Syrie, Assad reste ou pars

 

Basharal assad1ap 696x391Dans une guerre, lorsque les tensions montent, les belligérants en sueurs grimpent péniblement, jusqu'au sommet du pic final. Plus souvent qu'autrement un sommet en cache un autre et encore un autre, toujours plus haut. Il y en a trois ou quatre comme ça. Lorsque le sommet du pic final est atteint, un des deux clans s'écroule subitement, totalement et brutalement jusqu'au ras des pâquerettes et ne pourra jamais plus remonter la pente. Au sommet du pic final, il n'y a de place que pour le vainqueur. Le perdant s'efface avec le temps à tout jamais.

Dans cette guerre, après quelques sommets qui en cachaient quelques autres, il semble que ce soit le pic final que nous soyons en train d'atteindre. Dorénavant, un des deux clans fléchira avant de s'écrouler.

Premier sommet, le 5 juin 2013 : la reprise de Qousseir par l'Armée Arabe Syrienne et le Hezbollah. Avant l'armée perdait. Depuis, sans être un ras-de-marée, elle gagne.

Deuxième sommet, août 2013 : Massacre de la Ghouta : Le rapport d'enquête de l'ONU confirme l'utilisation d'armes chimiques, "roquettes surface-surface contenant du sarin, produit neurotoxique" mais n'avance aucune responsabilité d'une partie ou de l'autre. Cependant, les Américains condamnent ouvertement le gouvernement Assad et sont à quelques minutes de le bombarder, lorsqu'un accord sort subtilement de la manche des Russes. Les Syriens se débarrassent de leur stock d'arme chimique et les Américains ne bombarderont pas. Ici, le gouvernement a chancelé, titubé mais n'est pas tombé. Mais après, il perd, gagne et reperd.

Troisième sommet : Septembre 2015, l'arrivée de l'armée russe. Assad ne cesse de gagner du terrain. Il avance constamment lentement mais sûrement.

Quatrième sommet : La libération d'Alep, le Stalingrad syrien. Depuis les forces syriennes avancent de façon constante et définitive. Ça semble irréversible.  

Avant d'atteindre le dernier sommet, il y a eu quelques montées et descentes sur le terrain. Comme le bombardement par l'aviation israélienne. La Syrie rétorque avec ses S-200, conservant ses S-300 pour un conflit majeur. S'il y a reprise, la Syrie rétorquera avec des missiles Scuds sur Israël, et Tel-Aviv détruira le système de défense syrien. Donc la Syrie se servira de ses S-300. On sent qu'on se rapproche du pic final. 

Presque simultanément, l'armée turque est bloquée au nord du pays. Le dernier pic n'est pas loin.

Puis, al Qaïda en tête, l'Armée Syrienne Libre sous ses ordres avec quelques groupes salafistes attaquent Damas, Deraa et Hamah, échec total. Donc, ces groupes ne devraient plus être capable de remonter la pente. Ils sont bloqués et dans le gouvernorat d'Idlib l'armée syrienne les attaque en bombardant leurs dépôts d'armes avant l'assaut final. Ça sent le sommet. 

Les Turcs qui ne voulaient plus d'Assad sont maintenant capables de vivre avec. Le secrétaire d'état américain déclare : « le sort du président Assad, à long terme, sera décidé par le peuple syrien ». Même la France emploie un langage similaire. Le clan Assad semble vainqueur. Le pic final et la victoire ne sont pas loin, on semble les voir à travers une faible brume. Puis, le clan Assad s'étant endormi, coup de théâtre!

Pic final ou du moins on arrive dessus : Avril 2017, bombardement syrien d'un dépôt d'armes d'al Qaïda. Selon Washington, il y a eu utilisation du gaz sarin par le gouvernement Assad. Selon ce dernier c'est dans le dépôt bombardé qu'était cachée l'arme chimique. Les deux versions se valent. 86 morts, dont 27 enfants, et plus de 160 blessés. À noter que le président Assad est un analyste hors du commun sur le Moyen Orient. Autrement dit, ce n'est pas un deux de pic. Ce serait étonnant qu'en pleine victoire, il utilise le gaz sarin.

Les Américains bombardent la base militaire aérienne d'où est parti le bombardement. 59 missiles Tomahawks sont tirés. 23 atteignent la cible. La base est abîmée mais est de nouveau opérationnelle 24 heures plus tard. Il semble qu'il y aie une possibilité que les Russes aient peut-être utilisé leur système « Krasuha-5 » capable d’agir sur les GPS des missiles ennemis. 60% des Tomahawks sont tombés en Méditerranée. L'Amérique affirme avoir détruit 20% de la flotte aérienne syrienne.

La frégate russe « Admiral Grigorovich RFS-494 » (navire furtif) rejoint le USS Ross et le USS Porter, les deux navires américains qui ont tiré les Tomahawks. Le plus gros sous-marin du monde est envoyé par Moscou près de la Norvège et du Danemark dans ce que les Russes appellent la piscine de l'OTAN. Moscou abandonne la « Hot Line » avec Washington. 

