Créer un site internet

site

  • Taïwan : un conflit armé est pour l’instant écarté mais...

    La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis Nancy Pelosi a rencontré à Taïwan la présidente indépendantiste taïwanaise Tsai Ing-wen. Cette visite ne passe pas du côté de Pékin. L'île est revendiquée par la Chine. Aussi en réponse, Beijing effectue en ce moment une série d'exercices militaires à l'entour de Taïwan - les plus importants jamais effectués - des opérations qui selon Taïwan violent ses eaux territoriales. Notons que plusieurs navires militaires américains sont aussi présents dans la région. 

    Pourtant, le scénario d’un conflit armé est pour l’instant écarté par les observateurs, mais cette visite donne à la Chine, l'occasion de sortir son armée de l'ombre et de démontrer sa puissance militaire face à une parcelle de l'armée américaine présente sur les lieux.

    Les Américains constatent que la politique de la Chine érode petit à petit le statu quo dans le détroit de Taïwan. La Chine veut quant à elle, mettre fin à l'approfondissement des relations politique et de défense entre les États-Unis et Taïwan. Elle démontre présentement à la population taïwanaise sa détermination à employer des méthodes musclées pour parvenir à ses fins. Le message qu'elle envoie est : Vaut mieux négocier que la guerre, parlez-en au peuple ukrainien. 

    Le problème est complexe, si Taïwan refuse catégoriquement une négociation sur son retour en Chine, Bejing devra alors utiliser son armée avant que l'armée américaine ne devienne trop puissante dans la région. Problème insoluble pour les États-Unis, car s'ils tentent d'augmenter leur présence militaire, ils poussent l'armée chinoise à agir plus tôt que prévu. La Chine confirme qu'une série d'exercices militaires et tirs à longue portée débutera cette nuit tout autour de l'île en réponse aux provocations des États-Unis. 

     

     

  • 6 juin 1944, débarquement de Normandie

    Omaha capa6 juin 1944 - une armada de 4266 navires de transport et 722 navires de guerre dont 110 vaisseaux de guerre canadiens, s'étale sur un front de 35 kilomètres, transporte 130 000 soldats, Britanniques, Étasuniens, Canadiens et Français pour la plupart.

    Il y aura 1 683 sorties de la Luftwaffe contre l’armada alliée dans la Manche. Du 6 juin au 29 août : 179 navires coulés ou endommagés. 326 547 soldats alliés débarquent du 6 au 12 juin. Du 6 juin au 23 juillet, 116 863 soldats Allemands ont été tués, blessés, faits prisonniers ou disparus. Le 20 août 1944, 165 000 soldats allemands se replient à l’est de la Seine.

    À la fin de la bataille de Normandie, le 29 août : Les forces alliés ont perdu 209 000 hommes tués, blessés, faits prisonniers ou disparus, dont 18 700 Canadiens. 5 000 soldats Canadiens ont été tués, dont mon oncle Philippe (c'est en son honneur que mon père m'a donné son prénom). Il était membre des parachutistes spéciaux lancés entre la 1ère et la 2e ligne allemande, dans le but de ralentir l'arrivée des renforts ennemis. Près des 3/4 des parachutistes spéciaux ne reviendront pas. Mais, ils ont réussi leur travail avec brio, faisant sauter ponts, routes et chemins de fer entre la 1ère ligne allemande et ses renforts! Grâce à la bataille de Normandie,

    2 500 000 militaires alliés débarqueront à partir des ports artificiels d’Arromanches-les-Bains et de Saint-Laurent-sur-Mer.

    La Normandie a été une des régions françaises les plus durement éprouvées par la Seconde Guerre mondiale. 19 890 civils Normands ont été tués ; 300 000 ont été sinistrés. Caen, Saint-Lô, Le Havre, en sont sortis totalement en ruine. De nombreux villages rasés.

    L'âpreté des combats et l'utilisation massive des bombardements aériens par les Alliés pour déloger les troupes allemandes de leurs positions retranchées et bien embusquées, vont faire de nombreuses victimes civiles. 35 000 sorties des forces aériennes alliées du 6 au 13 juin. Mais, comme on dit, quand c'est la guerre : c'est la guerre!

     

  • Où en est la guerre en Ukraine ?

    1june2022 ukraine map 1 768x543Sur une population de 37 millions, 8 millions d’Ukrainiens ont été déplacés à l’intérieur du pays et 6,8 millions ont fui à l’étranger.  

    Sur le terrain 

    Les forces russes ont pour objectif de contrôler l’intégralité du grand bassin minier du Donbass, dont les forces souverainistes prorusses ont pris le contrôle partiel en 2014. La majorité de la population de cette région est de langue russe, et dernièrement les forces russes se sont emparées de la majeure partie de la ville de Sievierodonetsk; pendant que les forces ukrainiennes affirment regagner du terrain autour de Kherson.

    En ce moment, nous sommes en l’absence totale de pourparlers de paix, qui devront arriver un jour ou l’autre, puisqu’une guerre se termine uniquement de 2 façons : soit l'un des 2 belligérants est totalement anéanti ou il y a négociations. On s’entend que le but de la Russie n’est pas d’anéantir l’Ukraine et que l’Ukraine n’a pas les moyens d’anéantir la Russie.

    La région de Zaporozhye dans le sud du pays offre à la Russie un aérodrome militaire à Melitopol et une base navale à Berdiansk sur la mer d'Azov. La région de Kherson envisage de s'intégrer au système éducatif russe. Les voitures utilisent des plaques d'immatriculation russes. Les cartes SIM russes fonctionnent avec Internet et téléphones. 

    Économie

    La guerre ukrainienne propulse l’inflation à un nouveau record en Europe. L’Union européenne cherche une solution pour les céréales ukrainiennes. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov se rendra en Turquie pour discuter de la mise en place de corridors sécurisés pour le transport des céréales ukrainiennes. 

    Sanctions contre Moscou

    Pendant ce temps, l’UE a décroché l’accord de ses 27 États membres sur un embargo progressif sur le pétrole russe, longtemps bloqué par la Hongrie. L’accord prévoit que l’embargo frappera dans un premier temps uniquement le pétrole transporté par bateau, soit les deux tiers des achats européens d’or noir russe, et pas celui acheminé par oléoduc. Ce qui a permis la levée du veto de Budapest.

    L’extension de l’embargo aux livraisons par oléoduc sera discutée dès que possible. Selon les dirigeants européens, ce sont 90 % des exportations de pétrole russe vers l’UE qui seront arrêtées d’ici la fin de l’année. L’embargo pétrolier s’inscrit dans le cadre d’un sixième paquet de sanctions européennes contre Moscou.

    Les Ukrainiens réclament aussi un embargo sur le gaz russe, qui s’annonce plus difficile à obtenir, car les sources alternatives d’approvisionnement sont plus compliquées à trouver. Certains dirigeants européens excluent une telle mesure et plusieurs plaident pour une pause des sanctions. Le gaz devrait faire partie d’un septième paquet de sanctions, mais beaucoup de gens pensent que le gaz n’en fera pas parti.

    La Russie a déjà coupé le robinet du gaz à certains pays européens qui refusent de payer en roubles : le géant gazier russe Gazprom a suspendu ses livraisons au néerlandais Gas Terra et au groupe danois Orsted.  

