Créer un site internet

Analyse politique sur différents pays

Biden de plus en plus en avance sur Trump...

Eceb66892761bfc9cecde7c85021356c

Joe Biden en arrivant par la porte-arrière, dépasse de plus en plus Trump dans les sondages... 

Selon l'agence de presse allemande Reuters, les sondages d'opinion démontrent que Biden maintient une avance croissante sur Trump, malgré qu'il est fortement possible que plusieurs milliers de démocrates pro-Sanders ne votent tout simplement pas à la prochaine élection présidentielle, fortement déçus de la façon dont l'establishment démocrate a traité Sanders. Mais un groupe comprenant plusieurs dizaines de Républicains connus, dirigé par John Bellinger III, Ken Wainstein et Robert Blackwill, approuvera publiquement Biden dans les semaines à venir et fera campagne pour lui, lors de l'élection du 3 novembre. Ils feront valoir que Trump met en danger la sécurité nationale du pays et que les électeurs républicains devraient considérer Biden comme le meilleur choix, malgré les différences politiques. D'autres groupes de républicains anti-Trump s'opposent également à sa réélection, notamment le "Lincoln Project", qui diffuse des publicités anti-Trump. Et Trump ne réussit pas à remplir les stades lors de ses rencontres avec ses supporteurs. 

Il a suscité de vives critiques de la part de plusieurs membres de l'establishment militaire, notamment d'éminents généraux à la retraite tels que James Mattis, son premier secrétaire à la Défense et Colin Powell, qui a été secrétaire d'État sous George W.Bush. Les deux dénoncent la réponse de Trump aux manifestations qui ont éclaté après la mort le 25 mai dernier, d'un afro-américain nommé George Floyd à Minneapolis. La critique a été provoquée par les appels de Trump à une réponse militarisée aux manifestations dans les villes américaines contre le racisme et la brutalité policière et sa gestion de la pandémie du coronavirus. ​En outre, l'actuel officier supérieur américain, le général Mark Milley, a regretté d'avoir rejoint Trump dans une promenade de la Maison Blanche à une église voisine, après que les manifestants ont été expulsés de force par les autorités. Powell, Mattis et Milley galvanisent les gens pour soutenir Joe Biden. Plus récemment, l'ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton, a déclaré que Trump n'était pas apte à être président.

TJ Ducklo, porte-parole de la campagne de Biden, a déclaré : "Joe Biden se présente aux élections présidentielles pour unir ce pays et défaire le chaos de Donald Trump, et nous construisons la coalition la plus large possible pour se faire, comprenant des républicains horrifiés, par ce qu'ils ont vu au cours des quatre dernières années. Trump a mal géré la politique étrangère américaine et nuit aux relations avec les alliés des États-Unis".

Ajoutons que normalement la très grande majorité des électeurs partout dans le monde, vote généralement en faveur de la stabilité. En ce moment, il y a deux instabilités flagrantes aux États-Unis : les manifestations violentes contre le racisme que Trump dénigre, au lieu de régler le problème par des actions anti-racisme systémique et la pandémie du coronavirus mal gérée. 

Je sais, Trump avait surpris tout le monde en gagnant les élections. Mais je ne pense pas que ce soit possible une seconde fois. Trop d'indices contre lui.  

Source : Reuters. 

Négociations entre Américains et Irakiens...

Eteb0ndxqaazjco

                                            Roquettes Katyusha 

La base militaire américaine de Taji a été la cible de 2 roquettes Katyusha, qui ont causé quelques dégâts mineurs. Aucun mort et aucun blessé n'a été signalé et aucun groupe n'en a revendiqué la responsabilité. Les 2 missiles sont tombés du côté irakien de la base et non du côté américain. 

L'attaque à la roquette survient à l'occasion du sixième anniversaire de la fatwa de l'ayatollah irakien Ali Sistani, qui a aidé à créer les Unités de Mobilisation Populaire financées par l'Iran, pour lutter à l'époque contre l'État islamique. Depuis octobre, au moins 30 attaques ont visé les troupes américaines, même si elles étaient plus rares ces derniers mois. La base a été à plusieurs reprises ciblée et en mars, deux Américains et un soldat britannique y ont été tués, tandis qu'une douzaine de soldats locaux y étaient blessés, suite à un barrage de roquettes.

C'est la 3e attaque ce mois-ci, quelques jours seulement après que Washington et Bagdad ont commencé des pourparlers stratégiques sur la présence des troupes américaines dans le pays, des milices soutenues par l'Iran agissant en dehors de l'État et de la crise économique de l'Irak. Avant le début des pourparlers, une fusée a atterri à quelques centaines de mètres de l'ambassade américaine. Une autre attaque à la roquette a frappé mardi la périphérie de l'aéroport de Bagdad, qui comprend une base militaire utilisée par les Américaines. Aucun blessé ni aucun dommage. 

Le sentiment anti-américain est à la hausse suite à l'assassinat par Washington, le 3 janvier dernier, du général iranien Soleimani et du haut commandant irakien du groupe "Hashd al-Sha'abi" faisant parti des Unités de Mobilisation PopulaireLes groupes de résistance irakiens ont juré de venger ces assassinats, mais nient tout rôle dans les attaques à la roquette. Deux jours après les assassinats, le Parlement irakien a voté une résolution appelant à la fin de la présence de toutes les forces étrangères, y compris les Américains. Washington avait alors menacé de sanctions, si les troupes américaines étaient expulsées du pays. 

Le secrétaire d'État adjoint américain David Schenker, a pour sa part déclaré que l'Irak s'était engagé à s'acquitter de ses obligations, en ce qui concerne les attaques de milices visant la présence américaine. Aussi, le commandement des opérations conjointes de l'Iraq a indiqué qu'une enquête sur l'attaque a déjà débuté.

Les Américains qui accusent les factions armées irakiennes pro-iraniennes d’être responsables de ces attaques, se sont déjà retirés de plusieurs bases et on annoncé jeudi dernier, qu’ils allaient réduire davantage leur présence militaire en Irak. Pendant que le premier ministre Kāẓimī  confirme que son gouvernement s'appuie sur la souveraineté irakienne dans son dialogue avec l'Amérique et souligne que l'Irak sera un champ de paix et non une scène de lutte avec les forces extérieures. 

