partenariat trans-pacifique (TPP), signé par 12 pays de la région Asie-Pacifique, partenariat pas encore en vigueur ; renégocier l'accord du libre-échange Nord-Atlantique (Aléna) avec le Mexique et le Canada, pour empêcher les délocalisations vers le voisin du sud ; faciliter la productivité des entreprises américaines aux États-Unis en promulguant des taxes de protection, entre autre pour l'automobile ; regénérer les emplois aux États-Unis.

Approbation de l'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les États-Unis, un projet rejeté par Barack Obama. Il entend aussi annuler immédiatement le paiement de milliards aux programmes de l'ONU sur le changement climatique, en redirigeant les fonds vers des projets d'infrastructure environnementale.

La mise en pièces de l'Obamacare, une nouvelle loi devrait redéfinir le système de santé ; un gel des embauches des fonctionnaires fédéraux, ainsi qu'une mesure retardant l'entrée en vigueur d'une nouvelle législation sur les fonds de pension.

Il devrait renouer avec la Russie, collaborer avec elle en affaires et contre l'État islamique. Il devrait déménager l'ambassade américaine de Tel Avive à Jérusalem, ce qui devrait être conflictuel. Il s'interroge sur l'utilité de l'OTAN et les relations américaines avec l'Union européenne...

Tout comme une bonne proportion des Américains, il affiche une hostilité envers la presse qu'il considère comme ayant un parti pris contre lui. Alors, il utilise Twitter pour communiquer. Quant à son cabinet, il est blanc, masculin, riche. 

Les couples Trump et Pence entreront à la Maison Blanche lors d'une parade présidentielle le long de la Pennsylvania Avenue, dont une partie du trajet s’effectue habituellement à pied. Les autorités attendent entre 800.000 et 900.000 partisans.

Des manifestants anti-Trump promettent de tout faire pour perturber l’investiture. Ils veulent paralyser les barrages de sécurité tout autour du Capitole. Au total, une trentaine d’associations ont reçu des autorisations pour organiser des rassemblements et des marches avant, pendant et après la prestation de serment de Donald Trump.

Pour éviter de potentiels affrontements entre pro et anti-Trump, quelque 28.000 membres des forces de l'ordre sont mobilisés et des kilomètres de barrières métalliques ont été mises en place au centre de Washington.

Samedi, plus de 200.000 manifestants devraient déferler sur Washington. La Women’s March pourrait être une des manifestations les plus importantes de l’histoire américaine. Outre les droits des femmes, de nombreuses causes y seront représentées comme la défense des minorités, des musulmans, des immigrés illégaux, la lutte contre les inégalités et la protection de l’environnement. 

Une chose est certaine, Trump changera la donne.

Le président Trump :  "nous allons chercher l'amitié et la bonne volonté avec les nations du monde - mais nous le faisons avec la compréhension que c'est le droit de toutes les nations d,agir d'abord dans leurs propres intérêts. Nous ne cherchons pas à imposer notre mode de vie à n'importe qui, mais plutôt de le laisser briller comme un exemple pour tout le monde à suivre."

Donc, nous pouvons pensez qu'il accepte le monde Multi-polaire de la planète. Fini la confrontation avec la Russie.

Sources :

Yahoo! Actualités : Les décrets que Donald Trump s'apprête à signer dès "le premier jour" par Ayesha Rascoe et Julia Edwards Ainsley, 

Libération : Trump, l’Amérique sans filet Par Frédéric Autran,

La nouvelle relation russo-américaine aura bel et bien lieu

 

Mr trump yellow tieJe n'aime pas beaucoup la personnalité de M. Trump, mais sur un point je suis d'accord avec lui : aménager une nouvelle relation non conflictuelle avec la Russie. La nomination de Rex Tillerson, ancien PDG d'ExxonMobil au titre de secrétaire d'état, en est clairement une indication. En effet, la société ExxonMobil souhaite investir dans les ressources pétrolières et peut-être même gazière de Russie, sans pour autant s'en accaparer les richesses naturelles. Contrairement à l'ancienne administration américaine, qui semblait vouloir privilégier l'acquisition des réserves naturelles de Russie par les Multinationales occidentales, sans le mentionner publiquement.