    Exercices militaires

    L’OTAN vient de mener un exercice naval en Méditerranée orientale et des lanceurs ICBM russes ont participé à des exercices de fusées stratégiques au nord-est de Moscou.

    La ligne rouge que ne franchira pas les États-Unis

    Dans le New York Times, le président américain Joe Biden a affirmé sans preuve à l’appui, que le président russe Vladimir Poutine pensait que l'opération spéciale russe ne durerait que quelques jours. Il affirme que les États-Unis n'essayeront pas de provoquer l’éviction du président russe; tout en proclamant qu'il maintiendra le cap et que l'aide massive à l'Ukraine se poursuivra dans les mois à venir. Il reconnaît que cette guerre ne peut avoir qu'une solution diplomatique et signale qu'une aide militaire américaine massive pourrait placer Kiev dans la position la plus forte possible à la table des négociations. 

    Il n’est plus dans une rhétorique injurieuse et belliqueuse envers la Russie ou Poutine et affirme : « Tant que les États-Unis ou nos alliés ne seront pas attaqués, nous ne serons pas directement engagés dans ce conflit, ni en envoyant des troupes américaines combattre en Ukraine, ni en attaquant les forces russes. Nous n'encourageons ni ne permettons à l'Ukraine de frapper au-delà de ses frontières ».

    Les États-Unis continueront les sanctions les plus dures jamais imposées à une grande économie, mais le président américain n'évalue pas leur efficacité. Il promet de travailler avec ses alliés et partenaires pour faire face à la crise alimentaire mondiale que l'agression de la Russie aggrave, mais n'allègue plus que la pénurie alimentaire mondiale est la création de la Russie. Il aidera les alliés européens à réduire leur dépendance aux combustibles fossiles russes.

    Le président américain réitère la politique américaine de continuer à renforcer l'OTAN et se félicite des candidatures de la Finlande et de la Suède pour rejoindre l'organisation.

  • Le 1er juin 1968 décède André Laurendeau

    ImageLe 1er juin 1968 décède André Laurendeau, journaliste, homme politique, essayiste, directeur de la revue "L’Action Nationale".

    Lors de la 2e guerre mondiale, en raison de la mauvaise gestion des francophones dans l'armée canadienne, il s’oppose à la conscription, comme le fait lors du référendum de 1942, 72% des Québécois, pendant que 66% du ROC (Rest of Canada) l’approuve. Il exige une plus grande égalité pour les francophones à l’intérieur du régime fédéral.

    André Laurendeau devient chef du Bloc Populaire provinciale en 1944 et l’un des 4 députés de ce parti élus à l’Assemblée nationale. Il dénonce les politiques centralisatrices fédérales en matière d’économie et d’affaires sociales et somme le gouvernement de l’Union nationale de Maurice Duplessis de mettre en œuvre des réformes socio-économiques pour permettre au Québec de s’assumer.

    En 1958, Il devient rédacteur en chef du journal "Le Devoir", poste qu’il occupera jusqu’à sa mort. Il devient aussi journaliste et animateur vedette à la télévision et à la radio. En 1963, il parvient à convaincre le gouvernement fédéral libéral de Lester B. Pearson de former une "Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme" qu’il copréside avec Dunton. La Commission sera communément appelée la Commission Laurendeau-Dunton.

    Sa vision dite des deux peuples fondateurs fut vite écrasée par une conception que défendait le juriste Frank Scott, un des maîtres à penser de Pierre Elliott Trudeau et de son multiculturalisme.

    Laurendeau poursuivra inexorablement sa lutte jusqu’à sa mort en 1968. À la fin de sa vie, il finit par céder au désespoir, convaincu qu’il ne parviendra jamais à faire modifier la Constitution de manière à assurer la reconnaissance des droits de la majorité francophone au Québec et des minorités francophones des autres provinces.

    Les années passant, le gouvernement fédéral finira par prendre conscience de la problématique des Deux Solitudes au Canada et adoptera la Loi sur les langues officielles en 1969, laquelle confère certains droits linguistiques aux francophones.

    André Laurendeau ne vivra pas assez longtemps pour en voir la mise en place. Le 1er juin 1968, il s'effondre à son bureau, victime d'une rupture d'anévrisme à l’âge de 56 ans. À ses funérailles, Daniel Johnson père, premier ministre du Québec, est flanqué de son homologue fédéral Pierre Elliott Trudeau. Un très grand nombre de figures clés du monde politique et culturel se déplacent pour lui rendre un dernier hommage.

    Le journal personnel de Laurendeau tenu durant les travaux de la Commission, montre que l’homme doutait de l’avenir de l’ensemble fédéral. Il était tenté de donner raison aux indépendantistes, mais s’accrochait néanmoins à ses rêves, comme un naufragé porte le regard au ciel dans l’attente qu’une barque improbable surgisse.

    Quand en 1966 à New York, Pierre Vallières se retrouve en prison avec Charles Gagnon, pour avoir manifesté devant l’ONU au nom du Front de Libération du Québec, c’est à André Laurendeau qu’il s’adresse pour expliquer sa prise de position. Lorsque Pierre Bourgault fonde son parti souverainiste, c’est aussi à Laurendeau qu’il écrit. Les insolences du frère Untel de Jean-Paul Desbiens, Best-sellers des années 1960, naîtront d’échanges avec Laurendeau, qui en signe la préface.

    Sources :

    L’Encyclopédie canadienne : André Laurendeau par Michael D. Behiels, 04/09/2008

    Le Devoir : Cinquante ans après sa mort, André Laurendeau reste une figure exemplaire de l’intellectuel par Jean-François Nadeau, 01/15/2018

    Photo d'André Laurendeau par Gaby

  • Kissinger et Chomsky : en accord sur la guerre en Ukraine

    Kissinger chomsky find common ground ukraineHenry Kissinger et Noam Chomsky, ennemis politiques de longue date, ont trouvé un terrain d'entente au milieu de la guerre russo-ukrainienne. Ci-dessus, Kissinger (à gauche) et Chomsky.ADAM BERRY/GETTY IMAGES ET HEULER ANDREY/AFP

    Au Forum économique mondial de Davos, Henry Kissinger secrétaire d'État sous les présidents républicains Richard Nixon et Gerald Ford dans les années 1970, celui qui a négocié la paix avec le Nord-Vietnamien  Lê Đức Thọ, encourage l'Ukraine à accepter un accord de paix avec la Russie, dans le but de mettre fin à la guerre. Il déclare que : "les négociations devraient commencer d'ici les 2 prochains mois, avant que le conflit ne dégénère en des tensions insurmontables. Poursuivre la guerre au-delà de ce point ne concerne pas la liberté de l'Ukraine, mais une nouvelle guerre contre la Russie elle-même. Idéalement, la ligne de démarcation devrait être un retour au statu quo ante". Il conseille aux dirigeants européens : "D'envisager leur relation avec la Russie à long terme; donc d'arrêter par leurs sanctions de renforcer le lien entre le Kremlin et la Chine". 

    Parallèlement, dans une interview avec le journaliste britannique Owen Jones, Noam Chomsky professeur au Massachusetts Institute of Technology, un des principaux intellectuels de gauche aux États-Unis, connu pour ses opinions anti-guerre et ennemi politique de longue date de Kissinger, trouve aujourd'hui un terrain d'entente très rare avec lui sur la guerre russo-ukrainienne. Les deux plaident pour que l'Ukraine envisage un règlement, qui pourrait la voir renoncer à revendiquer certaines terres pour parvenir à un accord de paix durable. 