Sources : Agence de presse internationale du coran; Al-Masdar News; Jerusalem Post; Journal de Montréal; National Post; New York Times; Press TV; RT; Rudaw Kurdistan. 

12 6 2020 2

 Le premier ministre Kāẓimī 

Libye : Le GAN prend Syrte et la perd aussitôt...

Eaa2zzswkaimcls

La semaine dernière, faisant reculer l'Armée Nationale Libyenne (ANL) du maréchal Haftar, les forces du Gouvernement d'Accord National (GAN), soutenues par l'Armée turque et les mercenaires syriens, ont avancé sur plusieurs fronts autour de Tripoli, reprenant les frontières administratives de la capitale, dont l'aéroport international, hors service depuis 2014, la base aérienne d’Al-Wattia et la ville de Tarhouna. C'est alors qu'Al-Sirraj chef du GAN, gonflé à bloc par ses gains, rejette la proposition du Caire lancée samedi par le président égyptien El-Sisi, de résoudre la guerre libyenne par négociations.

Le GAN continue donc son avancée militaire en attaquant le croissant pétrolier. Soutenu par de lourdes frappes de drones turcs, le GAN capture la ville d'Al-Washaka et plusieurs autres zones, après une violente bataille contre l'ANL. De sorte que des combats intenses ont éclaté hier près de Syrte. Les forces pro-GAN ont resserré le contrôle sur Al-Washaka et avancé sur 3 axes jusqu'au centre-ville de Syrte. La bataille pour la ville portuaire semblait terminée, lorsque tout à coup les attaquants ont été frappés de plein fouet et ont subi de lourdes pertes. La contre-attaque rapide et féroce de l'ANL a repoussé le GAN, hors de Syrte. Le but du GAN serait de s'emparer des puits de pétrole aux alentours de la ville. 

Puis, un énorme convoi de l'Armée égyptienne s'est déployé à la frontière Libyenne, sans entrer dans le pays. Des vidéos sont apparues sur les réseaux sociaux, dévoilant une grande colonne de porte-chars égyptiens se dirigeant vers la frontière de la Libye, de même que des trains transportant du matériel et des véhicules militaires. L'Armée égyptienne est accusée de se déplacer pour aider l'ANL contre le GAN soutenu par la Turquie. Le Caire n'a fait aucune déclaration concernant ce déploiement militaire. Les autorités égyptiennes entretiennent depuis longtemps des relations solides avec l'ANL et continuent leur coordination avec elle.

Après un téléphone entre Trump et Erdogan, il semble qu'Erdogan soit enclin à " Une nouvelle collaboration avec les États-Unis, concernant la Libye."  

Sources : Al Masdar News; Chaîne de l'ANL; Facebook officiel du GNA; RT Arabic. 

 

Syrie : Assad utilise ses nouveaux Mig-29

Syria intelligence 20200531 nord est syrie

Carte : Syria Intelligence. 

Un convoi de 50 camions en provenance d'Irak, transportant des Hummers et des matériaux de construction pour les bases américaines, est arrivé dans le gouvernorat de Deir Ezzor. Ces derniers mois, des centaines de camions ont transité d'Irak vers la Syrie, pour l'entretien et l'agrandissement des bases américaines dans ce pays. 

Un autre avion anti-sous-marin Poséidon P-8A de la marine américaine a été repéré effectuant un vol de reconnaissance près de la base aérienne russe de Hmeimim, près de la côte syrienne. Il est à noter que les avions anti-sous-marins américains effectuent des vols périodiques dans cette région. L'aviation militaire russe les interceptent régulièrement. Ce qui voudrait dire que les Russes ont aussi des sou-marins près des côtes syriennes, sou-marins, certainement équipés de missiles "Kalibr".

L'Armée israélienne effectue pour sa part des exercices militaires à la frontière syrienne. Un F-35 furtif israélien de fabrication américaine, a bombardé la semaine dernière le centre de recherche scientifique iranien de Masyaf dans le nord de la Syrie. C'est un centre de recherche, mais aussi une base de missiles. Il convient de noter que l'armée de l'air israélienne a ciblé ce centre à deux autres reprises au cours de l'année. Ce qui voudrait dire que leurs bombardements ne sont pas toujours efficaces. Selon l'armée syrienne, l'installation a été endommagée, malgré les défenses aériennes interceptant certains des missiles israéliens. Les missiles auraient été tirés depuis le territoire libanais.

Malgré le déploiement de missiles anti-aériens portables turcs "Atilgan", dans le gouvernorat d'Idlib; l'armée de l'air syrienne, qui vient tout juste de recevoir de la part des Russes un nouveau lot d'avions MiG-29 modernisé, a frappé les bases d'Hay'at Tahrir Al-Sham (HTS) et du Parti Islamique du Turkestan (PIT) dans l'ouest d'AlepLes frappes aériennes se sont par la suite propagées dans les gouvernorats d'Idlib et de Hama, à Jabal Al-Zawiya et dans la plaine d'Al-Ghaab, sans aucune réplique antiaérienne. L'Armée syrienne a également acquis un nouveau lot de chars et de véhicules blindés auprès de la Russie. Une nouvelle offensive terrestre de cette armée est éminente dans la plaine d'Al Ghaab, dans quelques jours, quelques semaines ou tout au plus, un ou deux mois. Les bombardements préalables sont déjà commencés.  

Le système anti-aérien turc est censé imposer une zone d'exclusion aérienne sur les zones sous contrôle de militants pro-Turc. Ce système est capable d'abattre un avion de guerre russe. Pourtant, pour la première fois en trois mois, l'armée de l'air russe a repris ses frappes dans certaines zones d'Idlib, sans contrainte. 

De nombreux experts sont convaincus que la Turquie a l'intention d'augmenter son influence dans le nord-ouest de la Syrie, ce qui entraînera forcément des opérations militaires. Ankara y envoie des armes parce que les dirigeants turcs envisagent la possibilité de reprendre les combats contre les forces gouvernementales syriennes. L'utilisation des missiles anti-aérien ne peut être exclue. Ils représentent une nouvelle pression sur la Russie.

La poursuite du nettoyage d'Idlib des groupes armés comme HTS et le PIT ne satisfera pas la Turquie. Elle veut que cette région soit controlée par ses alliés, l'Armée Nationale de Libération, composée de plusieurs mouvements pro-Frères Musulmans, mais hétéroclites. Mouvements qui appliquent la Charia comme loi gouvernementale et qui sont souvent très près du banditisme. Si la Syrie élimine ces combattants, la question sera soulevée du retrait de la Turquie des provinces du nord-ouest de la Syrie. Ainsi, l'escalade dans cette région par les Turcs est vraiment possible. 

