La Syrie est détruite mais Assad gagne du terrain

 

L'Occident est prisonnier de la stratégie russe

Avant même de démarrer, les pourparlers de paix de Genève sont reportés au 25 février par le médiateur de l'ONU, en raison de l'escalade militaire. Rendez-vous au même endroit dans trois semaines, le temps que les diverses puissances se penchent sur l’idée d’un cessez-le-feu, en parallèle aux discussions.

En lançant une des plus grandes offensives de la guerre au Nord de la ville d’Alep, l'Armée Arabe Syrienne, fortement appuyée par l'aviation militaire russe, a tout simplement dynamité les discussions en cours à Genève. 

L’opposition syrienne du Haut comité de négociation (HCN), qui a longtemps refusé de participer au dialogue, exige comme prémisse aux discussions : l’arrêt des bombardements aériens, la fin du siège des cités, la libération des détenus soit, l'application de la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l’ONU. «Rien de ce qui avait été signé n’a été mis en oeuvre», constate Riad Hijab, un ancien Premier Ministre syrien qui coordonne la délégation de l’opposition.

L’Occident accuse la Russie d’être responsable de cet échec. "Ce n'est pas une escalade russe mais une intensification des efforts du gouvernement syrien pour combattre les terroristes", réplique l'ambassadeur russe à l'ONU. Il fait aussi valoir que les sièges de certaines localités syriennes "ont été levés ces derniers jours". Moscou rejette les critiques des Occidentaux. La Russie précise qu'elle proposera de nouvelles idées en ce qui concerne un cessez-le-feu, lors de la prochaine rencontre internationale, le 12 février à Munich.

Cx3pwo2waaajjra 1

Les Américains tout en jouant les vierges offensées, font mine de croire les promesses russes. En refusant de s’impliquer davantage, ils se sont eux-mêmes mis hors-jeu. Aujourd’hui, un revirement réel de la part des États-Unis reviendrait à s’opposer frontalement à la Russie. 

Cae1id7w0aaudof

L'offensive sur Alep fait fuir quelques 50.000 civils

Suite à l'assaut, 50.000 civils de la province d'Alep ont pris la fuite en direction de la frontière turque, fermée. "Les Russes bombardent sans répit, le régime bombarde sans répit. Mais le monde se tait", déplore le président turc, accusant les "complices" russes de Damas de "crimes de guerre", tout en refusant, lui-même, d'ouvrir ses frontières aux réfugiés.

https://www.facebook.com/ahmad.alhalbe2/videos/1145878725452286/

 

L'étau se resserre

Après avoir repris la localité clé d'Atmane, dans la province de Deraa au Sud du pays, l'armée a reconquis Rityane et Mayer et resserré l'étau autour de la ville d'Alep dans le Nord-Ouest. "Il n'y a pas un front significatif où les rebelles ne battent pas en retraite", note Emile Hokayem, de l'International Institute for Strategic StudiesLes opposants encore dans la cité se retrouvent asphyxiés, leur principale route d'approvisionnement vers la Turquie est coupée.

"Les bombardements russes continuent jour et nuit. Il y a eu plus de 250 frappes aériennes en un jour dans ce secteur", selon Hassan Hadj Ali, chef d'une aile de l'Armée syrienne libre appelée Lioua Soukour al Djabal, formée par des conseillers américains au Qatar et en Arabie saoudite.

L'apparition de l'armée syrienne au Nord d'Alep :  https://youtu.be/0THnwZe530w

Sources:

Le Temps : En Syrie, «l'Occident est prisonnier de la stratégie russe», Luis Lema, 04/02/16

Radio-Canada : Les négociations de Genève suspendues à cause de l'escalade militaire russe en Syrie, 04/02/16

Swissinfo.ch : Syrie: l'offensive sur Alep fait fuir quelque 40'000 civils, 06/02/16

 

site web internet blog html site

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site