M. Tillerson s'était opposé aux sanctions économiques contre la Russie et avait été décoré de l'ordre de l'Amitié par le gouvernement russe. Il aurait également dirigé pendant huit ans une entreprise pétrolière russo-américaine basée aux Bahamas

Il est évident pour moi, que les compagnies américaines qui faisaient affaire avec la Russie avant les sanctions, ont financé et aident présentement M. Trump. Je ne sais pas combien de pertes d'emplois les sanctions contre la Russie ont généré aux États-Unis. Mais je sais qu'en Europe elles ont causé la perte de 4.500 emplois et qu'en Russie elles sont responsables de 25 à 30% de la baisse de l'économie russe, selon les dires de M Poutine. 

Aujourd'hui 17 janvier, lors de sa conférence de presse consacrée au bilan de l’année 2016, M. Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe, soulignant le changement de politique du nouveau gouvernement américain face à la guerre en Syrie, invite celui-ci aux négociations de paix qui auront lieu le 23 janvier à Astana au Kazakhstan. 

M. Trump enlèverait les sanctions envers la Russie à condition que les deux pays s'entendent sur l'armement nucléaire. La Russie qui défend un monde multipolaire, accepterait d'entamer des négociations à ce sujet tout en cautionnant la parité nucléaire avec les États-Unis. Il y a également de fortes possibilités que les deux pays coopèrent dans la guerre contre l'État islamique. Objectivement, ce sont de bonnes nouvelles.

Malgré le tempérament impulsif de M. Trump, le rapprochement russo-américain s'effectuera. Malgré que beaucoup d'Occidentaux et de journalistes occidentaux s'imaginent un M. Poutine méchant et s'emportant facilement, alors qu'il est en fait un cran en haut des leaders occidentaux en innovant constamment et qu'il a aussi une politique internationale cohérente, le rapprochement russo-américain s'effectuera.

De part et d'autre, cette politique de rapprochement est réfléchie et bien articulée dans les coulisses du pouvoir. Tout ceci est beaucoup plus sain pour la planète, que le conflit engagé par l'ancienne administration américaine.

Cependant, vouloir détruire l'Obamacare, vouloir déplacer l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem en Israël, vouloir entamer un conflit avec la Chine, tout cela est négatif. Par contre, vouloir augmenter l'emploi aux États-Unis est positif, quoique cela est fait en baissant les impôts des entreprises.

Certes, la réconciliation avec la Russie n'empêche pas qu'on puisse détester ou aimer M. Trump. 

 

7 décembre 1941 : Pearl Harbour

 

71381 004 534732c4Parties de six porte-avions, 400 avions et plusieurs sous-marins de poche attaquèrent par surprise Pearl Harbor.

Cette frappe mortelle visait l’anéantissement de la flotte Pacifique de l'U.S. Navy.

C’était la réponse Japonaise aux sanctions économiques américaines prises en juillet. L’embargo américain sur le Japon était lui-même une réponse des États-Unis à l’invasion de la Chine et de l'Indochine française par le Japon.

Les États-Unis déclarent la guerre au Japon. Puis en moins de vingt-quatre heures, l'Empire du Japon s'engage en guerre contre le Royaume-Uni, à Hong Kong et en Malaisie.

Après la crise économique des années trente, l’Empire du Japon s’engage dans une période de croissance économique, politique et militaire. Le pays développe une stratégie d’expansion territoriale en Asie pour lui garantir son approvisionnement en matières premières indispensables à son développement.

Le 7 décembre, chaque année le drapeau américain est mis en berne.

Rosa Parks s’est tenue debout en restant assise

 

Images 3Le  à Montgomery (Alabama), Rosa Parks refuse de céder sa place à un passager blanc dans l'autobus. Un jeune pasteur noir peu connu à l’époque, Martin Luther King avec l’aide de Ralph Abernathy, lance le boycott de la compagnie de bus qui durera 380 jours.

