Ankara - Washington, un groupe de travail est créé

 

Rsz 000 zx6uqLa création d'un groupe de travail entre la Turquie et les États-Unis, vient d'être créé, au terme de la visite du chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson à Ankara. 

Le chef de la diplomatie turque juge que le sort de Manbij, demeure le préalable à toute bonne entente : « Nous pourrons effectuer des pas avec les États-Unis en toute confiance lorsque les YPG se seront retirés de Manbij. Il est nécessaire que les YPG sortent de là. » Insiste-t-il. Les Turcs menacent d'avancer vers Manbij, où sont installés des militaires américains aux côtés des YPG (Kurdes). Le préalable est donc la sortie des YPG de Manbij. 

 « La question de Manbij sera traitée en priorité par notre groupe de travail, dont la première réunion est prévue d'ici la mi-mars, » a indiqué Tillerson. Manbij n'a donc probablement rien à craindre de la part des Turcs d'ici avril. Le secrétaire d'état insiste pour que cette ville reste sous contrôle de la coalition internationale anti-djihadiste pour éviter le retour de l'EI.

Voila donc le préalable américain à toute bonne entente. Les Turcs ne font pas parti de la coalition anti-djihadistes. Tout au contraire, ils ont aidé les djihadistes et les aident encore dans la région d'Idlib. Ils y aident Hayat Tahrir al Sham, anciennement al Qaïda. Mais cela est en territoire russe, donc ça ne regarde pas les Américains. Mais ces derniers devront doublement vérifier avec qui les Turcs veulent faire affaire à Manbij, est-ce avec d'anciens djihadistes ? Le préalable américain est d'éviter le retour de l'EI. Ce n'est pas d'aider les Kurdes.

Les discussions portent donc sur un départ des YPG plus à l'est, au-delà du fleuve Euphrate, afin que les Turcs puissent se rendre à Manbij aux côtés des Américains, mais « il reste beaucoup de travail à accomplir », estime le ministre américain.

Le secrétaire d'état américain s'engage à prendre en ligne de compte les inquiétudes légitimes de la Turquie pour sa propre sécurité, mais il leur réitère ses appels à la retenue à Afrine, dans le but d'épargner les civils. Comprendre que les Américains ne feront rien pour Afrine, à part s'offusquer lorsque la ville subira des bombardements. Exactement ce qu'ils ont fait pour Alep...que des paroles. 

Le secrétaire réaffirme sa préoccupation face à l'état d'urgence et aux détentions qui perdurent en Turquie, notamment celles de ressortissants américains ou d'employés locaux des missions diplomatiques des États-Unis. Il promet une nouvelle fois d'étudier les dites preuves qu'Ankara fournit pour obtenir l'extradition du prédicateur "Fethullah Gülen", désigné par les autorités turques comme le cerveau de la tentative de coup d'état. Celui-ci réside aux États-Unis.

 

 

site web internet blog html site

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site