Sources : Al masdar News; Chaïne hébraique 7; Interfax; Institut de Réflexion stratégique;  Nizavisimaya Gazeta; RT Arabic; Sana; Sohu News; Syria Intelligence.

Syria intelligence 20200510 gouvernorats hama idlib lattaquie aas vs rebelles

Carte : Syria Intelligence

7 juin 1945 - 600 Boeing B-29 américains bombardent Osaka

Boeing b29 bombardement incendiaire japon 1

Les villes japonaises étaient vulnérables face aux bombardements incendiaires des Américains. Les services d'incendie japonais ne fournissaient pas et les abris anti-aériens n'étaient pas assez nombreux. Les B-29 furent capables d'infliger de sévères dégâts aux centres urbains tout en ne subissant que quelques pertes. Le 7 juin 1945, c'est autour de la ville d'Osaka de se faire entièrement détruire par les Américains. 

Pendant les deux dernières années de la Seconde Guerre mondiale, les bombardements incendiaires américains détruisirent les principales villes du Japon et tuèrent environ 900 000 personnes, sans compter les bombardements atomiques d'Hiroshima (340 000 morts) et de Nagasaki (195 000). En plus des pertes humaines et de détruire complètement les villes, les bombardements contribuèrent au profond déclin de la production industrielle japonaise.

Les défenses militaires et civiles du Japon furent incapables d'empêcher ces bombardements inhumains. Le nombre de chasseurs et de canons anti-aériens japonais était insuffisant et la plupart avaient du mal à atteindre l'altitude à laquelle volaient les B-29. Le manque de carburant  réduisit aussi l'efficacité de la chasse japonaise.

Libye : Le Gouvernement d’union nationale freine Haftar

6e32bc14e689eda0c627ef047c77d2243d40394f

Le Gouvernement d’union nationale (GAN) annonce la prise de l’aéroport international de Tripoli, hors service depuis 2014, la reprise de la base aérienne d’Al-Wattia et la prise de la ville de Tarhouna, soit le contrôle total des frontières administratives du Grand Tripoli. Grâce au soutien militaire turc, le GAN stoppe totalement l’Armée Nationale Libyenne (ANL) du maréchal Haftar, dans sa tentative de conquérir Tripoli. Tarhuna était un point majeur pour les lignes d’approvisionnement des milices de Haftar depuis la base aérienne d’Al-Jufra. Pour sa part, l'ANL du maréchal Haftar, est appuyé par l’Égypte, les Émirats arabes unis et la Russie. 

Haftar a visité l'Égypte. Le chef du GAN, Faïez Sarraj, vient de rendre visite à son protecteur, le président turc. La veille son adjoint et son ministre des affaires étrangères, étaient reçus en Russie. D'ailleurs, Moscou souligne la nécessité d’une reprise des pourparlers entre les deux camps. Et l’ONU annonce la reprise à Genève des négociations suspendues depuis plus de trois mois. Éventualité que le président Erdogan écarte pour le moment : « Nous ne nous assiérons pas à la table des négociations avec Haftar », a-t-il prévenu, qualifiant le maréchal de putschiste et invitant la communauté internationale à empêcher la vente illégale de pétrole sur les marchés internationaux. Haftar contrôle les champs pétroliers de Libye. 

Fait à noter, Ankara a intensifié son soutien militaire au GAN depuis décembre 2019, en échange des droits de forage d’hydrocarbures dans la Méditerranée orientale, un projet que la Grèce, Chypre, l’Égypte, les Émirats arabes unis et la France condamnent, le jugeant illégal. 


Sources : 45e Nord; Le Monde. 

5 juin 1947 : Le plan Marshall

1136 000 arp1633984 1

Présentation du Plan Marshall en 1947 © Getty / ACME / AFP

Le 5 juin 1947 dans un discours à l'Université de Harvard, le général George C. Marshall secrétaire d'État américain, présente un programme de reconstruction européenne pour lutter contre la famine, le désespoir et le chaos. Il expose dans son discours la volonté du gouvernement des États-Unis de contribuer au rétablissement de l'Europe : « Il est logique que les États-Unis fassent tout pour aider à rétablir la santé économique du monde, sans laquelle il ne peut y avoir aucune stabilité politique et aucune paix assurée. » 

L'initiative est baptisée par les journalistes, du nom de "Plan Mashall". Il s'agit aussi de trouver des débouchés pour les produits américains. L’année 47, est aussi celle des tensions grandissantes entre l’URSS et les États-Unis. Le président américain Truman déclare qu’il faut endiguer l’expansionnisme soviétique en Europe.

L'Europe est à reconstruire. En 1945, une très grande partie du continent européen a été ravagée par la guerre. Les ports, les ponts, les voies ferrées sont hors d'usage. De nombreux civils sont sans-abri. Les nazis ont pillé les ressources françaises, scandinaves et de l'Europe de l'Est. Les bombardements ont réduit en cendres toutes les plus grandes villes allemandes et polonaisesOn meurt de froid et on ne mange pas à sa faim en Allemagne. Londres a subi la guerre aérienne à outrance et des centaines de milliers de logements ont été détruits. En France, on ne compte plus les villes détruites. La situation des États-Unis est différente. Le territoire américain n'a pas subi de dommages, à part l'attaque de Pearl Harbor

Le plan est un programme américain de prêts accordés aux différents États européens, pour aider à la reconstruction des villes et des installations bombardées lors de la Seconde Guerre mondiale. Le mécanisme retenu consistait à fournir un crédit à un État européen. Ce crédit devait servir à payer des biens et services provenant des États-Unis.

Le plan est signé par 16 pays. En quatre ans, les États-Unis prêtent à l'Europe 16,5 milliards de dollars (l'équivalent de 173 milliards de dollars en 2020). Entre 1948 et 1951, le PNB de l’Europe de l’Ouest a fait un bond de 32 % (passant de 120 à 159 milliards de dollars). La production agricole a augmenté de 11 % et la production industrielle de 40 %. 

L'aide financière ne peut à elle seule apporter la paix, les réformes politiques et la stabilité économique. Il est essentiel de reconnaître que la sécurité physique est la condition préalable à la relance économique.