Le mouvement formule trois ­revendications  : La liberté pour les Noirs comme pour les Blancs de s’asseoir là où ils veulent dans les autobus ; la courtoisie des chauffeurs à l’égard de tout le monde et ­l’embauche de chauffeurs noirs.

Lors du boycott, les Noirs marchèrent. Des taxis conduits par des Noirs firent les trajets au tarif du bus. Quelques Blancs se joignirent à eux. Grâce à l'écho international qu'eut le mouvement, des fonds arrivèrent, permettant l'achat de paires de chaussures et la mise en place d'un service d'autobus parallèle.

Le , la Cour suprême des États-Unis casse les lois ségrégationnistes dans les bus en les déclarant anticonstitutionnelles.

6017315 orig

 

Telechargement 4

Avec Martin Luther King

3e6344bc26b774d8ce051b91e08c8d38

 

Rosa parks during celebration

 

Rosa parks library and

Mes prédictions : Hilary comme présidente avec 4% d'avance

 

Clinton devrait l'emporter avec 4% d'avance sur Trump 

Habituellement, seulement 50 à 60% des gens votent pour la présidence aux États-Unis. Il se peut que cette fois-ci, le pourcentage de votants augmentent. 

Malgré l'impopularité de ses courriels, Clinton fera voter les femmes, les noirs, les musulmans, les hispaniques. Ça fait beaucoup de gens pour elle. Trump fera voter des gens qui habituellement ne votent pas. Par contre, certains républicains s'abstiendront plutôt que de voter pour lui et d'autres républicains voteront démocrate même si la très grande majorité d'entre eux voteront Trump. 

Images 11 2Les pro-Trump font une très bonne analyse de la situation lorsqu'ils affirment qu'ils sont fatigués des politiciens occidentaux qui disent une chose en public et son contraire en privé aux multi-nationales et qu'ils appliquent ce qu'ils disent aux multi-nationales. Sauf que Trump est pire qu'eux. Il promet aux Américains de revenir au temps de gloire des États-Unis, en fait, ce n'est qu'un voeux pieux. Ça fait environ 15 ans qu'il ne paye pas d'impôt et il n'acceptera plus les musulmans. Ce qui est carrément du racisme. 

Bernie Sanders était la solution mais les Américains ont pris la décision de passer à côté. L'assurance-santé qu'il voulait instaurer, les Américains en ont bien besoin. Il faut contrôler d'avantage les armes à feu et avoir une armée moins imposante ce qui rend disponible l'argent pour l'assurance-santé.

 

Russie, Chine et États-Unis possèdent le missile hypersonique

Le glaive sort finalement vainqueur de sa course contre le bouclier .

La Russie vient de tester son premier missile hypersonique

HypersoniqueLe 25 octobre dernier, le "Yu-71", issu du projet 4202, a été mis en orbite par le missile intercontinental SS-19. D'ici 2025, 24 unités de ce missile hypersonique devrait voir le jour. Elles seront installées sur les nouveaux missiles intercontinentaux Sarmat. Selon Izvestia, l’engin a atteint Mach 15, soit 15 km/sec, plus de 11.200 km/h. Le missile hypersonique vole plus vite que les missiles-intercepteurs. Le "Yu-71" est doté d'un propulseur Ramjet, capable d’être lancé à partir de rampes terrestres, bâtiments de la marine ou bombardiers. 

En plus d'être très malléable, ce nouveau missile hypersonique peut transporter des ogives nucléaires et enfreindre les boucliers existants de défense antimissile. 

La course à l’hypersonique 

La Russie vient ainsi de rejoindre le club restreint des pays possédant des missiles hypersoniques, dont seuls faisaient partis jusqu'à ce jour, les États-Unis et la Chine. Ces missiles peuvent rejoindre n'importe quelle cible, n'importe où sur la planète. Aucun bouclier ne peut les arrêter.

