Chronologie des manifestations iraniennes, le gouvernement encore une fois : gagnant !

 

Files upload 17654

 La Tour Azadi à Téhéran 

Chronologie des manifestations en Iran

Selon le "United States Institute of Peace", le 28 décembre 2017, une manifestation est organisée à Mashhad, deuxième ville d'Iran, à cause de l'augmentation jusqu'à 40% du prix des aliments de base, comme les œufs et la volaille. La manifestation s'est transformée en manifestation anti-gouvernementale et s'est étendue à plus de 80 villes à travers le pays. Ces manifestations étaient les plus grandes depuis la révolte du mouvement vert en 2009. Ce qui suit est une chronologie de ces manifestations.

Carte de Protests.jpg

Source: Les militants des droits de l'homme en Iran

28 décembre - Dans le nord-est du pays, une manifestation est organisée via les médias sociaux à Mashhad, deux millions d'habitants. Les manifestants scandent « Mort à Rouhani » et « Mort au dictateur ». La police utilise les canons à eau pour disperser la foule. Selon BBC News, 52 personnes y sont arrêtées. D'autres manifestations plus modestes celles-là, sont signalées dans la même région à Neyshabour et Kashmar. 

29 décembre - Les villes de Rasht, Qom, Ispahan, Zahedan et Kermanshah suivent. Les protestations sont de taille modeste, de 100 personnes à 1 000. 

30 décembre - Des manifestations se forment dans neuf autres villes, dont Téhéran, Chiraz, Kohrramabad, Zanjan, Ahvaz et Najafabad. Ça dégénère à Dorud, dans l'ouest du pays, où les manifestants deviennent violents. Deux y auraient été tués. 

Des manifestations imposantes pro-gouvernementales ont lieu dans 1 200 villes, y compris Téhéran et Mashhad. 

31 décembre - Les violences continuent pour la quatrième nuit d'affilée. 200 personnes sont arrêtées à Téhéran et 80 à Arak. Des manifestations sont signalées à Sanadaj, Kermanshah, Shahin Shahr, Chabahar, Ilam et Izeh. Il s'agit toujours de casseurs. Dans Shahin Shahr, des vidéos montrent clairement des manifestants attaquant la police. Les forces de l'ordre déclarent : "Si les gens manifestent dans la rue contre les prix élevés, ils n'ont pas à brûler les biens publics."

Le président Hassan Rouhani tente de calmer le jeu. il déclare : « Nous sommes une nation libre, et sur la base de la Constitution et des droits de la citoyenneté, les gens sont complètement libres d'exprimer leurs critiques et même leurs protestations. La résolution de certains problèmes n'est pas facile et demande du temps. » Il déclare également que le gouvernement ne fera preuve d'aucune tolérance envers ceux qui endommagent les propriétés publiques. Les autorités restreignent l'accès d'Instagram et de Telegram, utilisés par les manifestants. 

1er janvier - Dix personnes auraient été tuées pendant la nuit lors des manifestations anti-gouvernementales violentes, portant le nombre de morts à 12. Les tirs ont été responsables de huit morts. Dans la ville centrale de Najafabad, un manifestant a ouvert le feu sur la police, tuant un officier et en blessant trois autres. D'autres affrontements avec la police et des attaques contre des postes de police ont été  signalés dans la ville centrale de Qahderijan et dans la ville occidentale de Kermanshah. 

2 janvier - Des manifestations violentes éclatent à Tabriz, Gohardasht et Eslamabad-e-Gharb. La police utilise les gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants à Ahvaz. Des vidéos montrent des bombes flash et des grenades lancées dans les villes de Rasht et Karaj. Depuis le 31 décembre, plus de 450 personnes ont été arrêtées. 

Le guide suprême, l'ayatollah Khamenei accuse les ennemis de l'Iran de provoquer les troubles. « Les ennemis de l'Iran utilisent divers moyens, y compris l'argent et les armes pour troubler la République islamique. L'ennemi est toujours à la recherche d'une opportunité et d'une crevasse pour infiltrer et frapper la nation iranienne. »

Lors d'un appel téléphonique avec le président français, le président Rouhani affirme que le groupe Mujahedeen-e-Khalq (MEK) est responsable de l'incitation à la violence et appelle la France à cesser d'accueillir la faction exilée. Le procureur général iranien Montazeri déclare que la CIA et le Mossad sont derrière les émeutes. « Les ennemis utilisent les dollars alloués par les Saoudiens. » 

3 janvier - Les émeutes bien que toujours modestes en nombre de manifestants continuent à Téhéran, Ahwaz, Hamadan, Ispahan et Lorestan. Les rassemblements les plus importants ont atteint un maximum de 1 500 personnes. Par contre, plusieurs centaines de milliers d'Iraniens participent aux rassemblements pro-gouvernementaux, notamment à Kermanshah, Ilam, Ahvaz, Gorgan et Qom. 

Dans une lettre adressée aux Nations Unies, l'Iran accuse les États-Unis d'ingérence grotesque dans les affaires intérieures de la République islamique. 

4 janvier.  - Après une semaine de casse, les émeutes anti-gouvernementales diminuent ostensiblement. Les forces de l'ordre suffisent à la tâche. L'armée n'a pas été obligée d'intervenir. Au total, 50 000 personnes ont participé à ces manifestations anti-gouvernementales. Par contre, des centaines de milliers d'Iraniens se rassemblent en soutien au gouvernement pour la deuxième journée consécutive dans de nombreuses villes à travers le pays, y compris Mashhad. 

Le procureur général iranien, dénonce  l'Américain Michael D'Andrea, ancien chef du Counter Terrorism Center de la CIA. Il serait en charge d'une salle d'opération composée d'Américains, d'Israéliens et de Saoudiens dont le but serait de fomenter les troubles. Les Etats-Unis nient toute implication. 

5 janvier  - Le dernier test. Selon Associated Press, les anti-gouvernementaux n'ont sorti que faiblement après les prières du vendredi dans les rues de Téhéran. Tandis que les pro-gouvernementaux sont sortis encore une fois en masse. Khatami, figure politique importante du clan progressiste en Iran,  affirme que le peuple a été trompé par les émeutiers soutenus par les États-Unis, mais a également appelé le gouvernement iranien à accorder plus d'attention aux problèmes économiques des gens. 

D'ailleurs pour calmer le jeu, le gouvernement a suspendu ses plans visant à réduire les subventions en espèces et à augmenter les prix du carburant. 

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue après les prières du vendredi pour manifester leur soutien au gouvernement pour une troisième journée consécutive. À New York, le Conseil de sécurité des Nations Unies a tenu une réunion d'urgence, convoquée par les États-Unis. 

Au 5 janvier, 22 personnes araient été tuées et plus de 1000 manifestants arrêtés.

 

Press TV

 

site web internet blog html site

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site