Créer un site internet

Le 27 novembre 1999 – En Irlande du nord

Irlande nord map

Le 27 novembre 1999 – En Irlande du nord, le Parti Unioniste d'Ulster (protestant) accepte le principe d'un gouvernement conjoint avec le Sinn Féin, branche politique de l'IRA Provisoire (catholique).

En 1966, les tentatives de rapprochement entre les gouvernements des deux Irlande, poussent les loyalistes vers l'action paramilitaire. Ils forment un groupe armé anti-catholique, l'Ulster Volunteer Force.

En 1969, après l'attaque d'une manifestation catholique par les loyalistes; un ghetto catholique est envahi par la Royal Ulster Constabulary (la police). C’en est trop. Les loyalistes les ont attaqués. Ils se sont défendus et les ont repoussés. C’est-à-dire que ce sont les catholiques qui leur ont cassé la gueule, plutôt que le contraire. Alors la police qui n’était pas là, décide de venir casser elle-même la gueule aux catholiques, chez eux! Un instant! Figurez-vous que les roches ont été lancées sans relâche. Des toits, des fenêtres, des ruelles, des rues, de partout, la police a été attaquée. Les portes des maisons et des appartements se sont ouvertes en un éclair. Des hommes et des femmes en sont sortis rapidement, armés de ce qu’ils ont trouvé sous la main. Les cocktails Molotov voltigent. Les jeunes courent après la police. L’attaquant est devenu l’attaqué. Les boyaux d'arrosage, les grenades lacrymogène, l'anti-émeute ne sont pas de taille. La police se pousse et la population érige une barricade à l'entour du quartier. Comme on dit: Enough is enough ! La collaboration entre les forces de sécurité britanniques et les paramilitaires unionistes, niée par les gouvernements successifs, est aujourd’hui admise.

L'IRA Provisoire, mouvement paramilitaire, qui défend les droits civiques contre la ségrégation confessionnelle que subit la minorité catholique, vient de naître.

L’opposition sur l'avenir de l'Irlande du Nord, entre d’une part, républicains, nationalistes, catholiques et d’autre part, loyalistes, unionistes, protestants, entraîne une montée de violence.

L'IRA provisoire dont le but est de mettre fin à l'autorité britannique en Irlande du Nord et de créer une République irlandaise sur l'ensemble de l'île, affronte les loyalistes de l'Ulster Volunteer Force, qui eux, veulent le statuquo.

Le Sinn Féin s'est investi dans les syndicats, mouvements féministes et associations de quartier. Il dirigeait presque tous les quartiers catholiques. Il a aussi développé une solidarité internationale, surtout contre les dictatures sud-américaines et l'apartheid en Afrique du Sud.

Des deux côtés, il se forme des mobilisations massives et hostiles. En plusieurs occasions entre 1969 et 1998, le conflit déjà très violent, risqua de se transformer en véritable guerre civile. En 1972 lors du Bloody Sunday à Derry/Londonderry, l'armée britannique tire sans scrupule sur les manifestants catholiques, faisant 13 morts. La conséquence sera que dorénavant, l’armée britannique, lors de ses rondes dans les quartiers catholiques, longera carrément les murs, perdant plusieurs de ses soldats aux mains des snipers de l’IRA. Les services secrets britanniques iront jusqu’à assassiner deux membres de l’IRA à Gibraltar. Sans parler de la grève de la faim des prisonniers catholiques en 1981, qui fera 10 morts.

Dès 83, le Sinn Fein se présente aux élections. Gerry Adams, président du parti, devient député de la Chambre des communes.

En 1998, lors de l’accord du Vendredi Saint, le gouvernement britannique reconnaît enfin pour la première fois la dimension irlandaise et le principe que le peuple de l'île d'Irlande dans son ensemble, puisse résoudre les problèmes entre le Nord et le Sud par consentement mutuel, sans intervention extérieure. L’accord établit aussi un gouvernement co-sociatif, composé obligatoirement d'unionistes et de nationalistes.

En 1999, le Parti Unioniste d'Ulster (protestant) accepte le principe d'un gouvernement conjoint avec le Sinn Féin, branche politique de l'IRA Provisoire (catholique).

Les mouvements paramilitaires se désarmeront progressivement, au point de ne plus avoir d’armes en 2005. Le compte exact des victimes varie selon les sources. Mais, on peut généralement admettre environ 3 500 morts et 45 000 blessés.

Les catholiques ont obtenu d’être partie intégrante du gouvernement de l’Irlande du Nord et aussi que le gouvernement britannique laisse les Irlandais régler leurs problèmes entre eux. Mais n’ont pas obtenu le rattachement à l’Irlande. 2 à 1 pour les catholiques. Ce n’est pas si pire !

Par contre aujourd’hui, s'accroît ce qu’on appelle la ségrégation spatiale, entraînant la disparition des quartiers mixtes. En effet, les jeunes générations communiquent moins que leurs parents avec les membres de l'autre communauté. Des Peace Walls sont régulièrement construits entre quartiers catholiques et quartiers protestants, limitant ainsi les risques d'affrontements.

Sources :

Université du Québec à Montréal : Le désarmement de l’Irish Republican Army; de la lutte paramilitaire à la lutte politique, mémoire pour la maitrise en science politique de Marie-Hélène Lafond, août 2011.

Encyclopédie Larousse : Irlande du Nord : Histoire.

Ira hunger strike 1981 protest 310x415 

E43e56600e15c90f188dca19e3e4f9fb

 

site internet blog html site web