Syrie, 7 ans de guerre civile

Images 6

Sept ans de guerre jour pour jour, 7 millions d’expatriés, six millions de déplacés dans le pays, 465 000 morts, sans compter les blessés. Pas de trêve ou de cessez-le-feu en vue.

À ne voir dans le conflit syrien qu’une révolution du Printemps arabe réprimée par le régime sanguinaire de Bachar el-Assad, l’Occident s’est mis un doigt dans l’œil jusqu’au coude et est passé totalement à côté de la réalité du conflit.

La population sunnite, majoritaire dans le pays, a commencé la révolution, contestant la mainmise de la minorité alaouite. Les démocrates pro-occidentaux ont très vite été submergés et éliminés de cette révolution, malgré l’implication des Américains qui entrainaient et armaient ces derniers, sous le vocable de l’Armée Syrienne Libre. Ces pro-démocrates, qu’on appelait aussi les modérés, aussitôt sortis des camps d’entrainement, rejoignaient avec leurs armes, à la va comme je te pousse, les islamistes sunnites, eux-mêmes divisés en plusieurs factions. Les islamistes sunnites ont donc rapidement contrôlé les forces de la rébellion, financés entre autre par le Qatar, l’Arabie saoudite et aidés par la Turquie. Les Sunnites ont malheureusement été vite dominés par les islamistes.

Les minorités syriennes, soit les chrétiens, Druzes, Alaouites, Chiites et Kurdes, se sont mis à craindre et avec raison, la prise du pouvoir par ces islamistes sunnites, qui sont en quelque sorte des salafistes, qui veulent à tout prix, instaurer comme base de fonctionnement dans la société syrienne, rien de moins que la charia. Face à cette mouvance, une partie de la communauté sunnite a elle-même rejoint le gouvernement syrien. Les autres forment les 13 millions de déplacés à l’intérieur et hors du pays. Ces déplacés étant pour la majorité des Sunnites.

La guerre n’en finit plus. Les différentes communautés du pays, les puissances régionales et les grandes puissances attisent le feu, en y mettant de l’essence à grands coups de soufflet.

Les islamistes veulent instaurer la charia. Le gouvernement syrien n’en veut absolument pas. L’Arabie saoudite redoute la constitution d’un arc chiite continu, allant de l’Iran au Liban en passant par l’Irak et la Syrie. Israël n’accepte pas que des milices iraniennes et du Hezbollah campent en Syrie, à deux pas de sa frontière.

Les Kurdes veulent le fédéralisme. Les autres Syriens n’en veulent absolument pas, craignant que le pays n’y survive pas. Et c’est probablement vrai que le pays n’y survivrait pas. La Turquie ne veut pas d’un Kurdistan indépendant à sa frontière. Les Américains soutiennent les Kurdes, mais semblent glisser tranquillement du côté des Turcs. La Russie veut sortir les Américains du jeu et jusqu’à maintenant semble sur la voie d’y réussir. Car les Russes se servent des Turcs pour faire plier les Kurdes. Les Kurdes se voient ainsi obligés de rejoindre tranquillement les Russes et le gouvernement syrien, à cause du manque d’appui des Américains qui, eux, ont très clairement établi qu’ils n’appuient pas les Kurdes contre les Turcs. Ils ont déjà accepté la prémisse que les Kurdes doivent quitter Mambij au profit des Turcs, mais ils ne savent pas comment le faire.

Ce qui semble clair, c’est que ceux qui sont impliqués militairement sur le terrain ont le dessus sur ceux qui financent sans s’impliquer avec leur armée. L’Arabie saoudite, le Qatar et autres qui financent les rebelles islamistes, perdent continuellement du terrain. Ils le savent. Ils continuent uniquement pour détruire d’avantage le pays. Un jour ou l’autre, leurs poulains islamistes seront totalement éliminés et mis hors circuit.

Les Américains, impliqués militairement, s’appuient sur les Kurdes. Mais, ils ne sont maintenant qu’en position défensive. Ils ne peuvent plus gagner de terrain, sans faire face aux Russes. Et si on ajoute la fameuse politique de leur président : « America first ». On s’aperçoit qu’ils ne s’enliseront pas davantage dans cette guerre. S’ils voulaient s’y impliquer, ils financeraient le développement économique dans les régions que les Kurdes contrôlent. Ce qu’ils ne font pas.

Les Russes s’impliquent militairement et économiquement. Leur armée est en position offensive. Ils gagnent encore et toujours du terrain.

Damas s’implique aussi militairement et économiquement. Son armée gagne du terrain. Les régions qui vivent sous la protection de Damas s’améliorent tranquillement économiquement, ce qui n’est pas le cas dans les régions sous la domination des Kurdes ou des Américains et encore moins sous le joug des islamistes.

Les Turcs en ce moment sont en grande offensive militaire. Ils ont obtenu l’aval des Russes. Ils utilisent des milliers de soldats arabes djihadistes et turkmènes radicalisés de l’Armée Syrienne Libre comme la Brigade de Faylaq Al-Cham ou celle du Sultan Mourad. Erdoğan souhaite créer dans la zone d’Afrin une sorte d’armée permanente du nord qui pourrait pousser son occupation jusqu’à la ville de Manbij, voire au-delà.

Donc, ils commencent par prendre la région d’Afrin et encerclent la ville du même nom, mais Damas ne les appuient pas. Même que le gouvernement syrien leur demande de retourner chez eux. Les Kurdes à l’est de l’Euphrate sont venus augmenter la défense d’Afrin. Ce que n’appuient pas les Américains. Les Syriens les laissent passer sur leur territoire pour rejoindre Afrin et des milices pro-syriennes renforcent la défense d’Afrin.

L’armée turque avance aussi dans la région d’Idlib et d’Alep pour augmenter ses postes d’observation. Comprendre : qu’ils veulent faire cesser l’avancée de l’armée syrienne sur Hayat Tahrir al Sham et ses alliés, dans cette région. Ils leur ont demandés d’ailleurs d'arrêter à plusieurs reprises avant de s’avancer sur le territoire syrien.

Ce qui fait que l’armée syrienne a cessé son offensive dans la région d’Idlib et est allé plutôt défaire les islamistes de la Ghouta orientale dont plusieurs sont financés par l’Arabie saoudite. L’armée syrienne ne peut soutenir qu’une seule grande offensive à la fois.

Une fois la Ghouta reconquise, elle se dirigera ailleurs, probablement vers la campagne d’Hama où les islamistes viennent d’y faire une offensive en reprenant deux villes. Ce sera plus facile qu’à la Ghouta. Après, il y aura Deraa et le Golan. Je parierais pour Deraa avant le Golan syrien. Israël, c’est un peu comme un pyromane. Il se sent entouré d’ennemis et au lieu d’essayer de s’entendre avec eux, ils foncent dedans de la façon la plus violente possible.

Aucun respect pour les Palestiniens. Israël s’accapare massivement de leurs terres et les tuent un à un de façon tout à fait normal pour lui. Israël est dirigé par des êtres dangereux  qui n’écoutent même pas l’ensemble de la planète qui les critiquent. Par contre, la seule chose qu’ils comprennent est aussi la violence. Ils respectent les Russes parce que les Russes sont plus puissants qu’eux.

Mais, il faudra bien que l’élite de l’armée syrienne retourne à Idlib. C’est ce qui arrivera au moment opportun.   

 

site web internet blog html site

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site