    Chomsky est favorable à un règlement dans lequel l'Ukraine s'engagerait à être neutre en ne rejoignant pas l'OTAN, repousserait la question de la Crimée et s'orienterait vers un accommodement pour le Donbass. Il critique les États-Unis et le Royaume-Uni pour ne pas avoir soutenu une telle proposition. 

     

  • La Russie n'est pas seule

    Otsc reunion 16 mai 2022 750x430L'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC), soit  l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Russie et le Tadjikistan,  a réaffirmé dans un communiqué conjoint sa volonté d'établir une coopération pragmatique avec l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et de construire une paix durable dans la région eurasienne : "Nous confirmons que l'organisation continuera à assurer la sécurité, la souveraineté et l'intégrité territoriale de ses états membres, à œuvrer pour renforcer la sécurité mondiale et régionale et à régler les problèmes internationaux sur la base des normes et principes universellement reconnus du droit international". Le communiqué a été publié à la suite du sommet, qui a eu lieu à Moscou le 16 mai 2022. 

    Photo :  De gauche à droite : le secrétaire général de l'OTSC Stanislav Zas, le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan, le président biélorusse Alexander Lukashenko, le président russe Vladimir Poutine, le président kazakh Kassym-Jomart Tokayev, le président kirghize Sadyr Zhaparov et le président tadjik Emomali Rahmon. Photo: TASS

  • La Bataille du Saint-Laurent – 1942 à 1944 –

    Navirestorpillecc81sLe 11 mai 1942 à 23 h 52, mettant un terme à la paix qui règne depuis 1812 sur les eaux canadiennes, l’U-Boot-553 (sous-marin allemand) coule le cargo britannique SS Nicoya dans l'estuaire du Saint-Laurent, près du village de Cloridorme sur la péninsule gaspésienne. Le cargo provenait de Montréal et progressait vers Halifax, pour y rejoindre un convoi. C’est le début de la « bataille du Saint-Laurent » – 1942 à 1944 –, un épisode de la « bataille de l’Atlantique ».

    Le bang de la 1ère torpille réveille les riverains. Elle touche l’avant du cargo. Puis un immense sous-marin émerge, éclaire le navire d’un puissant projecteur et lui lance une 2e torpille, qui l’atteint en plein centre. Il coule, 6 morts. 111 rescapés trouvent refuge chez les familles de la côte. Deux heures plus tard le 12 mai, le même U-553 coule le SS Leto. 12 morts. L'Aviation militaire canadienne déplace alors un escadron en Gaspésie.

    Entre autre, le 9 novembre 1942, un espion allemand débarque sur la côte gaspésienne et est arrêté. En 1943, une station météorologique est installée par les Allemands sur la côte du Labrador. Le 6 mai 43, une tentative d'évasion de prisonniers de guerre par sous-marin (U-262) est déjouée à l'Île-du-Prince-Édouard. En juin, l’U-119 mouille des mines dans le port d’Halifax. Le 28 septembre, nouvelle tentative ratée d'évasion de prisonniers, cette fois par l’U-536 au Nouveau-Brunswick. Le 16 avril 1945, l’U-190 coule le dernier navire de la Bataille du Saint-Laurent, près d'Halifax et se rend à la Marine canadienne le 11 mai 1945.

    Les Allemands tentaient de paralyser la voie maritime du Saint-Laurent, par où transitait 25 % des marchandises dont dépendaient les Alliés en Europe. Par deux fois les navires marchands arrêteront leur circulation sur le fleuve pendant une période de 10 à 15 jours, c’est tout. Les sous-marins allemands quand à eux, couleront 26 navires dans les eaux du fleuve et du golfe du Saint-Laurent, entraînant la mort de 300 personnes.

    La chasse aux U-Boots, synchronisée par la Marine et l’Aviation canadienne, donne des résultats mais insuffisants. Au final, aucun sous-marin allemand n’est coulé dans le Fleuve St-Laurent, contre 26 navires torpillés par les submersibles ennemis.

    En fait, le fleuve Saint-Laurent n'a jamais représenté une cible prioritaire pour les Allemands. Les U-boots y ont mené des attaques sporadiques, parce qu'ils savaient que les convois y étaient mal protégés. Sur les 2500 navires coulés au cours de la bataille de l'Atlantique par les Allemands, seulement 26 l'ont été dans le Saint-Laurent par une demi-douzaine de U-boots.

    C’est dans l'Atlantique que la bataille du Saint-Laurent s'est gagnée; là où la marine militaire canadienne s’est largement illustrée, effectuant 26 000 traversées, protégeant 165 millions de tonnes de matériel, qui se sont rendues en Europe. Les navires militaires canadiens ont détruit à eux seuls ou avec l'aide de navires alliés, une cinquantaine de sous-marins allemands et italiens.

    La Marine militaire canadienne ne comprenait que 13 navires et 1900 marins en 1939; 400 navires et 90 000 hommes en 1945, devenant à cette époque, la 3e puissance militaire navale de la planète. De son côté, la marine militaire allemande entre en guerre avec 57 sous-marins et en aura construit 1 153 jusqu'à la fin de la guerre.

  • 10 mai 1940, la Bataille de France

    Franceinvasion1940Le 10 mai 1940, 7 mois après la déclaration de guerre de la France et de l'Angleterre à l'Allemagne, cette dernière lance son armée sur les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France. 2 750 000 guerriers allemands se ruent sur 2 900 000 soldats alliés. Un commandement uni côté allemand, désuni côté alliés. La haute technologie : côté allemand. Commence alors ce qu’on appelle : «la Bataille de France».

    Le 15 mai, les Pays-Bas capitulent. L’armée belge débordée, les armées française et britannique accourent à son secours. Mais à leur grande surprise, Hitler contourne la Ligne Maginot et envahit les Ardennes, région pourtant montagneuse. 3 divisions allemandes percent le front français. Leurs chars rapides sont appuyés par des attaques aériennes constantes, désarticulant totalement leurs adversaires.

    Les divisions françaises reculent en désordre en dépit d’actes héroïques. Le 20 mai, les panzers prennent en tenaille les armées franco-anglaises. Le 24, les Allemands prennent Boulogne, encerclent Calais et sont à 35 kilomètres de Dunkerque. C’est la débâcle ! Le 26, le sacrifice d'unités françaises et l'action de la Royal Air Force permettent de couvrir la retraite de 500 000 soldats britanniques et français vers l'Angleterre à partir de Dunkerque.

    Du 23 au 28 mai, les Belges tentent désespérément de freiner l'avancée allemande, mais sont vaincus et capitulent. Le 10 juin, Mussolini déclare la guerre à la France déjà à genoux. Le front est percé sur la Somme. Le 14 juin, les Allemands entrent dans Paris. Le 17, Pétain demande la fin des combats. Le général de Gaulle appelle en revanche à résister, lors de son discours du 18 juin. Le 22, l'armistice est signé ; le régime de Vichy est instauré. La sonnerie du cessez-le-feu résonne le 25, 6 semaines après le début de l'invasion.