Le 9 janvier 2015, la Chine avait réussi l'exploit avec son planeur hypersonique "WU-14". Ce planeur est lancé par un missile balistique traditionnel, dont il se détache lorsqu'il atteint la stratosphère. Ensuite il plane dans la stratosphère avant de s'abattre sur la cible désignée. Il atteint la vitesse Mach 10, soit 12,3 km/s. Les moyens de repérage et de neutralisation antiaériens modernes ne peuvent arrêter un tel missile. L'arme peut transporter des ogives nucléaires. Elle neutralise le bouclier antimissile américain.

Le e "X-51" américain a atteint Mach 6. Son nom évoque le mythique X-15. Le "X-51" s'élance depuis un bombardier B-52H, puis est accéléré par un propulseur d'appoint à une vitesse de 4,7 Mach avant d'utiliser son statoréacteur, qui lui permet de maintenir une vitesse de Mach 6 pendant au moins 300 secondes. Il peut aussi transporter une ogive nucléaire et perce également tout bouclier antimissile. 

La France est en train de construire son propre missile hypersonique et rejoindra bientôt le club sélect. En effet, le centre français de recherche aérospatiale Onera élabore actuellement un nouveau type de moteur qui permettra aux missiles de voler à la vitesse de Mach 8, soit à 9.200 km/h.

D'autres pays suivront, puisqu'il est maintenant acquis que pour se prémunir d'une invasion militaire américaine ou autres, vaut mieux posséder l'arme nucléaire et être capable d'atteindre sa cible. 

Sources :

Réseau International : La Russie vient de tester son premier missile hypersonique, 29/10/16
http://reseauinternational.net/la-russie-vient-de-tester-son-premier-missile-hypersonique/#UEHf24LkiCR4X0IV.99

Pravda : La Russie vient de tester son premier missile hypersonique, 18/10/16
http://www.pravdafrance.com/news/defense/28-10-2016/1303774-DEFENSE-0/

Sputnik : La Chine teste avec succès un missile hypersonique, 11/06/15

https://fr.sputniknews.com/defense/201506111016519954/

Les Blogs (24 Heures) : La Russie a testé un appareil hypersonique !, 04/07/15

 

La détention du "dissident" Assange : illégale

 

160204 0c982 assange balcon ambassade sn635

Julian Assange, au balcon de l'ambassade de l'Équateur à Londres, en 2012.  Photo :  Olivia Harris / Reuters

Julian Assange reçoit le soutien de l'ONU qui juge illégale sa détention. L'Australien est réfugié à l'ambassade de l'Équateur à Londres, depuis maintenant plus de trois ans. Son avocat appelle le Royaume-Uni à le libérer.

Le bureau du procureur suédois et les autorités britanniques se sont empressés d'assurer que cette décision ne changeait rien à la situation du "dissident"

Pour l'avocat de M. Assange, le Royaume-Uni, tout comme la Suède, doit «respecter la décision du groupe de travail basée sur la convention de l'ONU sur les droits civils et politiques» et «avoir à coeur de libérer Assange». 

L'Équateur, qui lui a accordé l'asile politique en août 2012, lui a garanti la poursuite d'un soutien sans faille.

M. Assange, qui nie le viol, refuse de se rendre en Suède de peur d'être extradé vers les États-Unis, où il pourrait se voir reprocher la publication par WikiLeaks en 2010, de 500.000 documents classés "secret défense" sur l'Irak et l'Afghanistan et 250.000 communications diplomatiques.

La principale source des documents publiés est un autre "dissident", le soldat américain Bradley Manning (devenu Chelsea). Celui-ci a été condamné à 35 ans de prison pour espionnage.

WikiLeaks a été fondé en 2006 dans le but de dénoncer les agissements délictueux de gouvernements ou institutions en publiant des documents confidentiels et des analyses à l'échelle mondiale.

Défenseur héroïque des libertés, le "dissident" Assange vit dans une pièce de l'ambassade, qui fait à la fois office de chambre et de bureau et qu'il compare à une station spatiale.

 

Sources :  

Canoe.ca : L'ONU considère illégale la détention de Julian Assange, 04/02/16

Radio-Canada : La détention d'Assange est « arbitraire », selon l'ONU, 04/02/16

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site