Dunkerque, la retraite alliée du 4 juin 1940...

4209 ouverture histoire 1

Véritable photo

Le 4 juin 1940 –  Encerclées et prises en étau par le feu de l’aviation et de l’artillerie de la Wehrmacht (armée allemande), les armées britannique, canadienne, belge et française terminent leur retraite de Dunkerque en France, vers Douvres au Royaume-Uni.

Bousculé par le Blitzkrieg engagé par la  Wehrmacht lors de la bataille de France, le front allié se rompt sous la percée allemande de Sedan. L'armée britannique ainsi que les unités les plus modernes de l'armée française battent en retraite vers le nord de la France, coupées des troupes françaises du sud.

L’Armée française mène alors une résistance héroïque et désespérée, en particulier la 12e division d'infanterie motorisée, dans le but de gagner le laps de temps nécessaire à l'embarquement de l'essentiel des troupes britanniques et de plusieurs unités françaises, belges et canadiennes vers l’Angleterre. Le 

. Mais, les Britanniques n’informent pas les généraux français et belge du début de l'évacuation des troupes britanniques, laissant 7 divisions françaises seules, face à la Wehrmacht. Elles combattent tout comme les Belges, jusqu'à l'épuisement de leurs munitions, clouant sur place les forces allemandes, retardant l'assaut final sur Dunkerque. L'armée belge tiendra 5 jours.

La Royal Navy, dans un effort immense,  dépêche alors 39 destroyers et de nombreux dragueurs de mines, réquisitionne tous les bateaux de la marine marchande pour embarquer les soldats. Ces navires de fort tonnage doivent mouiller au large. Donc pour les rejoindre, on monopolise tous les "little ships" disponibles (370), des ferrieschalutiersremorqueurspénichesyachts... D’ailleurs 29 caboteurs néerlandais sauveront 23 000 soldats sur les plages.

Malgré la présence de la Royal Air Force dans le ciel pour couvrir l'opération, les 400 bombardiers allemands, protégés par les 180 Messerschmitt de la Luftwaffe (l’aviation allemande), ont méthodiquement pilonné Dunkerque, mitraillant les plages, bombardant les navires croisant au large. Près de 250 embarcations sont envoyées par le fond. Résultat : 48 000 morts alliés, bombardés, noyés, brûlés. Les troupes et le matériel n'ayant pu être embarqués sont capturés par la Wehrmacht. Le 

Dgfhdfhdfh

87854970

6139448 4403 1dcjitu j777y3z0k9

076 chl 070538

Les 3 dernières photos, tirées du film "Dunkerque"

 

Syrie: Le clan Al-Akhrass prend le dessus sur le clan Makhlouf

1 l 1

Asma Al-Assad, femme du président, photo prise par Louai Beshara / AFP 

La guerre syrienne touche à sa fin et la reconstruction du pays commence. Asma Al-Assad l’épouse du président, choisit ce moment pour devenir une personnalité influente. ​Derrière elle sa famille, le clan Al-Akhrass, une famille sunnite puissante, qui étend son empire économique au détriment du clan Rami Makhlouf, chiite. Rami Makhlouf, cousin de Bachar Al-Assad, symbolise l’affairisme et la corruption. Il a bâti un empire dans la téléphonie mobile (Syriatel), l’immobilier, les magasins de duty-free, l’énergie, les transports, etc... Aujourd’hui il est dans le collimateur du palais présidentiel. Les services fiscaux syriens lui réclament 185 millions de dollars de taxes impayées par sa société Syriatel. L’État a besoin d’argent pour la reconstruction du pays et en s’en prenant à Rami Makhlouf, le pouvoir montre que personne n’est intouchable.

Avant la guerre, Asma Al-Assad était active via ses associations caritatives et ses réseaux. Depuis la mort de la mère de Bachar en 2016, Asma s’impose de plus en plus, surtout depuis la guérison de son cancer, l'année dernièreAsma et sa famille Al-Akhrass incarnent la bourgeoisie sunnite qui n’a pas abandonné le gouvernement et souhaitent faire repartir les affaires tout en engrangeant les contrats.

Les Alaouites conservent le contrôle sur l’appareil militaire, mais lâche du lousse à l’égard de la majorité sunnite. La suppression de la puissance de Rami Makhlouf au profit d’hommes d’affaires sunnites liés à Asma Al-Assad, est un moyen pour Bachar d'unifier le pays derrière lui. L'homme d’affaires est unanimement détesté par la population. Malgré tout, la chute de la maison Makhlouf démontrerait quand même que les Assad auraient commencé à perdre du pouvoir.

Mais le clan Assad, depuis le père jusqu'au fils, n'a jamais hésité à sacrifier des branches du clan pour survivre. C'est maintenant au tour de Rami Makhlouf. Cela aurait été beaucoup plus difficile de la faire en pleine guerre, durant laquelle Bachar Al-Assad avait besoin de gens solides autour de lui.

Dans cette nouvelle phase, le raïs peut s’appuyer sur son épouse Asma, dont le principal vecteur d’influence réside dans son ONG, Syria Trust for Development. Un outil précieux dans un pays ravagé par la misère qui permet de distribuer subsides et aides diverses. Suite à la guerre, une partie importante de la population est-en dessous du seuil de pauvreté. Avec son ONG, Asma Al-Assad a un quasi monopole sur l’aide humanitaire dans le pays. 

L’influence d’Asma Al-Assad semble désormais dépasser la sphère humanitaire. Talal Al-Barazi, un de ses proches, vient d’être nommé ministre du commerce intérieur. Il était jusqu’alors gouverneur de Homs, fief de la famille Al-Akhrass. 

Déjà, se profile à l’horizon l’élection présidentielle de 2021...

Sources : AFP; Fabrice Balanche; France Culture; 

1 19

Président Assad et son cousin Rami Makhlouf edité par Enab Baladi

Libye : Entre guerre et négociations !

C9c87a2adcbe51559968898c5449fe2c

Le maréchal Khalifa Haftar, commandant de l'Armée Nationale Libyenne (ANL), s'est rendu au Caire pour rencontrer les responsables égyptiens, afin de discuter de l'évolution de la situation en Libye. 