    1 col du perthus a 1Victimes d'un commandement défaillant, les soldats Français, Anglais, Belges et Néerlandais se sont battus avec courage. 60 000 morts et 123 000 blessés chez les Français, 7 500 morts et 15 800 blessés chez les Belges, 4 200 morts et 16 800 blessés chez les Britanniques contre 27 000 morts et 111 000 blessés chez les Allemands. « La bataille de France » a par ailleurs causé la mort de 21 000 civils français, 6 000 civils belges et 2 500 civils néerlandais.

    En quelques jours, 10 millions de Belges et de Français fuyant vers le Sud, se retrouvent sur les routes sous le feu des avions allemands, qui les mitraillent en faisant retentir leurs sirènes surnommées : « les trompettes de Jéricho ». C’est la défaite ! Mais, la guerre n’est pas terminée! En fait, elle commence!

  • 7 mai 1664 : première fête de Louis XIV à Versailles

    Première fête donnée par Louis XIV

    Louis xiv king of france in front of the tuilerie castle 1662 follower of charles le brunDu 7 au 13 mai 1664, 1ère des grandes fêtes données à Versailles par Louis XIV : « Les fêtes des plaisirs de l’île enchantée », dédiées à la Reine Mère Anne d’Autriche et à la reine Marie-Thérèse. La fête est dédiée en réalité à Mademoiselle de La Vallière, maîtresse du roi, qui fait sa 1ère entrée publique à la cour. 600 personnes se pressent dans les jardins du château. 6 jours de fêtes qui établissent Versailles comme lieu de réjouissances. Le palais de l’île enchantée ouverte aux plaisirs n’est autre que le château lui-même. En 1664, le château de Versailles est encore loin de celui qui accueillera 18 ans plus tard le Roi et sa Cour à demeure.

    Par cette fête, 3 ans après la mort du cardinal Mazarin, son parrain et principal ministre, Louis XIV alors âgé de 26 ans, assoit son autorité royale et décide de gouverner seul.

    Le mousquetaire d’Artagnan annonce le début des réjouissances. Au son des trompettes et des timbales, commence la Marche du Roy et de ses chevaliers. La fine fleur des courtisans défile. Sa Majesté coiffée d’un casque de plumes d’autruche rouge vif, revêtue d’une cuirasse de lames d’argent recouverte d’une broderie d’or et de diamants, montée sur un cheval dont le harnais couleur de feu éclate d’or, d’argent et de pierreries, suscite l’admiration de tous. Il est accompagné par des cavaliers tout aussi somptueux, les ducs, comtes et marquis.

    Lorsque tout le monde a pris place, une comédienne de la troupe de Molière, adresse des vers à la louange de la Reine. Puis commence la course de bague, qui voit l’affrontement des chevaliers les plus habiles, dont le Roi : les cavaliers doivent décocher de leurs lances un anneau relié à une potence. Le marquis de la Vallière remporte le prix : une épée d’or enrichie de diamants.

    Le soir venu, le souper est servi en plein air. 34 violons et flûtes conduits par Lully pénètrent lentement dans les jardins. Après un ballet, 4 acteurs de la troupe de Molière font leurs entrées juchés sur un cheval, un éléphant, un chameau et un ours, accompagnés par 48 serviteurs portant de grands plats sur la tête, costumés en jardiniers, moissonneurs et vendangeurs. Puis au son d’un orchestre de hautbois et de musettes, arrivent les dieux Pan (Molière) et Diane (Madeleine Béjart), sur une machine ingénieuse en forme d’une petite montagne ombragée de plusieurs arbres.

    Au son de 36 violons, tout le monde prend place pour la collation. Tout autour, un nombre infini de chandeliers et 200 flambeaux de cire blanche tenus par des serviteurs masqués. Le parc s’illumine de mille feux.

    Le 8 mai, place à Molière qui a écrit pour la circonstance « La Princesse d’Elide », comédie galante mêlée de musique composée par Lully et d’entrées de ballet.

    Le 9 mai, le ballet du palais d’Alcine est dansé sur un théâtre construit sur l’actuel Bassin d’Apollon et se termine par un feu.

    Le 10 est consacré à une « course des têtes », exercice de cavalerie consistant à piquer une tête avec une lance, puis à couper à l’épée une autre tête juchée sur un piquet, le tout en conduisant son cheval d’une main et au galop. Le Roi gagne le prix de la course des dames, une rose de diamants donnée par la reine, qu’il remet en jeu et que gagne le marquis de Coaslin.

    Le 11 mai, visite du jardin zoologique. Le soir, après une collation, la troupe de Molière donne une représentation des « Fâcheux », comédie mêlée de musique et d’entrées de ballet.

    Le 12, figure une loterie, où sont mises en jeu des pierreries, meubles et argenterie. Le Roi remet le gros lot à la Reine. Puis, la représentation de « Tartuffe » de Molière, comédie sur les faux dévots et hypocrites, connaît un vif succès; mais malgré le soutien du Roi, cette pièce déclenche une violente cabale menée par la Reine Mère et le « parti dévôt ». 5 jours plus tard, la pièce sera interdite par le Roi.

    Le 13 mai, un nouveau jeu de course de têtes, où le Roi se distingue à nouveau, puis une représentation du « Mariage forcé » de Molière.

    Le lendemain, les derniers invités quittent le château. Le Roi part pour Fontainebleau.

    Image : Louis XIV en 1662 par Charles Le Brun

  • Le 5 mai 1789 : ouverture des États Généraux à Versailles

    Etatsgeneraux1Les États Généraux marquent le début de la Révolution française. À ce moment, la dette de l'État est telle que ses créanciers ne peuvent et ne veulent plus prêter de l'argent. Face à une situation politique et financière catastrophique, aux déficits budgétaires, à la crise économique, à l’insuffisance des récoltes de blé, aux révoltes populaires et à la crispation de la noblesse, le roi Louis XVI se voit dans l’obligation de convoquer les représentants des Français, pour répondre à leur mécontentement. C'est le dernier moyen qu’il utilise pour tenter de sauver le royaume de la faillite et contenir la révolution.

    Il convoque les États Généraux : une assemblée du clergé, de la noblesse et du tiers état. À la demande de son contrôleur des finances, Louis XVI accorde le double des voix au tiers état. Celui-ci essentiellement composé d’avocats et de bourgeois, représente la très grande majorité de la population, qui paye des taxes disproportionnées par rapport à la noblesse et au clergé, qui eux sont privilégiés en droits et en ressources. À noter que le clergé compte beaucoup d'humbles curés parmi ses députés.

    Seuls les États Généraux peuvent décider de la levée de nouveaux impôts et engager le pays dans une réforme. La noblesse y est représentée par 330 députés, le clergé par 326 et le tiers état par 661.

    Le tiers état majoritaire, demande aussitôt de voter non par ordre, mais par tête. Le roi, entouré de la reine et des princes, trône et ouvre la séance par un long discours inconsistant, sans ambition, suivi de celui de son ministre des finances, bourré de chiffres; des paroles sans volonté de réformes, qui n’appellent qu’à de nouveaux impôts.

