Israël dans la guerre syrienne

2415002445

Lors du conflit militaire de la fin de semaine dernière, entre Israël d'une part et la Syrie et l'Iran de l'autre part, les États-Unis sont restés muets ou presque. C'est la Russie qui a dicté la façon dont les choses devaient se passer et cette dernière s'oppose à la violation de la souveraineté syrienne par Israël.

En effet, lors d'un appel téléphonique avec le premier ministre Netanyahue, M. Poutine a mis fin à la confrontation entre Israël et l'Iran en Syrie et les deux parties ont accepté sa décision. Dans sa conversation avec Netanyahu, Poutine lui a demandé d'éviter les mouvements qui pourraient conduire à "une nouvelle série de conséquences dangereuses pour la région". Le calme après l'appel Netanyahu-Poutine montre une fois de plus qui est le vrai patron au Moyen-Orient.

De toute évidence, M. Netanyahu ne veut pas affronter la Russie. Sa confrontation avec les Iraniens lui suffi. Les États-Unis de leur côté, signalent que leur allié, Israël, demeure seul face au Hezbollah, à la Syrie et à l'Iran. Washington n'a donc pas l'intention d'appuyer militairement Israël dans son aventure guerrière en Syrie, même si cette aventure demeure sporadique.

Moscou permet à Tel-Aviv de bombarder occasionnellement en Syrie, mais pas au point de changer le cours de la guerre. Israël avec son armée, a le pouvoir d'harceler ses ennemis, mais il est clair qu'elle ne peut pas aller beaucoup plus loin. Même si en fin de semaine, la région a été amenée au bord de la guerre. 

Bien que cette série de combats soit terminée, un autre bras de fer avec la Syrie et l'Iran n'est qu'une question de temps, vu l'intolérance israélienne. L'Iran a indiqué qu'il ne changera pas sa façon de faire et Israël revendique le droit de défendre ses intérêts vitaux en matière de sécurité : « Ce n'est pas le moment d'aboyer, mais de mordre. » 

En Israël, on commence à entendre des idées bizarres, du genre : Finissons juste d'enseigner une leçon aux Syriens et après, allons directement chez les Iraniens, sur leur propre territoire. Ce sont des idées dangereuses qu'Israël a intérêt à éviter. Espérons que les dirigeants de Tel-Aviv  comprennent que la force militaire israélienne est certes puissante, mais elle a ses limites. Et ses limites sont de ne pas aller plus loin que les bombardements sporadiques. L'Iran étant beaucoup plus puissant militairement qu'Israël.

 

 

site web internet blog html site

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site