Sahara Occidental en guerre totale...

Sahara occ map

Depuis le 13 novembre, la guerre a repris au Sahara Occidental. Le gouvernement sahraoui lance un message urgent à tous les pays du monde, aux autorités publiques et privées, de s’abstenir de mener tous types d’activité sur le territoire sahraoui actuellement en guerre ouverte. Après un cessez-le-feu de 29 ans, la deuxième guerre entre le Front Polisario et le Maroc se déroule en l’absence totale de médias. Les deux parties ayant choisi de ne présenter aucune image de leurs opérations militaires. Une situation rarissime depuis la Deuxième Guerre mondiale, surtout à l’ère des smartphones et des réseaux sociaux. Ce qui n'augure rien de bon du point de vue de la violence. Présentement, il est très difficile ­— voire impossible — pour un média d’atteindre les zones de combats, les deux camps refusant catégoriquement tout accès. Organiser une mission médiatique à partir de la Mauritanie serait suicidaire. L’armée sahraouie détruirait tout véhicule non-identifié ou identifié en tant que média. Même l'ONU se dit impuissante à savoir ce qui se passe depuis la rupture du cessez-le-feu.

Le 15 novembre, Maghreb Arabe Presse, l’agence officielle marocaine, a publié une dépêche faisant état de tirs depuis deux jours de la part des forces sahraouies sur le mur de sable marocain long de 2700km. Cette dépêche a été supprimée dès le lendemain. Le Maroc agit comme si la guerre n’existait pas. Ses médias ont reçu ordre de ne pas aborder ce qui se passe au Sahara Occidental. Selon l’agence de presse officielle sahraouie, les opérations militaires se concentrent pour le moment, essentiellement sur le mur marocain. Il est bombardé quotidiennement par l’artillerie de l’Armée Populaire de Libération Sahraouie et a été touché à 14 endroits. 

Tout a commencé au poste frontière de Guerguerat, à l'extrême sud du Sahara Occidental, là où passe la seule route reliant le Maroc à la Mauritanie et à l'Afrique de l'Ouest : la Nationale 1. Guerguerat lieu où le 13 novembre, 200 véhicules militaires marocains sont intervenus contre des manifestants sahraouis pacifistes protégés par seulement quatre véhicules armés. Ils bloquaient la route vers la Mauritanie. Cette dernière a été fermée côté mauritanien, suite au bombardement de la route pendant deux nuits par les forces sahraouies. La Nationale 1, là où du côté marocain, de grands travaux ont amélioré la route pour faciliter définitivement le trafic civil et commercial. Elle se termine au port de Tanger sur la Méditerranée, un axe routier essentiel pour les relations commerciales du Maroc avec l'Afrique de l'Ouest.

La fermeture de Guerguerat démentie par le Maroc, plonge l'économie marocaine dans le marasme. L’agroalimentaire marocain grand exportateur vers la Mauritanie et les pays d’Afrique de l’Ouest est fortement touché. De plus, le royaume se voit privé des revenus du trafic de résine de cannabis, dont il est le premier producteur mondial. La production automnale de kif sera difficilement exportable vers le Moyen-Orient et l’Asie, via les routes du Sahel. Le Front Polisario dédie des unités entières pour lutter contre ce trafic. Désormais, même les passeurs les plus téméraires n’oseront plus s’approcher des zones de combats. En plus, le Maroc doit puiser dans ses réserves pour financer l’effort de guerre. 

Depuis la semaine dernière, des échanges réguliers de tirs opposent les deux camps le long du mur de sable de 2.700 km érigé par les Marocains. Le Polisario annonce chaque jour des attaques massives sur différents points de ce mur étroitement surveillé par les forces marocaines. Très discret sur les mouvements militaires, le Maroc communique surtout sur la légitimité de sa présence et sur le soutien de tribus sahraouis locales et de pays amis. Les deux camps se livrent une guerre d'informations sur les réseaux sociaux. 

L'ONU appelle les parties à prendre toutes les mesures nécessaires pour faire baisser la tension. Des discussions sont en cours pour relancer le processus de règlement politique, à l'arrêt depuis 2019. La dernière résolution du Conseil de sécurité adoptée le 30 octobre, est jugée favorable à l'esprit d'autonomie marocaine élaborée par le roi du Maroc. Après l'adoption de cette résolution, le Polisario affirme n'avoir d'autre choix que d'intensifier les combats. Le Maroc, qui contrôle les trois quarts du Sahara occidental, ses gisements de phosphate et ses eaux méditerranéennes poissonneuses, veut une autonomie sahraouie sous sa souveraineté.

L'Union Africaine, la Russie et le Mali appellent à la reprise des négociations pour une solution politique négociée, juste et acceptable pour toutes les parties. Le Polisario demande depuis trente ans l'organisation d'un référendum d'autodétermination prévu par l'accord de 1991, mais jamais mis en œuvre. Cuba réaffirme son appui au Polisario.

L'Algérie voisine, souhaite la tenue d’un référendum pour permettre aux Sahraouis de faire leur choix. S’ils optent pour leur rattachement à la monarchie marocaine, l'Algérie respectera leur décision. De même s'ils optent pour l'autodétermination. En attendant elle accepte et ouvre ses bras aux femmes sahraouies, aux enfants sahraouis et aux vieillards sahraouis. Elle ferme ses frontières à toute circulation commerciale du Maroc vers d'autres pays que le sien. Selon la revue Military Watch Magazine, l'Algérie possède le missile balistique russe "Iskander" d'une portée de 500 km, d'une grande précision, d'une grande maniabilité; sa trajectoire étant difficile à prévoir par les systèmes de défense. 

La Mauritanie quant à elle, émet des réserves sur le 2éme mur de sable érigé par le Maroc. Elle le considère trop près de ses frontières. Elle a aussi des réserves sur la démarche unilatérale du Maroc, ainsi que sur la présence des forces militaires marocaines stationnées à Lagouira près de l'armée mauritanienne; alors que cette localité est classée zone démilitarisée depuis des décennies. Le roi du Maroc est attendu en Mauritanie pour discuter de la situation.

À suivre...

Sources: 

Magrheb online : "Opérations militaires, médiatisation, impacts économiques, Sahara Occidental, un conflit hybride" par Tarek Hafid, 22/11/20

TV5 Monde : "Sahara Occidental : que se passe-t-il depuis la rupture du cessez-le-feu ?", 22/11/20 

Algérie Presse Service : "La Mauritanie émet des réserves sur le 2éme mur de sable érigé par le Maroc", 22/11/20

Ujkie54a

 

site internet blog html site web