    Mécontents et conscients des attentes de la population, les députés du tiers état avec quelques députés du clergé, prennent alors le contrôle et se proclament le 17 juin 1789 la première Assemblée Nationale. Ils décident d'élaborer une Constitution pour la France... Les représentants du tiers état se nomment eux-mêmes « députés des Communes » à l'image des députés britanniques. C'est l'amorce de la révolution…

    Suit la Déclaration des Droits de l'homme et du Citoyen le 4 août 1789. Les droits seigneuriaux sont abolis par les députés. Louis XVI s'y oppose avec virulence. 14 juillet 1791 : la prise de la Bastille. Le 20 avril 1792, l'Assemblée législative déclare la guerre à l'empire d'Autriche, auquel s'allie le royaume de Prusse. Le 21 janvier 1793 l'exécution du roi est un électrochoc. S’unissent alors contre la France : la Hollande, l'Angleterre, la Russie, la Sardaigne, Naples, la Prusse, l'Autriche et le Portugal.

    Pendant la révolution, plus de 17 000 personnes sont guillotinées, dont Robespierre.  Elle se terminera par le coup d'État de Napoléon Bonaparte, le 9 novembre 1799. Ce dernier affrontera les troupes coalisées de la Russie, de la Prusse, du Royaume-Uni, de la Suède, de l'Autriche et de plusieurs États allemands. Bonaparte apportera le code Napoléon : Un code civil qui pour la première fois organise les relations entre l’État et les citoyens, des citoyens entre eux, en soulignant la non-confessionnalité de l’État, premier pas vers la laïcité. Il inspirera de nombreuses législatures à travers le monde.

  • Ukraine : La guerre s'intensifie

    Les Américains ne veulent pas d’un monde multipolaire qu’ils partageraient avec la Russie et la Chine. Ils veulent à tout prix conserver leur domination mondiale. Mais ils savent que l’avenir appartient à l’Eurasie, principalement à cause de l’immense projet économique chinois « la route de la soie ».

    La Chine est devenue l’usine de la planète. Et pour acheminer sa production vers les pays acheteurs, elle construit des routes, des chemins de fer, des routes maritimes, des ports, des gares, des aéroports en Asie, au Moyen Orient et en Afrique; augmentant ainsi son pouvoir économique à une vitesse grand «V», pendant que l’économie américaine, qui se porte quand même bien, stagne ou presque.   

    Donc pour conserver son hégémonie, Washington qui contrôle déjà la majeure partie de l’Europe, doit aussi maîtriser une partie de l’Asie. C’est pour cela qu’elle veut dominer la Russie. Si la Maison blanche dirige la Russie, la pression sur la Chine augmentera. Le coup d’état pro-occidental de 2013 en Ukraine, s’inscrivait dans cette optique.

    Kiev veut faire partie de l’Union européenne et de l’OTAN. Et comme le dit Poutine, lorsque le conflit est inévitable pour éviter d’affronter un ennemi plus armé, il faut frapper le premier, d’où l’enclenchement de l’opération spéciale russe en Ukraine.

    L’armée russe gagnant du terrain au Sud, territoire ukrainien où la population de langue russe est majoritaire, et détruisant par bombardements les infrastructures économiques du Nord, là où se trouve la population de langue ukrainienne, Washington a décidé d’armer de façon significative l’Ukraine. Cependant, une partie importante de cet armement est détruit par les forces russes; de sorte que Washington et ses alliés arment de plus en plus l’Ukraine, tout en essayant d’ouvrir un second front dans le but de diviser l’armée russe sur deux axes.

    En effet en Transnistrie, un bombardement a été effectué sur un aéroport et ailleurs dans le pays deux antennes-radio ont été détruites. Les Américains cherchent à étendre la guerre dans ce petit pays pro-Russe situé entre la Moldavie pro-Américaine et l’Ukraine. En réponse, la Russie intensifie ses attaques sur Odessa en Ukraine. La Moldavie, bien que pro-Américaine, s’inscrit en tant que pays neutre dans cette guerre, refusant d’appliquer des sanctions à la Russie.

    La guerre s’intensifie donc au lieu de s’amenuiser.

    Illustration : TF1 

    Transnistrie etroit territoire entre l ukraine et la moldavie 2ae569 0 1x

     

  • La Russie coupe le gaz à la Pologne et la Bulgarie

    Qltyosg2irbxxdajzljwwwcgxaVéritable coup de tonnerre résonnant très fort dans toute l’Union européenne : La Russie coupe ses livraisons de gaz à la Pologne et à la Bulgarie, deux pays membres de l'UE et de l'OTAN. 66% du gaz consommé en Pologne provient de Russie. La Pologne affirme qu'elle a des réserves. On sait que ce pays fournit des armes à l’Ukraine et qu’une grande quantité d’armes provenant des pays de l’OTAN transite par la Pologne avant d’arriver en Ukraine. La Russie exige sans succès l'arrêt de ces fournitures.

    Un sous-marin britannique et un suédois sont repérés par l’armée russe près des côtes de la Norvège. Les nouveaux chars russes T-90 résistants aux systèmes antichars modernes, sont aperçus pour la première fois en Ukraine près de Kharkiv. Ils résistent facilement contre plusieurs adversaires à la fois. Sur le front, les forces russes progressent lentement dans différentes directions.

    Bombardement d'un aérodrome militaire en Transnistrie, pays pro-Russe entre la Moldavie et l’Ukraine. Des tours de télécommunications à haute puissance y ont aussi été détruites. L'armée ukrainienne a frappé un dépôt pétrolier et une unité militaire en Russie près de Briansk. En réponse des missiles russes de haute précision ont touché six stations ferroviaires dans l'ouest de l'Ukraine.  

    Bien que le secrétaire général de l'OTAN soutienne l'initiative d'accepter la Suède et la Finlande dans l'Alliance de l'Atlantique Nord, certains pays de l'OTAN y sont réticents, dont la Turquie et la Croatie. Ce qui permet de penser que les deux pays scandinaves ne réussiront probablement pas à devenir membres de l'OTAN; puisqu’il faut l’unanimité des membres pour en accepter de nouveaux. La Croatie critique sévèrement la position des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de l'Allemagne concernant l'admission de la Finlande et de la Suède, car cette adhésion selon elle, vise à intensifier la confrontation avec la Russie et il y a risque de troisième guerre mondiale.

     Illustration :. REUTERS/Wojciech Kardas/Agencja Gazeta

  • Lavrov :  le danger d'une troisième guerre mondiale est réel

    2022 03 18 lv rsz crpSergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de Russie, a déclaré lundi que les pourparlers de paix avec l'Ukraine se poursuivent, tout en avertissant que le danger d'une troisième guerre mondiale est bel et bien réel. Selon lui, Zelensky fait semblant de négocier; mais il se dit quand même confiant que le tout se terminera par la signature d'un accord et que les paramètres de l'accord seront définis par l'état des lieux au moment de sa signature.

  • Guerre ukrainienne : Erdogan, négociateur incontournable

    Turkish president erdogan meet russian and ukrainian delegations ahead of the peace talksaaaaaaa 6347238Selon le site Avia.pro (publication russe), la Turquie ne soutiendra pas l'admission de la Finlande et de la Suède à l'OTAN. On ne sait toujours pas si une telle position peut être considérée comme officielle, mais il est claire qu'Ankara est contre l'élargissement de l'OTAN; car cet élargissement aggravera la guerre ukrainienne, au lieu de la régler. 