Pendant ce temps, le vice-Premier ministre libyen du GNA est pour sa part en visite à Moscou pour s’entretenir avec le ministre russe des Affaires étrangères M. Sergueï Lavrov. La diplomatie russe appelle, quant à elle, les belligérants à se mettre le plus tôt possible à la table de négociations sous l’égide de l’ONU et avec le soutien de Moscou. Évoquant la perspective d’une trêve entre les forces du GNA et l'ANL. La crise libyenne, selon Moscou n'a pas de solution militaire.

L'ANL après avoir subi plusieurs revers, vient tout juste de reprendre aux forces du Gouvernement d'union nationale (GNA) la localité d'Al-Assabia, au sud-est de Tripoli. Mais le GNA soutenu par la Turquie, ne perdant pas de temps, relance simultanément deux attaques visant à reprendre l'aéroport international de Tripoli et le bastion de l'ANL, Tarhouna, toujours au sud-est de Tripoli.

L'ANL défend les deux sites, tout en essayant aussi de briser le siège au sud-ouest de Tripoli, en faisant tout pour reprendre la ville de Gharyan.

Méthodiquement, Erdogan consolide ses positions dans le Nord-Ouest libyen. Une aventure militaire, stratégique et politique au parfum de gros contrats. En ce moment, l’avancée de la Turquie en Libye prend toute son ampleur. Un séisme politique !

Le corps expéditionnaire turc, cinq cents hommes auxquels s’ajoutent plus de cinq mille mercenaires syriens, aurait réussi à stopper l’ANL du maréchal Haftar, homme fort de Libye. Celui-ci tente depuis plus d’un an de conquérir Tripoli, avec le soutien des Russes, des dollars émiratis et des jets égyptiens.

La reconstruction de la Libye est estimé à cent milliards de dollars par la Banque mondiale. De quoi faire rêver de nombreuses puissances en quête de marchés. Récupérer les contrats nécessitera un partage avec les Russes à l’est : Un "gentlemen agreement" ! Mais, une partition du pays pourrait aussi se dessiner.

Dans une subite accélération de l’histoire, la Turquie et la Russie, deux nations à cheval sur les continents européen et asiatique, s’imposent sur le sol arabe et africain et ce à portée de longue-vue de l’Europe.

La mission de l’ONU (Manul) affirme que les deux camps ont accepté de reprendre les pourparlers. Pour l’heure, aucune des deux parties n’a toutefois confirmé cette annonce et les combats se poursuivent.

Sources : AFP; Al Masdar News; Le Nouvel ordre mondial; Reuters; Sputnik; Vo News; Voa Afrique. 

Libye turquie

Convoi de l'armée turque en Libye...

Face à face entre les armées israélienne et libanaise

118777 01 08 1591112649 380107

Environ 20 soldats israéliens et quelques chars d'assaut ont franchi la barrière technique séparant le Liban d'Israël et ce au niveau de Kroum el-Charaqi. Aucun échange de coups de feu n'a été échangé.

Les chars israéliens ont été confrontées à des unités de l'armée libanaise armées de RPG (arme anti-char). Les forces de la FINUL ont désamorcé la situation, en se retrouvant entre les armées libanaise et israélienne, assurant la médiation.

C'est la première fois depuis la guerre de 2006 que des chars israéliens franchissent la barrière technique. La tension reste élevée depuis des semaines entre le Liban et Israël, notamment suite à des survols réguliers de drones et d'avions de chasse israéliens au-dessus du territoire libanais.

Sources : Agence Nationale d'Information; al-Manar; Al Masdar news; The Daily Star; L'orient-Le Jour.

Ezg 0rzwoaaa2rl

Photo d'Al Masdar news : Char israélien face à des soldats libanais armés d'armes anti-char et les soldats de l'ONU brandissant leur drapeau. 

2 juin 1832: Début de la 1ère épidémie de choléra au Québec

Le cholera a quebec en 1832 joseph legare

Le choléra à Quebec en 1832 - peinture de Joseph Legaré

Le 2 juin 1832 - Début de la première épidémie de choléra au Québec (à l'époque : le Bas-Canada), qui fera 10 000 morts en quatre mois. Elle représente la première arrivée du choléra sur le continent américain. La maladie a été importée d'Europe, alors touchée par la deuxième pandémie de choléra. Elle est apportée par une vague d’immigrants irlandais. Il y eut deux vagues de choléra qui ont touché la population, en 1832 et en 1834, la première étant plus meurtrière que la suivante. La rébellion des Patriotes est en 1837-38.

Pour prévenir l'épidémie sur le continent américain, on instaura une mise en quarantaine. Plusieurs précautions furent prises pour protéger la population, mais une épidémie était inévitable, compte tenu des ignorances et incertitudes médico-sociales de l'époque.

La quarantaine eut lieu sur la Grosse-Île située dans l'estuaire du Saint-Laurent à 46 km en aval de Québec. Elle est l’une des 21 îles que compose l’archipel de l’Isle-aux-Grues. Elle est aussi connue sous le nom d’île de Grâce (son ancien nom) et d’île de la Quarantaine. De 1832 à 1937, elle sert de station de quarantaine pour le port de Québec. Au cours de cette centaine d’années d’activité, plus de 4 millions d’immigrants y transitent. Elle est Étroitement liée à la mémoire de l’immigration irlandaise au Québec.

Le 5e et dernier pétrolier iranien est arrivé au Venezuela

5ed4bcd020302708664acb45

Le cinquième et dernier pétrolier iranien transportant du carburant vers le Venezuela, est  arrivé à destination. La marine vénézuélienne a publié des photos des navires vénézuéliens escortant le pétrolier iranien dans les eaux du pays.

Il est à noter que les pétroliers iraniens n'ont rencontré aucun navire américain, malgré les avertissements de Washington à l'Iran et au Venezuela.

Washington qui qualifie le président socialiste Nicolas Maduro de "dictateur", souhaite sa chute et impose des sanctions sur les exportations de brut du Venezuela et de l'Iran.

Le Venezuela possède les plus grandes réserves de pétrole au monde mais sa production est en chute libre. Caracas estime que les sanctions américaines sont responsables de cet effondrement. Les pro-Américains l'attribuent à des choix politiques erronés, au manque d'investissement et à la corruption.

L'Iran appuie M. Maduro, qui est aussi soutenu par la Russie, la Chine, la Turquie, Cuba et d'autres pays. Les étroites relations entre Caracas et Téhéran datent de l'époque du président Chavez, prédécesseur de Nicolas Maduro.