De sorte que le pentagone diminue énormément le vol de ses avions au dessus de la Syrie de peur qu'ils se fassent descendre par les Russes. D'ailleurs un avion de reconnaissance américain a dû rebrousser chemin lorsqu'il a été mis en joue par l'armée syrienne. La Belgique abandonne ses vols en Syrie.

Les États-Unis affirment fermement qu'ils rebombarderont si l'arme chimique est de nouveau utilisée. Le président Poutine prévient que des agents à la solde de l'ennemi peuvent réutiliser l'arme chimique dans le seul et unique but de faire passer la chose sur le dos du gouvernement Assad, pour qu'il subisse d'autres bombardenements. La Russie, l'Iran et le Hezbollah s'unissent pour augmenter la défense de Damas. Même que la Russie et l'Iran répondront par la force pour défendre la Syrie. Les Russes augmentent le système « Krasuha-5 » dans le but d'augmenter le pourcentage de leur succès contre les missiles américains. Il n'est pas question pour eux de couler un navire américain. 

Les Russes et les Syriens continuent toujours de bombarder les dépôts d'armes d'al Qaïda dans la région d'Idlib. 

Le G7 (États-Unis, Allemagne, Japon, Royaume-Uni, Canada, France, Italie) n’est pas parvenu à une décision visant à renforcer les sanctions contre la Russie et la Syrie. Les ministres des Affaires étrangères du G7 ont discuté du dossier syrien avec ceux de la Turquie, des Émirats arabes unis, de l'Arabie saoudite, de la Jordanie et du Qatar. Ils sont tous d'accord sur leur vielle marotte « il faut qu'Assad s'en aille ». Ils ne voient aucune place dans le futur de la Syrie pour Assad. Ils ne se préoccupent pas du fait que la Syrie deviendrait alors totalement instable comme l'Irak et la Libye. Tout ce qui compte pour eux c'est qu'Assad s'en aille. Ils ne font pas la même guerre que leurs ennemis. Ils ne vivent pas dans la même dimension. 

Rex Tillerson, secrétaire d'état américain rencontrera M. Lavrov à Moscou. M. Poutine ayant refusé de le rencontrer. Rex Tillerson : "La Russie doit choisir entre deux options. Soit avoir de bonnes relations avec les États-Unis et ses alliés. Soit continuer à soutenir l'Iran, le Hezbollah et Bachar al-Assad. En même temps, le président Trump affirme qu'il n'envahira pas la Syrie. Donc la Russie choisira Bachar, l'Iran et le Hezbollah. Vous ne trouvez pas qu'on se rapproche de la finale. 

Pendant ce temps, l'armée arabe syrienne élargit sa tête de pont à Palmyre et repart vers le Sud-Ouest, l'objectif est de reprendre les monts Suwanet Al Amra avec les mines de phosphates, rappelons qu'il y a une pénurie d'engrais en Syrie en ce moment.

Le président Pouitne est structuré et au point de vue tactique et stratégique, est souvent un cran en avance sur les autres. Exemple : le règlement de la crise de la Ghouta. Il a des forces militaires sur le terrain, c'est ce qu'il lui donne l'avantage. Les forces américaines ne peuvent absolument pas attaquer l'armée russe et les pays occidentaux ne semblent pas intéressés à s'impliquer d'avantage militairement. Aux États-Unis, l'unanimité n'est pas là. Les Américains ont besoin d'une très bonne raison pour attaquer l'armée d'Assad, genre l'arme chimique ou une perte significative de leur armée causée par l'armée syrienne. Mais compter sur eux pour trouver une raison s'il le faut.

S'il faut croire le clan occidental, il suffit que le président russe dise, «Assad s'en va» et ils n'ont plus d'argument. Il ne le dira pas. Il dira c'est au peuple syrien à décider ou comme on lui connaît, il sortira un règlement surprise de sa manche. Trump aussi peut être surprenant, son bombardement l'était. Maintenant, on sait que l'élément surprise fait parti de la guerre.

Ne pas oublier que la Russie ne peut reculer. Car ce serait son déclin qui commencerait. Les Occidentaux considèrent qu'ils n'ont jamais perdu et ils n'aiment pas perdre la face. Eux aussi s'ils perdent, c'est le déclin du monde unipolaire qui commence. 

N'oublions surtout pas que ces deux pays possèdent la première armée et la deuxième armée au monde. C'est risqué. On leur fait confiance mais avons-nous raison de leur faire confiance ? C'est bizard, mais j'ai plus confiance aux Russes. Je les perçoie beaucoup plus terre à terre. 

Alors à propos d'Assad, pourquoi ce ne serait pas le peuple syrien qui déciderait ? 

 

 

 

site web internet blog site

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site