    Pris dans un difficile exercice d’équilibriste entre la Russie, son principal fournisseur d’énergie, l’Ukraine le meilleur client de son industrie militaire et la coalition anti-Poutine de l’OTAN dont il est membre, et fort de ses bonnes relations avec les présidents russe et ukrainien, le président turc met tout son poids pour mettre fin à la guerre, encourageant les négociations informelles et formelles

    D'un côté il ferme l'accès du détroit du Bosphore à la flotte russe, mais de l'autre il refuse d'emboîter le pas aux sanctions contre Moscou. D'un côté il vote un texte condamnant l'invasion russe à l'ONU, mais de l'autre se prononce contre l'expulsion de la Russie du Conseil de l'Europe. Erdogan croit que l'Ukraine devrait satisfaire les exigences russes sur quatre points fondamentaux, dont le refus d'une adhésion à l'OTAN et l'adoption du russe comme seule langue officielle dans le Donbass. 71% des Turcs approuvent sa gestion diplomatique de la crise. Ce qui est très bon pour lui face à l'élection présidentielle turque qui se tiendra dans un an. 

    Il semble que pour le clan occidental autant que pour la Russie, le rôle que joue Erdogan dans le dénouement de la guerre ukrainienne est crucial. Pendant la guerre syrienne, il a rencontré souvent le président russe et s'est entendu avec lui. Il a aussi récemment repris contact avec Macron. Les deux ont la ferme volonté de travailler ensemble pour parvenir à un cessez-le-feu. Courtisé comme jamais, le - Numéro Un Turc - a récemment reçu quatre dirigeants de l’Union européenne et de l’OTAN pour discuter de la guerre en Ukraine – le secrétaire général de l’Alliance, le chancelier allemand, le premier ministre néerlandais, le premier ministre grec, sans compter celle du président israélien.

    Les négociations continuent donc dans le but d'aboutir à un règlement. 

     

  • Ukraine : Guerre et économie

    Des délégations russe et ukrainienne ont entamé lundi des pourparlers pour tenter de stopper la guerre en Ukraine, au cinquième jour de l'invasion de l'Ukraine.  

    Les avancées de l'armée russe

    Selon le ministère russe de la Défense, l’armée russe a acquis la suprématie aérienne sur l’ensemble du territoire ukrainien. La marine militaire ukrainienne est complètement détruite. Les villes de Berdyansk et Enerhodar ont été prises sous contrôle dans le sud-est de l’Ukraine; ainsi que la centrale nucléaire de Zaporizhzhya. Les troupes russes ont débarqué dans les plus grands ports d'Ukraine. Elles auraient pris Marioupol, bien que ce ne soit pas confirmé par le Ministère de la Défense. Les bases de la marine, les aérodromes militaires, le quartier général des forces armées ukrainiennes, sont tous détruits. Des attaques massives d'artillerie et de roquettes sont menées sur les infrastructures des plus grandes villes ukrainiennes, Kiev, Kharkov, Zaporozhye, Dnipro, Dniepr, Marioupol... Des troupes russes sont parachutées sur Kharkov et d'autres régions. Elles prennent le contrôle de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Depuis le début de l’opération, les forces armées de la Fédération de Russie ont frappé 1114 objets de l’infrastructure militaire de l’Ukraine. 31 points de contrôle et un centre de communication de l’armée ukrainienne, 314 chars et autres véhicules blindés de combat, 57 systèmes de roquettes à lancement multiple, 121 canons d’artillerie de campagne et de mortier, 274 unités de véhicules militaires spéciaux ont été détruits, également des stations de guidage des systèmes de défense aérienne S-300 et Buk M-1, 3 positions techniques radio avec des stations P-14 et 5 avions de combat. 

    État d'alerte des armes nucléaires 

    Les forces stratégiques nucléaires russes commencent à être déployées. Le 27 février, M. Poutine a ordonné le transfert des forces de dissuasion de l’armée russe (armes nucléaires) à un mode spécial de combat. Ce qui met les armes nucléaires russes dans un état d'alerte. Quatre niveaux d'alerte existe chez l'armée russe : ordinaire, élevé, menace de guerre et guerre. Le président russe n'a pas spécifié à quel niveau il a placé son armée. En fait en Russie, comme aux États-Unis, il existe un flou quant au niveau d’état d’alerte en vigueur, pour des raisons de sécurité nationale. La Russie s’est probablement placée au deuxième niveau d’alerte, soit élevé. Il existe dans l'armée américaine, cinq niveaux d'alerte. De 1 à 5. 5 étant l'état de préparation le plus bas, tandis que 1 est l'état de préparation maximal, ce qui signifie qu'une guerre nucléaire est sur le point de commencer ou a déjà commencé. En réponse, l'armée américaine s'est probablement mise en état d'alerte 4, sans le dire. Le plus élevé atteint a été 2 pour les Américains et "menace de guerre" pour la Russie, pendant la crise des missiles de Cuba

    Sanctions économiques contre la Russie 

    Le G7 et la Commission européenne applique un nouveau train de sanctions, pour exclure de nombreuses banques russes de la plateforme interbancaire SWIFT. Ce qui déstabilise les marchés mondiaux, craignant une flambée des prix de l'énergie et de fortes conséquences économiques sur les entreprises européennes. Les Bourses européennes ont reculé fortement : Francfort perdait 2,5%, Paris 3%, Milan 3% et Londres 1%. L'indice européen de référence l'Eurostoxx 50 : 3%. La Bourse de Moscou était fermée hier, sur décision de la Banque centrale russe pour empêcher une baisse. Pour faire face aux sévères sanctions économiques, la banque centrale russe a relevé fortement son taux directeur de 10,5 points. 

    Selon l'Union européenne, 70% du secteur bancaire russe est actuellement exclus du système Swift et les banques européennes en pâtissent : Société Générale perd 11%, BNP Paribas 9%, Commerzbank 8%, Deutsche Bank 9%, Unicredit 12% et l'autrichienne Raiffeisen 13%. Par contre, les entreprises militaires augmentent. Rheinmetall (chars) s'envole de 28%, Hensoldt (radars) 60%. Le bitcoin quant à lui, monte de 2,4% atteignant 38,32 $. On sait qu'une centaine de milliards $ supplémentaires transitent maintenant par cette monnaie, vue les sanctions. Le bitcoin permet de transférer beaucoup d'argent sans trop en voir la trace. Les transactions financières de cinq oligarques russes, soupçonnés de participer à la kleptocratie du gouvernement russe ont également été bloquées. La Russie serait le deuxième utilisateur du bitcoin après les États-Unis.  