La majorité des pays occidentaux appuient Guaido, le chef de l'opposition et veulent en faire le président du pays. Les États-Unis déclarent, qu'ils ne toléreront pas une ingérence continue de la part de l'Iran dans les affaires vénézuéliennes. Guaido et Maduro ont chacun de forts appuis auprès de la population.

Le président Rouhani avait mis en garde l'Amérique contre tout harcèlement sur les pétroliers iraniens faisant route vers le Venezuela. Si les Américains avaient tenté quoi que ce soit. Les Iraniens auraient agit dans les eaux du golfe Persique.

L’Iran possède des sous-marins de classe "Ghadir", qui posent des mines et transportent des forces spéciales. Ce type de sous-marin repose sur le fond sablonneux au fond du golfe Persique peu profond et attend qu'une cible arrive.

De nombreux navires américains circulent chaque jour dans le golfe Persique, la mer d’Oman et l’Océan indien. Donc, les Américains savent bien que s’ils arraisonnent un, voire cinq navires iraniens; les Iraniens arraisonneraient en retour des vaisseaux américains et déclencheraient par le fait même une guerre économique contre les États-Unis et par conséquent aucun navire américain n’oserait plus se déplacer près de l'Iran.

Plus d'une décennie de sanctions américaines limitent les importations de pétrole du Venezuela et l'entretien de ses raffineries, devenues avec le temps inopérables.

Des expéditions de matériel par "l'Iran Mahar Air" sont arrivées au Venezuela pour commencer des travaux de réparation sur une raffinerie. Le département du Trésor américain a donc mis sur sa liste noire la société chinoise, qui a fourni les pièces de rechange à la dite raffinerie. Pékin qualifie ses sanctions d'illégales.

Diverses unités navales de l'armée américaine sont déployées depuis quelques mois dans la mer des Caraïbes, officiellement pour la répression du trafic de drogue, mais avec la ferme intention de faire pression sur le président Nicolas Maduro.

Une incursion mercenaire sur les plages du Venezuela du 3 mai dernier, ayant pour but de fomenter un coup d'état, s'est soldée par 8 morts et 60 arrestations, dont 2 Américains. L'opposition en sort divisée et le président Maduro renforcé. L'opposant Juan Guaido s'en trouve fragilisé. Guaido a mentionné que cette incursion avait été inventée de toutes pièces par les pro-Maduro.

Le Venezuela possède les plus grandes réserves de pétrole au monde. Entre 2004 et 2015, il a engrangé 750 milliards de dollars grâce à ses exportations de pétrole. Les États-Unis ont mis en place un embargo sur le pétrole vénézuélien, qui interdit à toute entreprise américaine d’acheter du pétrole du Venezuela et à toute entité étrangère d’utiliser le système bancaire américain, pour se fournir en pétrole vénézuélien. Voila donc la raison pour laquelle le Venezuela paye l'Iran en or.

Le Venezuela ne peut donc plus envoyer son brut aux États-Unis pour le faire raffiner et il lui est beaucoup plus compliqué d’importer des produits destinés au raffinage, qui venaient auparavant du marché américain. En ce moment, il y a une pénurie d'essence dans le pays.

Sources : Al Masdar News; Courrier international; Marine Traffic; Télévision d'état vénézuélienne; Press TV; Reuters; Emad Abshenas, analyste iranien; Connaissance des énergies; Journal de Montréal; Le Monde; The Associated Press; Libération; The National Interest; La Patilla; Sputnik News; Tanker Trackers; Washington Post.

L'Armée Nationale Libyenne d'Haftar reprend Al Asaba au GNA

Eyisoedxsaa8lwn

L’Armée Nationale Libyenne (ANL) du maréchal Haftar a repris le contrôle de la ville d'Al-Asaba, après une bataille acharnée contre le gouvernement d'accord national (GNA) soutenu par la Turquie (GNA). 

Une source de l'armée nationale libyenne a déclaré que leurs forces se dirigeaient maintenant vers la ville voisine de Gharyan, qui est actuellement sous le contrôle des troupes du GNA.

Cette attaque a été menée peu de temps après que le GNA a capturé la base aérienne stratégique d'Al-Watiyah, qui est située près de la frontière tunisienne.

Depuis lors, l'Armée Nationale Libyenne est à l'offensive. Elle tente de récupérer le territoire qu'elle a perdu au profit des forces du GNA, au cours des 90 derniers jours.

Source : Al Masdar News;

31 mai 1916, grande bataille navale : Angleterre - Allemagne

Fwwjutlandm

Le 31 mai 1916, la bataille navale du Jutland :

Pendant la 1ère guerre mondiale, la plus grande bataille navale du conflit opposa pendant 2 jours, à 200 km au nord-ouest de la péninsule danoise du Jutland, 250 navires de tous types, dont les 37 navires les plus importants de la Royal Navy, aux 21 bâtiments les plus imposants de la Marine impériale allemande. Encore aujourd'hui, la 3e plus grande bataille navale de tous les temps.

La marine anglaise considérait que temps que le trafic maritime continuait de circuler presque à la normale, il était inutile et trop dangereux d'envisager une bataille décisive contre la marine allemande.

La marine allemande considérait qu'il fallait par plusieurs petites attaques subversives, en utilisant des sous-marins, affaiblir la marine britannique avant de l'affronter massivement.

À la fin du mois de mai 1916, la marine allemande se sent prête à l'affrontement massif contre la marine britannique et planifie de l'attirer dans un guet-apens, vers une dizaine de ses sous-marins. Mais les Anglais qui avaient déchiffré le code secret des communications allemandes, évitent l’embuscade.

À partir de 18h30 le 31 mai 1916, le plus gros de la bataille débute et dure 2 heures. Les deux flottes ouvrent le feu à une quinzaine de kilomètres de distance. La visibilité brumeuse crée des difficultés, mais la position du soleil donne un avantage net aux Allemands. Ces derniers déterminés à sauver leur flotte et pour éviter l'encerclement traversent le dispositif britannique à la faveur de la nuit et regagnent leurs bases protégées par des champs de mines.

Quatorze bâtiments britanniques coulent, 21 sont touchés à plusieurs reprises, onze navires allemands coulent, plusieurs sont touchés et 2551 vies humaines sont perdues de part et d'autre, avec 507 blessés et ce seulement en 2 heures. Les pertes britanniques en vies humaines et en navires sont plus importantes; mais les marins allemands sont conscients d'avoir échappé de peu à un carnage monumental.

