Créer un site internet

7 mai 1664 : première fête de Louis XIV à Versailles

Première fête donnée par Louis XIV

Louis xiv king of france in front of the tuilerie castle 1662 follower of charles le brunDu 7 au 13 mai 1664, 1ère des grandes fêtes données à Versailles par Louis XIV : « Les fêtes des plaisirs de l’île enchantée », dédiées à la Reine Mère Anne d’Autriche et à la reine Marie-Thérèse. La fête est dédiée en réalité à Mademoiselle de La Vallière, maîtresse du roi, qui fait sa 1ère entrée publique à la cour. 600 personnes se pressent dans les jardins du château. 6 jours de fêtes qui établissent Versailles comme lieu de réjouissances. Le palais de l’île enchantée ouverte aux plaisirs n’est autre que le château lui-même. En 1664, le château de Versailles est encore loin de celui qui accueillera 18 ans plus tard le Roi et sa Cour à demeure.

Par cette fête, 3 ans après la mort du cardinal Mazarin, son parrain et principal ministre, Louis XIV alors âgé de 26 ans, assoit son autorité royale et décide de gouverner seul.

Le mousquetaire d’Artagnan annonce le début des réjouissances. Au son des trompettes et des timbales, commence la Marche du Roy et de ses chevaliers. La fine fleur des courtisans défile. Sa Majesté coiffée d’un casque de plumes d’autruche rouge vif, revêtue d’une cuirasse de lames d’argent recouverte d’une broderie d’or et de diamants, montée sur un cheval dont le harnais couleur de feu éclate d’or, d’argent et de pierreries, suscite l’admiration de tous. Il est accompagné par des cavaliers tout aussi somptueux, les ducs, comtes et marquis.

Lorsque tout le monde a pris place, une comédienne de la troupe de Molière, adresse des vers à la louange de la Reine. Puis commence la course de bague, qui voit l’affrontement des chevaliers les plus habiles, dont le Roi : les cavaliers doivent décocher de leurs lances un anneau relié à une potence. Le marquis de la Vallière remporte le prix : une épée d’or enrichie de diamants.

Le soir venu, le souper est servi en plein air. 34 violons et flûtes conduits par Lully pénètrent lentement dans les jardins. Après un ballet, 4 acteurs de la troupe de Molière font leurs entrées juchés sur un cheval, un éléphant, un chameau et un ours, accompagnés par 48 serviteurs portant de grands plats sur la tête, costumés en jardiniers, moissonneurs et vendangeurs. Puis au son d’un orchestre de hautbois et de musettes, arrivent les dieux Pan (Molière) et Diane (Madeleine Béjart), sur une machine ingénieuse en forme d’une petite montagne ombragée de plusieurs arbres.

Au son de 36 violons, tout le monde prend place pour la collation. Tout autour, un nombre infini de chandeliers et 200 flambeaux de cire blanche tenus par des serviteurs masqués. Le parc s’illumine de mille feux.

Le 8 mai, place à Molière qui a écrit pour la circonstance « La Princesse d’Elide », comédie galante mêlée de musique composée par Lully et d’entrées de ballet.

Le 9 mai, le ballet du palais d’Alcine est dansé sur un théâtre construit sur l’actuel Bassin d’Apollon et se termine par un feu.

Le 10 est consacré à une « course des têtes », exercice de cavalerie consistant à piquer une tête avec une lance, puis à couper à l’épée une autre tête juchée sur un piquet, le tout en conduisant son cheval d’une main et au galop. Le Roi gagne le prix de la course des dames, une rose de diamants donnée par la reine, qu’il remet en jeu et que gagne le marquis de Coaslin.

Le 11 mai, visite du jardin zoologique. Le soir, après une collation, la troupe de Molière donne une représentation des « Fâcheux », comédie mêlée de musique et d’entrées de ballet.

Le 12, figure une loterie, où sont mises en jeu des pierreries, meubles et argenterie. Le Roi remet le gros lot à la Reine. Puis, la représentation de « Tartuffe » de Molière, comédie sur les faux dévots et hypocrites, connaît un vif succès; mais malgré le soutien du Roi, cette pièce déclenche une violente cabale menée par la Reine Mère et le « parti dévôt ». 5 jours plus tard, la pièce sera interdite par le Roi.

Le 13 mai, un nouveau jeu de course de têtes, où le Roi se distingue à nouveau, puis une représentation du « Mariage forcé » de Molière.

Le lendemain, les derniers invités quittent le château. Le Roi part pour Fontainebleau.

Image : Louis XIV en 1662 par Charles Le Brun

 

site web html blog internet site