    En même temps par ces sanctions, on craint que les entreprises européennes ne soient pas en mesure de payer le pétrole et le gaz russe, ce qui pourrait inciter Moscou à couper l'approvisionnement. Donc, il y a flambée des prix du pétrole et du gaz. Le prix du baril américain et du baril russe bondit de 5%, pour atteindre 95 $ aux États-Unis et 102 $ pour la Russie, dépassant la barre des 100 $ pour la 1ère fois depuis 2014. Les États-Unis sont le premier producteur mondial de pétrole, la Russie deuxième devant l'Arabie saoudite. Les entreprises dépendantes de ces approvisionnements reculent fortement: Total Energies chute de 5%, dans le secteur minier, Polymetal perd 50%, Petropavlovsk et Evraz 26%. BP (-6,21%) s'est désengagé du géant russe Rosneft (-40%), dont il détenait une participation de 20%. Pour ce qui est de l'industrie de l'armement, Thales prend 12%, Dassault Aviation 9%, Leonardo 17%. L'Euro baisse (-0,58%). Le taux d'intérêt de la dette américaine recule de 7 points. Sur le marché européen, le prix du gaz bondit de 9%. Le blé prend 6%, le palladium 5%. La Russie est un des plus grands producteurs de ces trois produits; l'Ukraine des deux derniers produits. Les investisseurs se tournent vers les obligations d'État pour réduire leur exposition au risque.

    l'Alternative aux sanctions économiques pour la Russie

    Les sanctions économiques occidentales sont tempérées par le fait que la Russie a préparé son plan de rechange depuis 2014. Elle a mis en place son système de cartes de crédit : Mir, et l’agence Akras pour les notations de crédit. Depuis 2017, le pays dispose de son propre système transactionnel interbancaire, SPFS, développé par la Banque centrale de Russie, auquel 400 banques russes ont adhéré et 23 banques étrangères provenant d’Arménie, d’Allemagne, du Kazakhstan, de la Suisse et de la Chine... Le réseau SPFS russe a été intégré à son équivalent chinois, CBIBPS. L’exclusion de la Russie à Swift risque donc d’encourager le développement d’un système concurrent et fait perdre à Swift son deuxième plus gros client après les États-Unis. Les banques russes visées par ces sanctions sont largement contrôlées par des oligarques russes. C'est l'une des principales raisons pour lesquelles les sanctions vise l'oligarchie du pays et le blocage complet de deux des plus grandes institutions financières russes, à savoir la VEB et la banque militaire russe, la Promsvyazbank. La VEB est cruciale pour la capacité de la Russie à lever des fonds, tandis que la Promsvyazbank est un élément essentiel du secteur de la défense russe. Les deux institutions et leurs 42 filiales détiennent des actifs d'une valeur de 80 milliards $. 

    Anonymous est rentrée en guerre guerre cybernétique contre la Russie.

  • Russie - Ukraine : La guerre

    Armée russe

    160 missiles balistiques russes à courte portée ont été tirés sur le territoire ukrainien, ainsi que des missiles de croisière, probablement des missiles Kalibr211 infrastructures militaires de l'Ukraine ont été mises hors service, dont 19 systèmes de missiles anti-aériens S-300, Osa et Buk-M1, 39 stations radar, 17 postes de commandement et de communication, 11 aérodromes militaires, 3 postes de commandement des bases navales, un hélicoptère de combat et 4 drones d'attaque Bayraktar TB-2. 

    La Russie a déployé 200 hélicoptères pour prendre le contrôle de l'aérodrome de Gostomel. Un chasseur russe Su-30SM a été détruit au sol par un missile tactique ukrainien Tochka-U. Certaines parties de convois militaires russes ont été détruites par l'armée ukrainienne, dont des dizaines de véhicules militaires aux abords de Kharkov, des chars, des lance-roquettes multiples, des camions de l'armée, des véhicules blindés légers, etc...Le "Z" sur les véhicules, signifie qu'il s'agit bel et bien d'un convoi russe. En effet, depuis le début de la guerre, de nombreux tanks et véhicules blindés ont été observés affublés d'un "Z" peint en blanc sur la carrosserie. Ce qui les identifie comme étant des véhicules de l'armée russe, alors que les véhicules russes et ukrainiens sont souvent les mêmes. Depuis aujourd'hui, l'accès à l'Europe est bloqué pour les transporteurs civils aériens russes. Au moins quatre missiles balistiques OTRK "Iskander" ont été tirés du territoire de la Biélorussie vers l'Ukraine. L'attaque a été lancée depuis la zone où se trouvent les militaires russes et biélorusses. 

    Armée ukrainienne

    14 frappes sont parties du territoire ukrainien vers le territoire russe, infligeant des destructions, dont un poste frontalier russe. Toutes les attaques ukrainiennes en territoire russe ont eu lieu dans la région de Rostov. La base aérienne militaire russe de Millerovo, dans le sud-ouest de la Russie, a été attaquée par des missiles Tochka-U ukrainiens. Au moment de l'attaque, tous les avions russes étaient en l'air, effectuant des missions de combat contre l'Ukraine. Les systèmes de défense aérienne et de guerre électronique russes n'ont pas fonctionné. Donc, peut-être que l'armée ukrainienne utilisait aussi des armes électromagnétiques. 

    Un avion de chasse Su-27 de l'aviation militaire ukrainienne a été abattu au-dessus de la capitale ukrainienne par un missile anti-aérien de la même armée. Le chasseur est tombé sur un immeuble d'une douzaine d'étages et a provoqué un incendie. Deux hélicoptères Ka-52 de l'armée ukrainienne ont été abattus par un système de missile anti-aérien portable. Dans la région de Kiev, un avion de transport militaire ukrainien s'est écrasé, 37 morts. Un système ukrainien de défense aérienne Tor a été détruit. Un chasseur Su-27 de l'armée de l'air ukrainienne a été détruit au sol. 

     



  • Guerre : L'Ukraine s'effondre !

    Fmzbywgxoacgwjc

    Les forces armées ukrainiennes ont refusé de se retirer de Lougansk et de Donetsk, régions russophones de l'Ukraine, dont Kiev leur refuse une spécificité à l'intérieur du pays; de sorte que les deux républiques ont demandé de faire partie intégrante de la Fédération de Russie. Le Donbass est une région économiquement riche, dominée par l’industrie lourde : sidérurgie et charbonnage. 

    Armée russe

    L'armée russe en opération militaire spéciale, a détruit les systèmes de défense aérienne de l'Ukraine; de sorte que les avions militaires russes frappent l'Ukraine à partir de la Biélorussie et de la Crimée. Les forces armées ukrainiennes subissent d'énormes pertes. De nombreuses frappes ont été lancées sur Odessa et sur les bases de la marine ukrainienne tant en mer Noire qu'en mer d'Azov. Les troupes russes ont débarqué dans les plus grands ports d'Ukraine, et à 7h30 le matin, elles ont pris Marioupol, bien que ce ne soit pas confirmé par le Ministère russe de la Défense. La marine militaire ukrainienne est complètement détruite. Les bases de la marine, les aérodromes militaires, le quartier général des forces armées ukrainiennes, sont tous détruits. Des attaques massives d'artillerie et de roquettes sont menées sur les infrastructures des plus grandes villes ukrainiennes, Kiev, Kharkov, Zaporozhye, Dnipro, Dniepr, Marioupol... Des troupes russes sont parachutées sur Kharkov et d'autres régions. Elles prennent le contrôle de la centrale nucléaire de Tchernobyl. 

    Selon le ministère russe de la Défense, 74 installations militaires ukrainiennes ont été mises hors service, dont 11 aérodromes de l'armée de l'air, 3 postes de commandement des bases navales, 18 stations radar, des systèmes de défense aérienne S-300 et Buk-M1, un hélicoptère de combat et 4 drones d'attaque Bayraktar TB-2.