Par contre, les deux marines crient : "Victoire".

Après cette bataille, la flotte allemande se consacre uniquement à la guerre sous-marine. Sa flotte de haute-mer reste dans ses ports, hormis quelques brèves sorties en août 1916 et avril 1918. Certes, elle oblige les Britanniques à maintenir une flotte militaire importante en mer du Nord, mais jamais plus la Marine allemande ne tentera un affrontement aussi significatif, ni même la Marine britannique.

Tant que la flotte allemande de haute mer fait peu de mal, les Britanniques estiment qu'il vaut mieux la laisser tranquille.

Sources : Spartacus Educational.

Unnamed 7

La bataille du jutland 1916 dyyty7

Jutland 2

Unnamed 8

 

Libye : Moscou et Ankara fournissent des factions rivales

Langfr 1024px libyan civil war svg

  • Rose : Territoire contrôlé par l'ANL 
  • Vert  : Territoire contrôlé par le GNA 
  • Bleu : Territoire contrôlé par les milices locales

Les plates-formes de défense aérienne Pantsir de fabrication russe appartenant à l'Armée Nationale Libyenne (ANL), ont abattu 3 avions turcs, dont 2 drones alors qu'ils bombardaient leurs positions près de Bani Walid. La semaine dernière l'ANL a abattu au moins une demi-douzaine de drones de l'armée turque et du Gouvernement d'Accord National (GNA). Ces drones font des dégâts importants lorsqu'ils réussissent à frapper leurs cibles.

La Turquie et la Russie sont actuellement impliquées dans une guerre de fourniture d'armes à des factions rivales en Libye. Ankara appuie le GNA et Moscou l'ANL. Les sites Web du trafic maritime et aérien révèlent une augmentation du nombre de vols russes et turcs vers la Libye au milieu de l'intensification des combats entre le GNA et l'ANL.

La marine militaire turque est présente dans les eaux économiques libyennes, pour fournir une couverture à l'approvisionnement en armes du GNA. Ankara envoie aussi des mercenaires de Syrie en Libye. Leur nombre serait de 11 000.

En ce qui concerne Moscou, des vols à destination de Benghazi depuis la base aérienne russe de Hmeimim en Syrie ont été signalés, dont des chasseurs MiG-29 et d'autres jets modernes vers l'ANL. Cependant, le ministère russe de la Défense nie avoir envoyé des militaires du groupe privé "Wagner". Par contre, certains observateurs pensent que ce groupe y aie présent.

Le GNA aurait réalisé une avancée près de la capitale libyenne, le long de l'axe Ramleh et aux environs de l'aéroport de Tripoli. Cependant, le chef de l'organisation syrienne "Brigade Sultan Murad" soutenue par la Turquie, a été tué lors de ces affrontements.

Les deux parties ont enregistré des gains au cours de la dernière semaine, mais il est difficile de les confirmer en raison de l'absence de vidéos et de photos. Il sera difficile pour le GNA de déloger l'ANL, qui contrôle la très grande majorité du territoire.

Sources : Al Masdar News; ANL; GNA; Observatoire syrien des droits de l'homme; Yörük Işık.

Syrie : Pour la 1ère fois depuis mars, la Russie bombarde

Manar 06044360015682807513

L'État islamique (EI) renaît de ses cendres, en frappant l'Armée syrienne dans les gouvernorats de Homs, Deir Ezzor et Al-Raqqa. Il a d'ailleurs percé temporairement les positions de l'Armée syrienne près du champ pétrolier d'Al-Thawrah, juste avant l'arrivée de renforts des Forces de Défense Nationale syrienne.

Les forces aériennes russe et syrienne ont alors effectué en représailles plusieurs frappes sur les positions de l'EI, dans les gouvernorats de Homs et d'Al-Raqqa. C'était la première fois depuis mars dernier, que l'armée de l'air russe effectuait une frappe aérienne. Alors qu’auparavant, elle le faisait quotidiennement.

D'autre part, l'Armée russe et l'Armée américaine déploient des armes lourdes et construisent des bases militaires dans le gouvernorat d'Al-Hasakah.

D'ailleurs, une dizaine de véhicules blindés russes escortés par deux hélicoptères sont arrivés près d'Al-Malikiyah, dans le triangle frontalier Turquie, Syrie, Irak. Il semble que l'armée russe y construise une nouvelle base située à proximité des forces armées américaines.

Un cargo russe lourdement chargé se dirige vers la ville portuaire de Tartous. Il livre une grande quantité de véhicules militaires aux forces armées du pays, pour remplacer les véhicules qui ont été détruits par l'Armée turque, lors de l'offensive à grande échelle au début du mois de mars, qui a permis à l'Armée syrienne de reprendre l'autoroute M-5 et ses environs.

Le remplacement du matériel militaire syrien annonce toujours une prochaine offensive, qui pourra s'effectuer autant dans quelques jours, que quelques semaines ou quelques mois.

Rusian ship 2 955x608

Bateau russe franchissant le Bosphore pour atteindre la Syrie, avec du matériel militaire entre autre. 

Sources : Al Masdar News; Observatoire syrien des droits de l'homme; Yoruk Isik.

Le quatrième pétrolier iranien est arrivé au Venezuela

5ed0de4a85f540748126e519

Le quatrième du groupe de cinq pétroliers iraniens transportant du carburant au Venezuela, est maintenant arrivé. La marine vénézuélienne a publié des photos des navires vénézuéliens escortant le pétrolier iranien dans les eaux du pays.

Il est à noter que les pétroliers iraniens n'ont rencontré aucun navire américain, malgré les avertissements de Washington à l'Iran et au Venezuela.

Washington qui qualifie le président socialiste Nicolas Maduro de "dictateur", souhaite sa chute et impose des sanctions sur les exportations de brut du Venezuela et de l'Iran.

Le Venezuela possède les plus grandes réserves de pétrole au monde mais sa production est en chute libre. Caracas estime que les sanctions américaines sont responsables de cet effondrement. Les pro-Américains l'attribuent à des choix politiques erronés, au manque d'investissement et à la corruption.