     

    Armée ukrainienne

    Malgré que les forces armées ukrainiennes aient subi de lourdes pertes, après une attaque à grande échelle de la part de l'armée russe, la situation reste critique. Les médias ukrainiens font état d'avions russes abattus et de chars détruits, mais la partie russe ne confirme pas. Les troupes ukrainiennes ont détruit des forces importantes de la milice de Lougansk; mais cette dernière a réussi à contre-attaquer sur toute la ligne de front. Les forces armées ukrainiennes ont tiré plusieurs roquettes sur Belgorod, ville russe

    Les autorités ukrainiennes demandent à Ankara de fermer le Bosphore et les Dardanelles aux navires russes; de sorte que la Turquie envisage de bloquer le Bosphore à tous les navires russes, dans le but de leur bloquer le passage de la mer Noire à la Méditerranée et vice-versa. Il y a de nombreux vols d'avions de l'OTAN au-dessus de la mer Noire, dans l'espace aérien international près de l'espace aérien de l'Ukraine, et dans l'espace aérien de la Roumanie et de la Bulgarie.

    À suivre... 

  • 24/02/303 : la Grande Persécution dans l'empire romain

    24 février 303 : Premier édit de la «Grande Persécution»

    Désireux de renforcer la cohésion culturelle et politique de l'empire romain, l'empereur Dioclétien lance les persécutions contre les communautés chrétiennes, refusant de se conformer aux pratiques religieuses traditionnelles. Il y aura peine d'emprisonnement et exécutions.

    Tout commence en 299, lorsque Dioclétien exclut de l'armée les soldats baptisés; car ceux-ci refusent de verser le sang ! Puis, de février 303 à février 304, quatre édits impériaux ordonnent de brûler les livres saints et de raser les églises partout dans l'empire.

    La «Grande Persécution» atteint son paroxysme avec un édit qui prescrit au début de 304 un sacrifice général dans tout l'Empire, sous peine de mort ou de condamnation aux travaux forcés dans les mines. 

    H1433i2

  • Donbass : ukrainien ou russe : la guerre est commencée

    Des ukrainiens pro russes manifestent a donetsk le 9 mars 2014 4837312Au cours de la semaine dernière, plusieurs centaines de mercenaires étrangers, peut-être quelques milliers, sont arrivés des États-Unis, d'Europe et du Moyen-Orient, pour épauler l'armée ukrainienne. Aussi, des informations sur la destruction de mercenaires américains dans le Donbass sont diffusées amplement sur les réseaux sociaux, tel que Telegram. 

    L'artillerie lourde ukrainienne frappe à grande échelle les infrastructures civiles stratégiques les plus importantes des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk, tel que les gazoducs, les routes, les voies ferrées et les systèmes d'approvisionnement en eau. L'armée ukrainienne a pénétré le territoire de la République Populaire de Donetsk, en prenant d'assaut la municipalité de Pantéléimonovka. Les attaques semblent cependant avoir été repoussées; de sorte qu'après plusieurs tentatives infructueuses, l'armée ukrainienne a miné le territoire adjacent à la ville, dans le but de ralentir l'arrivée de la milice de Donetsk, qui démine en ce moment la région. Des frappes de représailles des forces de Donetsk près d'Avdiivka, ont détruit des positions de l'armée ukrainienne

    La situation est critique, de sorte qu'il faut s'attendre qu'au cours des prochains jours, la Russie envoie ses principales forces actuellement concentrées à la frontière des républiques du Donbass, non loin de la ville russe de Rostov. Certaines troupes russes sont d'ailleurs déjà entrées dans le Donbass et prêteront éventuellement mains fortes aux Forces russophones de Donetsk et de Lougansk. Même s'il n'y a pas de commentaires pour l'instant de la part de la Fédération de Russie, il est prévu que dans les prochaines 24 heures, les systèmes russes de défense aérienne Pantsir, Tor et Buk seront déployés dans le Donbass, pour augmenter considérablement la capacité de défense des deux républiques contre les attaques aériennes des drones de frappe ukrainiens Bayraktar TB2 de fabrication turque. Jusqu'à présent, il n'y a pas de commentaires officiels non plus de la part des Forces armées ukrainiennes, même si les drones Bayraktar TB2 opèrent au-dessus de Pervomaisk. Selon les citoyens des républiques populaires, de nombreuses colonnes de véhicules militaires russes entrent dans le Donbass. 

    140316 tc0et celebrations crimee sn1250Au cours des dernières 24 heures, les forces de Donetsk et de Lougansk ont frappé eux aussi à grande échelle les positions de l'armée ukrainienne. Des véhicules blindés ukrainiens ont été détruits à l'aide de missiles guidés antichar de fabrication russeLes Forces de la République populaire de Lougansk ont ​​stoppé les forces armées ukrainiennes près de Kamyshevakh, à l'aide de roquettes Grad de fabrication russe. Des pertes importantes sont signalées dans les rangs de l'armée ukrainienne, puisqu'une superficie de 8 hectares a été couverte par les tirs.о 

    La Biélorussie confirme qu'au cours des dernières 24 heures, des vols d'avions de transport militaire, de chasseurs et d'hélicoptères, de même que le transport de véhicules blindés lourds des pays de l'OTAN, ont été remarqués dans le sud-est de la Pologne, près de la frontière biélorusse. Dans ce contexte, la Russie a élevé dans le ciel deux avions aéroportés d'alerte avancée et de contrôle (AWACS) A-50U à partir de Baranovichi. 

    De nombreuses pannes dans le fonctionnement de la navigation, du GPS et des signaux radio, sont enregistrées au centre de l'Ukraine, probablement dû aux complexes russes de guerre électronique Krasukha-4. 

  • 21 février 1916 : débute la bataille de Verdun !

    L'armée allemande voulant en finir avec la guerre de positions, qui dure déjà depuis dix-huit mois, projette de saigner à blanc l'armée française par des bombardements intensifs. Tout commence dès 7h30, un déluge de feu s'abat sur les forts de Verdun et les tranchées de trois divisions françaises. L'infanterie allemande monte à l'assaut, certains soldats équipés de lance-flammes! Une première pour cette arme dévastatrice. 

    Tenir !

    Les poilus résistent héroïquement au premier choc, en dépit de la perte d'un fort. Du tac au tac, le commandant de la IIe Armée française, Philippe Pétain, riposte. En 24 heures, 6 000 camions remplis de soldats montent au front. L'assaut allemand est repoussé et la brèche colmatée. Les attaques se renouvèlent durant plusieurs mois, sans cesse contenues. « On les aura ! » s'exclame Pétain le 10 avril. Les troupes françaises sont constamment renouvelées; de sorte que par rotations, toute l'armée française passera par l'enfer de Verdun! Le 22 juin apparaissent les terrifiantes bombes au phosgène, un gaz qui tue en quelques secondes! 

    Contre-offensive

    Le 1er juillet survient enfin l'offensive de la Somme, destinée à soulager le front de Verdun. Elle se solde par un échec sanglant! La bataille de Verdun se termine finalement le 15 décembre 1916. Elle aura duré dix mois! L'avantage demeure aux Français, mais au prix d'une hécatombe terrible! Verdun est le tournant de la Grande Guerre et pour les poilus, le symbole de toutes ses horreurs! Du côté français, les pertes (morts, blessés et disparus) sont de 379 000! Du côté allemand : 335 000! 

    Ce qui en fait la bataille la plus meurtrière de la Grande Guerre 1914-1918, après l'offensive de la Somme! Certains surnomment cette bataille : L'abattoir de Verdun!

    Source :

    Hérodote, l'encyclopédie de l'histoire

    File6ohotzvxud21d5azkljr