L'Iran appuie M. Maduro, qui est aussi soutenu par la Russie, la Chine, la Turquie, Cuba et d'autres pays. Les étroites relations entre Caracas et Téhéran datent de l'époque du président Chavez, prédécesseur de Nicolas Maduro.

La majorité des pays occidentaux appuient Guaido, le chef de l'opposition et veulent en faire le président du pays. Les États-Unis déclarent, qu'ils ne toléreront pas une ingérence continue de la part de l'Iran dans les affaires vénézuéliennes. Guaido et Maduro ont chacun de forts appuis auprès de la population.

Le président Rouhani avait mis en garde l'Amérique contre tout harcèlement sur les pétroliers iraniens faisant route vers le Venezuela. Si les Américains avaient tenté quoi que ce soit. Les Iraniens auraient agit dans les eaux du golfe Persique.

L’Iran possède des sous-marins de classe "Ghadir", qui posent des mines et transportent des forces spéciales. Ce type de sous-marin repose sur le fond sablonneux au fond du golfe Persique peu profond et attend qu'une cible arrive.

De nombreux navires américains circulent chaque jour dans le golfe Persique, la mer d’Oman et l’Océan indien. Donc, les Américains savent bien que s’ils arraisonnent un, voire cinq navires iraniens; les Iraniens arraisonneraient en retour des vaisseaux américains et déclencheraient par le fait même une guerre économique contre les États-Unis et par conséquent aucun navire américain n’oserait plus se déplacer près de l'Iran.

Plus d'une décennie de sanctions américaines limitent les importations de pétrole du Venezuela et l'entretien de ses raffineries, devenues avec le temps inopérables.

Des expéditions de matériel par "l'Iran Mahar Air" sont arrivées au Venezuela pour commencer des travaux de réparation sur une raffinerie. Le département du Trésor américain a donc mis sur sa liste noire la société chinoise, qui a fourni les pièces de rechange à la dite raffinerie. Pékin qualifie ses sanctions d'illégales.

Diverses unités navales de l'armée américaine sont déployées depuis quelques mois dans la mer des Caraïbes, officiellement pour la répression du trafic de drogue, mais avec la ferme intention de faire pression sur le président Nicolas Maduro.

Une incursion mercenaire sur les plages du Venezuela du 3 mai dernier, ayant pour but de fomenter un coup d'état, s'est soldée par 8 morts et 60 arrestations, dont 2 Américains. L'opposition en sort divisée et le président Maduro renforcé. L'opposant Juan Guaido s'en trouve fragilisé. Guaido a mentionné que cette incursion avait été inventée de toutes pièces par les pro-Maduro.

Le Venezuela possède les plus grandes réserves de pétrole au monde. Entre 2004 et 2015, il a engrangé 750 milliards de dollars grâce à ses exportations de pétrole. Les États-Unis ont mis en place un embargo sur le pétrole vénézuélien, qui interdit à toute entreprise américaine d’acheter du pétrole du Venezuela et à toute entité étrangère d’utiliser le système bancaire américain, pour se fournir en pétrole vénézuélien. Voila donc la raison pour laquelle le Venezuela paye l'Iran en or.

Le Venezuela ne peut donc plus envoyer son brut aux États-Unis pour le faire raffiner et il lui est beaucoup plus compliqué d’importer des produits destinés au raffinage, qui venaient auparavant du marché américain. En ce moment, il y a une pénurie d'essence dans le pays.

Sources : Al Masdar News; Courrier international; Marine Traffic; Télévision d'état vénézuélienne; Press TV; Reuters; Emad Abshenas, analyste iranien; Connaissance des énergies; Journal de Montréal; Le Monde; The Associated Press; Libération; The National Interest; La Patilla; Sputnik News; Tanker Trackers; Washington Post.

 

Fin de la Commune de Paris

Barricade voltaire lenoir commune paris 1871

La "Commune de Paris" dura un peu plus de deux mois, du 18 mars 1871 à la « Semaine sanglante » du 21 au 28 mai 1871. Cette insurrection contre le gouvernement, issu de l'Assemblée nationale, qui venait d'être élue au suffrage universel masculin, déboucha pour la ville de Paris à une organisation proche de l'autogestion et du système communiste. La plupart des communards étaient ouvriers ou employés, républicains partisans du socialisme, de l'autogestion, voire de l'anarchie.

La Commune était une réaction à la défaite française de la guerre franco-prussienne de 1870-71 et une manifestation de l'opposition entre le Paris républicain, considéré comme « rouge », et une Assemblée nationale à majorité monarchiste. L'armée française mit fin à la Commune le 28 mai 1871, grâce à ses canons.  

Ouvrierscommune

Corps of the combatants of the paris commune arranged in coffins these men were shot by the versailles army in may 1871 franais corps des combattants de la commune de paris disposs

 

Les Su-35 russes chassent les Poséidons américains

304d7c84 519a 4412 b99a de4a1d713e39

Les Su-35 russes chassent les Poséidons américains de la côte syrienne

L'armée russe ne tolère plus les vols américains près de la côte syrienne. Elle a intercepté trois avions américains en Méditerranée au cours des derniers 90 jours.

Compte tenu des tentatives répétées de tester le radar et les systèmes de défense aérienne de la base russe de Hmeimim, la Russie rappelle aux Américains qu’ils ne sont pas libres d’opérer en Méditerranée près de la côte syrienne.

L'US Navy avait effectué plusieurs vols près de l'espace aérien syrien au cours du mois de mai. Les avions Su-35 russes ont intercepté deux avions militaires américains P-8A Poseidon dans l'est de la Méditerranée. Les avions américains n'ont pas été vus dans cette région depuis ce temps.

L'aviation militaire russe bourdonne dans le gouvernorat d'Idlib au dessus de Jisr al-Shughour et près de la frontière turque. Elle survole les zones sous contrôle du Parti islamique du Turkestan, de Hay'at Tahrir Al-Sham (HTS) et de Hurras Al-Deen. 

Dans le gouvernorat d'Idlib, un soldat turc a été tué et cinq autres blessés par un engin explosif sur l'autoroute M-4; où l'Armée turque patrouille conjointement avec la police militaire russe. Aucun groupe n'a revendiqué l'attentat.

L'Armée syrienne cible toujours les mouvements rebelles djihadistes et les groupes soutenus par la Turquie.

Source: Al Masdar News.

Su35 20200527 2

Su35 2020527

Su35 2020527 3